HMS Courageous (50)

navire de guerre

HMS Courageous
Image illustrative de l’article HMS Courageous (50)
Le HMS Courageous en 1916.
Autres noms Outrageous
Type Croiseur de bataille
Porte-avions
Classe Courageous (croiseur)
Courageous (porte-avions)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Chantier naval Armstrong Whitworth de Newcastle upon Tyne
Quille posée
Lancement
Armé
Statut reconverti en porte-avions en 1924-28
coulé en 1939
Équipage
Équipage 842
Caractéristiques techniques
Longueur 239,8 m
Maître-bau 24,7 m
Tirant d'eau 7,9 m
Déplacement 22 920 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur Parsons
18 chaudières
Puissance 90 000 ch
Vitesse 32 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 51-76 mm
pont = 19-76 mm
tourelle = 178-229 mm
barbette = 76-178 mm
kiosque = 254 mm
Armement 6x2 canons de 381 mm
6x3 canons de 102 mm
2 canons de 76 mm
mitrailleuses
2 Tubes lance-torpille de 533 mm
Rayon d'action 6 000 miles à 20 nœuds
(tonnes de charbon)
Localisation
Coordonnées 50° 10′ nord, 14° 45′ ouest
Géolocalisation sur la carte : Océan Atlantique
(Voir situation sur carte : Océan Atlantique)
HMS Courageous
HMS Courageous

Le HMS Courageous (pennant number 50) est un croiseur construit pour la Royal Navy lors de la Première Guerre mondiale, puis à l'entre-deux-guerre transformé en porte-avions de la classe Courageous. Il fut le premier navire de guerre britannique, et le premier porte-avions d'un pays belligérant durant la Seconde Guerre mondiale à être coulé[1]. Il sombra le lors d'un combat face à un U-boot au large de la côte de l'Irlande.

ServiceModifier

Lancé en 1916, il a notamment participé à la bataille de Heligoland en 1917 et dans d'autres opérations contre la Hochseeflotte de la marine impériale allemande.

ReconversionModifier

 
Le Courageous après sa reconversion en porte-avions.

Retiré du service après la guerre, il est transformé en porte-avions de classe Courageous (aussi connue comme classe Glorious) en 1924, pour répondre au traité de Washington de 1922. Cette transformation s'effectue entre et [2].

Origine et constructionModifier

Au cours de la Première Guerre mondiale, l'amiral Fisher, a été empêché de commander une version améliorée de la précédente classe Renown à cause des restrictions liée à la guerre, qui interdisaient la construction de navires du gabarit supérieure à des croiseurs légers en 1915. Pour obtenir la construction de nouveaux croiseurs de bataille, il fut décidé de limiter le blindage à celui que porte un croiseur léger et l'armement à seulement deux tourelles double de 381 mm. Fisher justifiant a justifié leur existence en argumentant qu'il avait besoin de navire rapide et avec un faible tirant pour son Baltique Projet, un plan pour envahir l'Allemagne par l'intermédiaire de son côte Baltique[3],[4].

Courageous avait une longueur totale de 239,8 m, une largeur de 24,7 m, et un tirant d'eau de 7,9 m et avait un déplacement de 19 490 t et 22 922 t en charge[5]. Afin de réduire les délais de conception, la machinerie utilisée par le croiseur léger de Champion, le premier croiseur de la marine avec les motoréducteurs de turbines, a tout simplement répliqué pour les quatre l'ensembles turbine. La Parsons turbines ont été alimentés par dix-huit mille-feuille petits tubes de chaudières. Ils ont été conçus pour produire un total de 90 000 chevaux. Le navire a atteint une vitesse estimée à 30,8 nœuds pendant les essais en mer[6].

À pleine capacité, il avait pour estimation une autonomie de 6 000 milles nautiques à une vitesse de 20 nœuds[7]. .

Le Courageous emportait quatre canons BL 15 pouces Mk I logés dans deux tourelles jumelles à commande hydraulique, désigné "A" et "Y" de l'avant vers l'arrière. Son armement secondaire se composait de dix-huit BL 4 pouces Mk IX canons montés sur six montures à commande manuelle. Les triples montures trop proches l'une de l'autre, ce qui fait que les 23 canoniers se gênaient mutuellement et empêchait la haute cadence de tir prévue[8]. L'armement antiaérien était composé de deux canons QF 3 pouces 20 lb[Note 1] installés près du mât principal. Il était également équipé de deux tubes lance-torpilles immergés de 533 mm et transportait 10 torpilles supplémentaires.

