HMS Good Hope (1901)

HMS Good Hope
Image illustrative de l’article HMS Good Hope (1901)
Photographie du HMS Good Hope.
Type Croiseur cuirassé
Classe Drake
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur Fairfield Shipbuilding and Engineering Company[1]
Chantier naval Govan (Glasgow)
Quille posée
Lancement
Statut Coulé le à la bataille de Coronel
Équipage
Équipage 900 officiers et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 161.4 m[1]
Maître-bau 21.6 m
Tirant d'eau 8.5 m (au maximum)
Déplacement 14 100 tonnes[1]
Propulsion 43 chaudières Belleville
2 moteurs à 4 cylindres triple expansion
2 hélices
Puissance 30 000 chevaux[1]
Vitesse 23 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons de 233.7 mm
16 canons de 152.4 mm
12 canons de 76 mm
3 canons de 47 mm
2 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d'action 7 000 milles nautiques à 14 nœuds (26 km/h)

Le HMS Good Hope est un croiseur cuirassé britannique de la classe Drake mis sur cale le et lancé le . Il devait à l'origine s’appeler Afrique, mais il est renommé avant son lancement. Doté de lourds canons de 234 mm, il devient en 1906 le navire amiral de la 1re escadre de croiseurs (Atlantic Fleet) et remplit la même fonction au sein de la 2e escadre de croiseurs à partir de 1908. La mascotte du HMS Good Hope est un taureau nommé Peter.

ServiceModifier

Au sein des 6e et 4e escadresModifier

 
Dessin aquarellé de William Lionel Wyllie représentant le HMS Good Hope.

Le croiseur cuirassé entre dans la flotte de réserve en 1913[1], mais à la suite du déclenchement de la Première Guerre mondiale, il rejoint la 6e escadre de croiseurs. Cette dernière est initialement intégrée à la Grand Fleet basée à Scapa Flow afin de remplacer la 4e escadre, composée de croiseurs de la classe Monmouth, qui a été envoyé en Amérique du Nord sous les ordres du contre-amiral Christopher Cradock pour protéger les intérêts britanniques au cours de la Révolution mexicaine.

Cependant, l'Amirauté conclut presque immédiatement — à tort — qu'il est probable que les paquebots allemands au mouillage à New York et dans d'autres ports de la côte atlantique des États-Unis pourront se convertir en croiseurs marchands armés en installant des canons transportés dans leurs cales. Le Good Hope reçoit alors l'ordre de renforcer la flotte de Cradock, et il quitte Portsmouth le sous le commandement du capitaine Philip Francklin. Cradock transfère son pavillon sur le croiseur cuirassé à son arrivée à Halifax en Nouvelle-Écosse, celui-ci étant plus rapide que son navire amiral HMS Suffolk actuel. Toutefois, la majorité de l'équipage du Good Hope est composé de réservistes qui n'ont eu que peu d'occasions de s'entraîner à bord du bâtiment. Les semaines suivantes, le Good Hope protège la marine marchande britannique au sud jusqu'à Pernambuco et plus tard jusqu'aux îles Falkland.

Bataille de CoronelModifier

Il participe à la recherche de l'escadre allemande d'Extrême-Orient du vice-amiral von Spee, quittant la base de Port Stanley le pour la côte ouest de l'Amérique du Sud via le Cap Horn.

Le Good Hope est coulé le avec le HMS Monmouth par les croiseurs cuirassés Scharnhorst et Gneisenau du vice-amiral von Spee au cours de la bataille de Coronel, au large de la côte chilienne. Un obus allemand touche un magasin de munitions du bâtiment britannique où sont entreposés des stocks de cordite, provoquant une énorme explosion[2]. Le navire sombre avec la totalité de son équipage, soit 900 marins, y compris le contre-amiral Cradock.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Urban 2007, p. 128
  2. Bennett 2006, p. 181.

BibliographieModifier

  • Eberhard Urban (trad. de l'allemand), 1 000 bateaux, Romagnat, Terres Éditions, , 336 p. (ISBN 978-2-35530-005-9).
  • (en) Geoffrey Bennett, The Pepper Trader : True Tales of the German East Asia Squadron and the Man who Cast them in Stone, Equinox Publishing, , 370 p. (ISBN 978-979-3780-26-9, lire en ligne).