Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HMS Icarus.

HMS Icarus
Image illustrative de l’article HMS Icarus (D03)
Le HMS Icarus.
Type Destroyer
Classe I
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur John Brown & Company
Chantier naval Clydebank, Écosse
Commandé
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Vendu pour démolition le
Équipage
Équipage 145 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 98,5 m
Maître-bau 10,01 m
Tirant d'eau 3,80 m
Déplacement 1 370 long tons (1 392 t)
Port en lourd 1 888 long tons (1 918 t)
Propulsion 2 × turbines à vapeur Parsons
3 × chaudières Admiralty
2 × hélices
Puissance 34 000 ch
Vitesse 35,5 nœuds (66 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 4 × canons de 120 mm (4 × 1)
2 × mitrailleuses quadruples Vickers AA de 12,7 mm (2 × 4)
2 × lanceurs et 1 × support pour 16 charges de profondeur
2 × tubes lance-torpilles MK X quintuples de 533 mm (2 × 5)
60 × mines
Électronique ASDIC
Rayon d'action 5 500 milles marins (10 190 km) à 15 nœuds (28 km/h)
Carrière
Indicatif D03

Le HMS Icarus est un destroyer de classe I construit pour la Royal Navy à la fin des années 1930.

Sa quille est posée le au chantier naval John Brown & Company à Clydebank, en Écosse. Il est lancé le et mis en service le sous le commandement du lieutenant commander Colin Douglas Maud.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le , l'Icarus localise le sous-marin allemand U-35 entre les îles Shetland et Bergen. N'étant pas en mesure de lancer une attaque efficace en raison de son sonar ASDIC déficient, deux destroyers (Kingston et Kashmir) sont appelés en renfort. Le HMS Icarius leur indique la position du dernier contact avant de reprendre sa route pour rejoindre le vapeur Vina. L'U-Boot sera sabordé après avoir subi plusieurs attaques de charges de profondeur.

L'Icarus participe à la campagne norvégienne en 1940, capturant le 11 avril le navire de ravitaillement allemand Alster (remorqué au Royaume-Uni puis renommé Empire Endurance). Il participe également à la bataille des Lofoten et à la deuxième bataille de Narvik les 9 et .

Le , un groupe de destroyers appareille d'Immingham pour effectuer une mission de mouillage de mines au large des côtes néerlandaises. Ils appartenaient à la 20e flottille de destroyers, composé des Express, Esk, Icarus, Intrepid et Ivanhoe, escortés par des membres de la 5e flottille de destroyers composée des Kelvin, Jupiter et Vortigern. La reconnaissance aérienne détecta une force allemande et les navires des 20e et 5e FD reçurent l'ordre de l'intercepter, estimant à tort que les navires allemands faisaient partie d'une force d'invasion. Ironie du sort, plusieurs navires britanniques furent endommagés ou coulés après avoir heurtés des mines allemandes[1].

Au début du mois de mai 1941, l'Amirauté britannique est informée que le cuirassé allemand Bismarck pourrait tenter de percer dans l'Atlantique Nord. L'Icarus reçoit alors l'ordre de se rendre à Scapa Flow pour un possible déploiement contre les forces navales allemandes. Le 22 mai, peu après minuit, l'Icarus s'embarque avec les destroyers Electra, Antelope, Anthony, Echo et Achates, escortant le croiseur de bataille Hood et le cuirassé Prince of Wales, pour couvrir les atterrages occidentaux et du nord. La force se ravitaille en carburant à Hvalfjord, en Islande, en vue de rejoindre le détroit de Danemark.

Le soir du 23 mai, le temps a commencé à se dégrader. À 20 h 55, l'amiral Lancelot Holland à bord du Hood signale aux destroyers « si vous ne pouvez pas maintenir cette vitesse, je devrai continuer sans vous. Vous devrez suivre à votre vitesse. » Le 24 mai à 2 h 15 du matin, les destroyers reçoivent l'ordre de se disperser à intervalles de 24 km pour effectuer une recherche au nord. Vers 05 h 35, les forces allemandes sont aperçues par le Hood. Les tirs commencent à 05 h 52 et neuf minutes plus tard, le croiseur britannique explose et sombre avec la quasi-totalité de ses membres d'équipage.

À proximité, l'Icarus et l'Anthony apprennent le naufrage du Hood et sont déployés d'urgence dans la zone pour récupérer des survivants. Ils y arrivent quelques instants plus tard en n'ayant retrouvé aucun survivant. Seuls trois furent secourus des eaux gelées par l'Electra. Rejoint par d'autres destroyers, les navires ne retrouvent que du bois flottant, des débris et un tiroir de bureau rempli de documents. Après plusieurs heures de recherche, ils quittent les lieux.

Le destroyer participe à l'opération Pedestal, escortant un convoi à Malte en août 1942.

L'Icarus fut impliqué dans de nombreux événements importants de la Seconde Guerre mondiale, notamment les opérations Dynamo et Gauntlet, ainsi que de nombreux convois de l’Atlantique et de l'Arctique.

L'Icarus coula quatre sous-marins allemands pendant son service :

L'Icarus est retiré du service le , vendu à la British Iron & Steel Corporation le et démoli à Troon, en Écosse.

CommandementModifier

Colin Maud (en), premier et notable commandant de l'Icarus, était le capitaine de la plage Juno lors du jour J ; dans le film The Longest Day, il était interprété par Kenneth More.

Le capitaine de corvette John Simon Kerans (en), devenu célèbre après l'incident du Yang Tsé en 1949 (à bord du HMS Amethyst) — un exploit rendu célèbre par le film Commando sur le Yang-Tsé —, a également servi à bord de l'Icarus en tant que commandant en second.

Notes et référencesModifier

  1. « HMS Icarus », sur www.the-weatherings.co.uk (consulté le 29 mars 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • John English, Amazon to Ivanhoe: British Standard Destroyers of the 1930s, Kendal, England, World Ship Society, (ISBN 0-905617-64-9)
  • Norman Friedman, British Destroyers From Earliest Days to the Second World War, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-081-8)
  • Geirr H. Haarr, The Battle for Norway: April–June 1940, Barnsley, UK, Seaforth Publishing, (ISBN 978-1-84832-057-4)
  • Geirr H. Haarr, The German Invasion of Norway, April 1940, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-323-9)
  • Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939-1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Third Revised, (ISBN 1-59114-119-2)
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War Two: An International Encyclopedia, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-326-1)
  • John de S. Winser, B.E.F. Ships Before, At and After Dunkirk, Gravesend, Kent, World Ship Society, (ISBN 0-905617-91-6)

Liens externesModifier