Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HMS Britannia.

HMS Britannia
Type standard de 1745 (en)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Commandé
Quille posée
Lancement
Statut démoli en février 1825
Équipage
Équipage 850 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 178 pieds (54,3 m)[1]
Maître-bau 51 pieds (15,5 m)[1]
Tirant d'eau 21,5 pieds (6,6 m)[1]
Tonnage 2 116 tonnes[1],[N 1]
Propulsion Trois-mâts carré

Le HMS Britannia est un vaisseau de ligne portant 100 canons en service dans la Royal Navy entre 1778 et 1825. Il est le deuxième des six navires à avoir porté ce nom.

Sommaire

ConstructionModifier

Le HMS Britannia est commandé le aux chantiers navals de Portsmouth selon le standard de 1745 (en)[1]. La quille est posée le et le vaisseau est lancé le . Le cout total de la construction atteint la somme de 45 844 £.

ArmementModifier

Le HMS Britannia porte 28 canons de 42 livres sur son pont principal, remplacés plus tard par des canons de 32 livres. Le pont intermédiaire reçoit 28 canons de 24 livres et le pont supérieurs 28 canons de 12 livres. Dans les années 1790, 10 des 12 canons de 6 livres de bastingage et deux des quatre canons de 6 livres du gaillard d'avant sont remplacés par autant de caronades de 32 livres.

Service actifModifier

Le HMS Britannia entre en activité en septembre 1778 et combat pendant la guerre d'indépendance des États-Unis.

Entre 1793 et 1795, il est le vaisseau amiral du vice-amiral Hotham. En 1797, le navire est présent à la bataille du cap Saint-Vincent[2].

À la bataille de Trafalgar, le HMS Britannia porte la marque du contre-amiral de l'escadre blanche William Carnegie et est commandé par le capitaine Charles Bullen[3]. Le HMS Britannia se dirige vers la flotte française en cinquième position dans la colonne au vent menée par le HMS Victory et engage trois vaisseaux ennemis dont le Bucentaure et la Santísima Trinidad avant de poursuivre les vaisseaux alliés en retraite. La bataille coute à l'équipage 10 tués et 42 blessés[3]. Peu abimé, le vaisseau peut porter secours à d'autres navires britanniques plus sérieusement endommagés lors de la tempête qui suit la bataille[4],[5].

Dernières annéesModifier

Après Trafalgar, le HMS Britannia est placé dans la flotte de réserve dans l'Hamoaze en 1806. Le navire est renommé HMS Princess Royal le 6 janvier 1810 puis HMS St George le 18 janvier 1812 et enfin HMS Barfleur le 2 juin 1819[1].

Le navire est démoli à Plymouth en février 1825.

Notes et référencesModifier

TraductionModifier

NotesModifier

  1. Pour la définition de l'unité anglaise, cf l'article (en) en:builder's Old Measurement.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Lavery 2003, p. 173
  2. Smith 1998, p. 133
  3. a et b Smith 1998, p. 208
  4. Heathcote 2005, p. 19
  5. Broadley et Bartelot 1906, p. 253

BibliographieModifier

  • (en) A. M. Broadley et R.G. Bartelot, The Three Dorset Captains at Trafalgar - Thomas Masterman Hardy, Charles Bullen, Henry Digby, Wimborne, The Dovecote Press,
  • (en) T.A. Heathcote, Nelson's Trafalgar Captains and Their Battles, Barnsley, Pen and Sword Books, (ISBN 1-84415-182-4)
  • (en) Brian Lavery, The Ship of the Line, vol. 1 : The Development of the Battlefleet 1650-1850, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-252-8)
  • (en) Digby Smith, The Greenhill Napoleonic Wars Data Book : Actions and Losses in Personnel, Colours, Standards and Artillery, 1792-1815, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-276-9)