Première Guerre mondialeModifier

La pose de la quille du Courageous eut lieu le , la construction fut lancée le et se termina le . Au cours de ses essais en mer, au moment des tests à pleine vitesse dans une mer formée, il a subi des dommages structurels, la cause exacte est incertaine[9]. Le pont de gaillard a été profondément abîmé à trois endroits entre le brise-lames et la tourelle avant[10] la coque était visiblement enfoncée entre le gaillard d'avant et les ponts supérieurs. L'eau était entrée dans la partie immergée du compartiment des torpilles et des rivets avaient cisaillé dans les équerres de fixation de la platine de blindage en place[11]. Lors de sa réparation qui commença le , le navire fut rigidifié avec 130 tonnes d'acier pour un coût total de 2,038,225£[12].

Lors de sa mise en service, Courageux fut affecté au 3e escadron de Croiseur Léger de la Grand Fleet. Il est devenu à la fin de 1916 navire amiral du 1st Cruiser Squadron, Car l'unité fut reformée après que la plupart ses navires eussent coulé lors de la Bataille du Jutland en mai[13] Le navire fut temporairement monté comme un mouilleur de mines en par l'ajout de rails sur son gaillard d'arrière pouvant contenir plus de 200 mines, bien qu’il n'en posa jamais. Au milieu de 1917, il reçut une demi-douzaine de tubes lance torpille, chacun avec deux tubes : un montage de chaque côté du mât principal sur le pont supérieur, et deux supports de chaque côté de l'arrière de la tourelle sur le gaillard d'arrière[14],[15] Le , le contre-Amiral Trevylyan Napier a assumé le commandement de la 1re escadre de croiseurs et fut nommé Vice-Amiral Commandant le Croiseur Léger de la Force jusqu'au [16].

Le , l’Amirauté reçut l’information concernant les mouvements de navires allemands, indiquant peut-être un raid. L'amiral Beatty, le commandant de la Grande Flotte, ordonna à la plupart de ses croiseurs légers et de ses destroyers de prendre la mer pour tenter de localiser les navires ennemis. Au début, Glorious et Courage ne figuraient pas parmi eux, mais ils ont été envoyés plus tard dans la journée pour renforcer le 2e Escadron de croiseurs légers qui patrouillait dans la partie centrale de la mer du Nord[17]. Deux croiseurs légers de la Brummer allemande réussir à se faufiler entre les patrouilles britanniques et à détruire un convoi à destination de la Norvège dans la matinée du . Le 1er escadron de croiseurs reçut l'ordre d'intercepter, mais échoua car les croiseurs allemands furent plus rapides que prévu[18].

Deuxième bataille de Heligoland BightModifier

Tout au long de l'année 1917, l’Amirauté s’intéressa de plus en plus aux efforts de l’Allemagne visant à balayer les champs de mines aménagés par les Britanniques dans le but de limiter les activités de la flotte de haute mer et des sous-marinsu allemands. Un raid préliminaire sur les forces allemandes de déminage le par des forces légères détruit dix petits navires. Sur la base de rapports de renseignements, l’Amirauté a attribué le 1er novembre le , le 1er Escadron de croisières, avec couverture fournie par le 1er Escadron de croiseurs renforcé et par les cuirassés du 1er Escadron de bataille, pour détruire les dragueurs de mines et leurs escortes de croiseurs légers[19].

Les navires allemands - quatre croiseurs légers de la II Scouting Force, huit destroyers, trois divisions de dragueurs de mines, huit chalutiers remplis de liège (Sperrbrecher) et deux autres chalutiers marquant la route balayée - ont été repérés à 7h30   un m [Note 2]. Courageous et le croiseur léger Cardiff ouvert le feu sept minutes plus tard avec leurs canons avancés. Les Allemands ont réagi en installant un écran de fumée efficace. Les Britanniques poursuivirent leur poursuite, mais perdirent la trace de la plupart des petits navires dans la fumée et concentrèrent le feu sur les croiseurs légers. Courageux, Il tira 92 obus de 381 mm et 180 obus de quatre pouces au cours de la bataille [20] et les seuls dommages qui lui ont été infligés proviennent de son propre souffle de bouche [21]. Un obus de 381 mm a heurté un bouclier du SMS Pillau croiseur léger SMS Pillau mais n'a pas affecté sa vitesse. À 9 h 30, le 1er escadron de croisières interrompt sa poursuite pour ne pas pénétrer dans un champ de mines indiqué sur ses cartes. Les navires tournèrent vers le sud, ne jouant plus aucun rôle dans la bataille[22].

