Ouvrir le menu principal

Hôtel de préfecture de la Haute-Loire

Hôtel de préfecture
de Haute-Loire
Le Puy en Velay-Préfecture-20130324.jpg
Présentation
Type
Hôtel de préfecture (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

(Voir situation sur carte : Haute-Loire)
Point carte.svg

L'hôtel de préfecture de Haute-Loire est un bâtiment situé au Puy-en-Velay, en France. Il sert de préfecture au département de Haute-Loire.

Sommaire

LocalisationModifier

L'édifice est situé dans le département français de Haute-Loire, sur la commune du Puy-en-Velay.

HistoriqueModifier

L'hôtel de préfecture est installé depuis l'origine au Puy-en-Velay, chef-lieu du Velay depuis le Moyen Âge.

La résidence du préfet, initialement installée dans un hôtel particulier de la Ville haute, l'Hôtel de Polignac[1], fut transférée en 1825 dans un hôtel spécialement construit à cet effet place du Breuil.

Bâti sur les plans de l'architecte parisien Amable Macquet (1790-1840)[2], l'édifice de style néo-classique n'a que peu été modifié depuis lors, si l'on excepte la surélévation des combles intervenue par la suite.

En décembre 2018, pendant une manifestation lancée par le mouvement des Gilets jaunes, des affrontements avec la police dégénèrent après que certains manifestants sont gazés avec des gaz lacrymogènes ; des cocktail Molotov lancés sur la préfecture provoquent un incendie dans le bâtiment, et le préfet accuse les manifestants d'avoir empêché les pompiers d'y accéder[3],[4].

AnnexesModifier

RéférencesModifier

  1. http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0046420
  2. http://www.inha.fr/spip.php?article2098&pv=8464
  3. « Au Puy-en-Velay, la préfecture prise d'assaut par les «gilets jaunes» », sur FIGARO, (consulté le 2 janvier 2019)
  4. « Une manifestation de gilets jaunes dégénère, la préfecture de Haute-Loire incendiée », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier