Hôtel Le Marois

Hôtel Le Marois
Hôtel Le Marois, 9-11 avenue Franklin-D.-Roosevelt, Paris 8e.jpg
Présentation
Type
Destination initiale
Résidence privée
Destination actuelle
Siège du Comité France-Amériques
Architecte
Construction
Commanditaire
Propriétaire
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L’hôtel Le Marois est un hôtel particulier situé à Paris en France.

LocalisationModifier

Il est situé aux 9-11 Avenue Franklin-D.-Roosevelt, dans le 8e arrondissement de Paris. 

HistoireModifier

L'hôtel Le Marois, dit aussi hôtel de Ganay, est construit en 1863 pour le comte Le Marois (1802-1870), fils du général Le Marois, aide de camp de Napoléon Ier, à l'emplacement, dit-on, d'une maison habitée par la courtisane Marie Duplessis (1824-1847), modèle de La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils. Député de la Manche sous la monarchie de Juillet, sénateur en 1852, le comte Le Marois est à la tête d'une grande fortune et collectionne les tableaux anciens et modernes. Il abandonne son vieil hôtel de la rue Blanche pour venir s'installer dans le quartier des Champs-Élysées. Il fait bâtir l'hôtel de l'avenue d'Antin par l'architecte Henri Parent[1]

Le terrain sur lequel est édifié l'hôtel est d'une superficie de 1 700 m2. Selon la description du cadastre de 1863 : « Hôtel ayant entrée par deux grilles cochères et une porte simple sur l’avenue d’Antin. Il est placé entre une cour d’honneur et une arrière-cour. Composé d’un bâtiment principal avec façade de sept fenêtres. Double en profondeur, ayant aile à droite et annexes à gauche sur la deuxième cour. Élevé sur caves et terre-plein, le rez-de-chaussée, deux étages carrés disposés en magnifiques appartements, un troisième lambrissé pour logements secondaires ». 

La demeure, terminée en 1865, reste propriété des Le Marois jusqu’en , date à laquelle la comtesse Jacques-André de Ganay (née Le Marois), qui y avait tenu « un salon fort élégant »[2], la vend à l’Association France-Amériques, fondée en 1909 par Gabriel Hanotaux

Les bâtiments des communs cèdent la place, en 1956, à deux immeubles de bureaux. Plus récemment, le second étage de l’hôtel a été entièrement réaménagé et les salons du rez-de-chaussée et du premier étage se louent pour des réceptions. Le traiteur-organisateur de réception Butard Enescot, qui a assuré la gestion des espaces de réception de la fin des années 1990 à 2007, a retrouvé la concession des Salons France-Amériques en 2015.

Notes et référencesModifier

  1. Les archives de l’hôtel Le Marois ont presque toutes brûlé dans un incendie. Parce que son nom était cité sur des documents datant de 1898 et de 1923, l’architecte L. Lefranc (auteur du 56, rue de Londres) s’est longtemps vu attribuer la construction de l’hôtel. Mais celle-ci a été restituée à Parent au vu d'un acte passé le 30 mai 1863 devant Maître Du Boys, notaire à Paris, par lequel Jules Polydore Le Marois constituait l’architecte Henri Parent son mandataire spécial « pour demander toutes autorisations nécessaires relativement à la construction..., faire tous devis et marchés avec tous les entrepreneurs…, régler et arrêter tous comptes de mitoyenneté… » (Source : site de l'association France-Amériques).
  2. Becq de Fouquières, Op. cit., p. 60

Voir aussiModifier