Après la bataille, les installations de la mine de Courageous ont été retirées et il passa le reste de la guerre à patrouiller par intermittence dans la mer du Nord. En 1918, les plates-formes courtes de décollage ont été équipées pour un Sopwith Camel et un Sopwith 1½ Strutter sur les deux tourelles de 381 mm[23]. Le navire était présent lors de la reddition de la flotte allemande en haute mer le Courageous a été placé en réserve à Rosyth le et il redevint le vaisseau amiral comme il a été nommé vice-amiral commandant la réserve Rosyth de Napier jusqu'au 1er mai. Le navire a été affecté à l'École d'artillerie à Portsmouth l'année suivante comme navire de forage de tourelle. Elle est devenue le navire amiral du contre-amiral commandant la réserve à Portsmouth en [24] Le capitaine Sidney Meyrick est devenu son capitaine de drapeau en 1920 [25] Le capt John Casement le releva en [26]

L'entre-deux-guerresModifier

ConversionModifier

Le Traité naval de Washington de 1922 limita sévèrement le tonnage des navires capitaux et la Royal Navy fut contrainte de mettre au rebut nombre de ses plus vieux cuirassés et croiseurs de bataille. Le traité autorisait la conversion de navires existants jusqu’à 66 000 tonnes en porte-avions, et la combinaison d'une grande coque et d'une vitesse élevée de la classe Courageous fait de ces navires des candidats idéaux. La conversion de Courageous a commencé le à Devonport[27]. Ses tourelles de quinze pouces ont été entreposées et réutilisées pendant la Seconde Guerre mondiale pour HMS Vanguard, le dernier cuirassé de la Royal Navy[28]. La transformation en porte-avions a coûté 2 025 800 £.

Le navire de la nouvelle conception améliorée sur le HMS Furious , qui n'avait pas une île et un classique de l'entonnoir. Tout de la superstructure, des canons, torpilles de tubes et raccords vers le pont principal ont été supprimés. Deux étages hangar ont été construits au-dessus du reste de la coque ; chaque niveau est de 4,9 m de haut et de 167,6 m de long. Le haut du hangar niveau ouvert sur un court vol de descendre du pont, en dessous et en avant du principal poste de pilotage. Le flying-arrêt pont de l'amélioration de lancement et de récupération du cycle de flexibilité jusqu'à ce que de nouveaux combattants nécessitant plus de décollage rouleaux de fait le pont inférieur obsolète dans les années 1930[29] Deux ascenseurs ont été installés à l'avant et à l'arrière du pont d'envol. Une île avec le pont, battant de contrôle de la station et de l'entonnoir a été ajouté sur le côté tribord, depuis les îles avait été trouvé non pas pour contribuer de manière significative à la turbulence. En 1939, le navire pouvait transporter de carburant pour ses avions[30].

Le Courageux a reçu un armement à double usage de seize canons Mk VIII QF de 120 mm sur des montures HA Mark XII simples. Chaque côté du poste de pilotage inférieur avait une monture et deux sur la plage arrière. Les douze autres montures étaient réparties sur le long des côtés du navire[31]. Au milieu des années 1930, Courageous reçut trois quadruples montures Mk VII pour des canons anti-aériens "pom-pom" de 2 livres de 40 mm, dont deux ont été transférés du cuirassé Royal Sovereign. Chaque côté du pont au-dessus du vol avait une monture, en avant des canons de 120 mm, et un était derrière l'île sur le pont d'envol. Elle a également reçu quatre mitrailleuses anti-aériennes de calibre. Mk III, refroidies par eau, en un montage quadruple. Cela a été placé dans un sponson sur le côté du port à l'arrière[32].

La reconstruction fut achevée le , et le navire passa plusieurs mois d'essais et de la formation avant d’être affecté à la Flotte Méditerranéenne, et fut basé à Malte, dans laquelle il a servi de à [33] En , après qu'en Palestine, des émeutes éclatèrent. Le Courageux, fut envoyé en réaction. Quand il arriva assez proche de la Palestine, son escadre aérienne a effectué des opérations pour aider à réprimer le désordre[34] Le navire a été relevé de la Méditerranée par les Glorieux et réaménagé à partir de juin à . Elle a été affectée à l' Atlantique et à la Maison des Flottes du à , à l'exception de la fixation temporaire de la Flotte Méditerranéenne en 1936. Au début des années 1930, traverse l'arrestation de vitesse est installé et il a reçu deux hydrauliques des avions catapultes sur la partie supérieure du poste de pilotage avant le mois de . Courageous a été réaménagé entre et , avec ses pom-pom montures. il était présente à la cérémonie de Couronnement de la Flotte de l'Examen à Spithead, le pour le Roi George VI. Le bateau est devenu une formation transporteur en décembre 1938 lors de l' Ark Royal a rejoint la Maison du parc. Il était soulagé de ce devoir par sa demi-sœur , Furieux, en . Courageous ont participé à la Portland Flotte Examen le [33].

AvionsModifier

 
Fairey Flycatcher
 
Blackburn Skua

Courageous pouvait transporter jusqu'à 48 appareils; à la suite de la fin de ses essais et le remplissage de ses stokes et le personnel, il navigua vers Spithead, le . Le lendemain, un Blackburn Dart réalisa le premier appontage. Suivie par deux Fairey gobe-mouches avec 404 et 407 Vols, le Fairey IIIFs de 445 et 446 Vols et deux Darts de 463 et 464 de Vol. Le navire a navigua en direction de Malte, le , pour se joindre à la Flotte Méditerranéenne.

De 1933 à la fin de 1938, Courageous transporta l'escadron N ° 800, avec neuf Hawker Nimrod et trois Hawker Osprey[35] les escadrons N° 810, 820 et 821 furent embarqués pour la reconnaissance et lutter contre des bateaux d'attaque des missions au cours de la même période. Blackburn de Baffin, le Blackburn Shark, le Blackburn Ripon et le Fairey Swordfish bombardiers torpilleurs ainsi que Fairey Sceau des avions de reconnaissance[36] Comme un pont d'atterrissage de formation transporteur, au début de 1939 Courageous entreprit le Blackburn Skua et Gloster Sea Gladiateur combattants de 801 Escadron et l'Espadon bombardiers torpilleurs de 811 Escadron, bien que ces deux escadrons furent débarqués lorsque le navire fut relevé de ses fonctions de formation en mai[37].

Seconde Guerre mondiale et naufrageModifier

 
Naufrage du Courageous après avoir été torpillé par l'U-29

Le Courageous servit dans la Flotte principale au début de la Seconde Guerre mondiale avec les Escadrons 811 et 822 à bord, avec chaque escadron équipé d'une douzaine de Fairey Swordfish[38]. Dans les premiers jours de la guerre, des hunter-killer groupes ont été formés autour de la flotte de porte-avions pour trouver et détruire les U-boot. Le , le Courageous alla à Portland et embarqua deux escadrons de Swordfish. Le soir du , Courageous escorté par quatre destroyers, partit pour une patrouille anti-sous-marine de surveillance dans les Approches Occidentales.

Dans la soirée du , il patrouillait au large de la côte de l'Irlande. Deux de ses quatre escortes de destroyers, furent envoyées pour aider un navire marchand. Pendant ce temps, le Courageous fut harcelé pendant plus de deux heures par l'U-29, commandé par le Capitaine-Lieutenant Otto Schuhart. Le porte-avion se tourna vers le vent pour le lancement de ses avions. Cela a mis le navire en travers de la proue du sous-marin, qui tira trois torpilles. Deux torpilles frappèrent le navire sur son côté bâbord avant qu'un aéronef ait pu décoller. Cela fit chavirer le navire qui coula en 20 minutes, avec la perte de 519 marins y compris son capitaine[39]. Les survivants furent secourus par le paquebot hollandais Veendam et le cargo britannique Collingworth. Les deux destroyers d'escorte traquèrent l'U-29 pendant quatre heures sans succès[40].

Le Courageous a été le premier navire de guerre britannique à être coulé par les forces allemandes lors de la Seconde Guerre mondiale (le sous-marin Oxley avait été coulé une semaine plus tôt par des tirs amis à partir du sous-marin britannique Triton)[41]. Au sein de la Kriegsmarine, Karl Dönitz considéra le naufrage de Courageous comme un grand succès. Le Grand-Amiral Erich Raeder a demandé à ce que soit décerné à Otto Schuhart la Croix de Fer de Première Classe et que tous les autres membres de l'équipage reçoivent la Croix de fer de Seconde Classe[42].

Caractéristiques techniquesModifier

Dimensions après sa conversion en porte-avions :

  • longueur = 224,1 m
  • largeur = 27,6 m
  • tirant d'eau = 8,5 m
  • déplacement = 27 420 tonnes
  • vitesse = 30 nœuds
  • rayon d'action = 5 860 milles nautiques à 16 nœuds
  • équipage = 814 marins et 403 aviateurs
  • armement = 16 canons de 120 mm
  • avions = 48

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. "cwt" est l'abréviation de hundredweight (en), 30 cwt étant le poids du canon.
  2. The times used in this article are in UTC, which is one hour behind CET, which is often used in German works.

RéférencesModifier

  1. Histoire & Stratégie, n° 9, janv-févr-mars 2012, p. 37
  2. http://www.uboataces.com/battle-courageous.shtml
  3. Burt 1986, p. 303
  4. Roberts, pp. 50–51
  5. Roberts, pp. 64–65
  6. Roberts, pp. 71, 76, 79
  7. Burt 1986, p. 306
  8. Burt 1986, p. 294
  9. Roberts, p. 54
  10. Burt 1986, p. 309
  11. Burt 1986, pp. 309, 313
  12. Burt 1986, p. 307
  13. Parkes, p. 621
  14. McBride, p. 109
  15. Burt 1986, p. 314
  16. « Private papers of Sir Trevylyan Napier », Imperial War Museum (consulté le 22 novembre 2011)
  17. Newbolt, pp. 150–51
  18. Newbolt, pp. 156–57
  19. Newbolt, pp. 164–65
  20. Campbell, p. 67
  21. McBride, p. 115
  22. McBride, pp. 110–12
  23. Campbell, p. 66
  24. Burt 1986, p. 315
  25. « MEYRICK, Sir Sidney Julius (1879–1973), Admiral », Liddell Hart Centre for Military Archives (consulté le 22 novembre 2011)
  26. Navy List 1921
  27. Burt 1993, pp. 273, 285
  28. Parkes, p. 647
  29. Brown, D., p.2
  30. Friedman, pp. 103, 105–06
  31. Burt 1993, pp. 274–78
  32. Burt 1993, pp. 165, 278, 281
  33. a et b Burt 1993, pp. 281, 285
  34. Sturtivant Air EnthusiastSeptember–December 1988, p. 13.
  35. Sturtivant, pp. 155, 157–58
  36. Sturtivant, pp. 197, 200, 243, 247, 250, 252
  37. Sturtivant, pp. 161, 164–65, 203–04
  38. Brown, J.D., p. 12
  39. Burt 1993, pp. 286–88
  40. Blair, pp. 90–91
  41. Rohwer, pp. 1–3
  42. Blair, p. 91
  • J. D. Brown, Carrier Operations in World War II, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-108-2)
  • R. A. Burt, British Battleships of World War One, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-863-8)
  • R. A. Burt, British Battleships, 1919–1939, London, Arms and Armour Press, (ISBN 1-85409-068-2)
  • N. J. M. Campbell, Battle Cruisers : The Design and Development of British and German Battlecruisers of the First World War Era, vol. 1, Greenwich, UK, Conway Maritime Press, coll. « Warship Special », , 72 p. (ISBN 0-85177-130-0)
  • Norman Friedman, British Carrier Aviation : The Evolution of the Ships and Their Aircraft, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , 384 p. (ISBN 0-87021-054-8)
  • Keith McBride, Warship 1990, vol. 1990, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, coll. « Warship Special », , 93–101 p. (ISBN 1-55750-903-4), « The Weird Sisters »
  • Henry Newbolt, Naval Operations, vol. V, Nashville, Tennessee, Battery Press, coll. « History of the Great War Based on Official Documents », , 93–101 p. (ISBN 0-89839-255-1), « The Weird Sisters »
  • Oscar Parkes, British Battleships, vol. V, Annapolis, Maryland, reprint of the 1957, coll. « History of the Great War Based on Official Documents », , 701 p. (ISBN 1-55750-075-4)
  • John Roberts, Battlecruisers, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , 128 p. (ISBN 1-55750-068-1)
  • Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939–1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Third Revised, 2005 (ISBN 1-59114-119-2)
  • Ray Sturtivant, « Fairey's First Fleet Fighter », Air Enthusiast, no Thirty-seven,‎ september–december 1988, p. 1–14 (ISSN 0143-5450)
  • Ray Sturtivant, The Squadrons of the Fleet Air Arm, Tonbridge, Kent, UK, Air-Britain (Historians), 1984 (ISBN 0-85130-120-7)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :