Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rothschild.

Hôpital Rothschild
Image illustrative de l’article Hôpital Rothschild
Hôpital Rothschild, boulevard de Picpus et rue Santerre
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 37″ nord, 2° 24′ 04″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 5, rue Santerre et 33, boulevard de Picpus[1]
Site web rothschild.aphp.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Services
Nombre de lits 310
Spécialité(s) Gériatrie, médecine physique et réadaptation, odontologie

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris/Paris

L'hôpital Rothschild est un hôpital de l'Assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) relevant du groupe hospitalier Est-Parisien, situé dans le 12e arrondissement de Paris au 5, rue Santerre. Initialement hôpital Juif de l'Est parisien[2], il est, depuis 2010, spécialisé en gériatrie, médecine physique et réadaptation ainsi que dans les différentes branches de l'odontologie, notamment la parodontologie et la chirurgie implantaire. Il assure les fonctions de soins, de recherche et d'enseignement.

HistoriqueModifier

Hôpital - Fondation Rothschild (1852 - 1954)Modifier

 
Bâtiments historiques de l'Hôpital Rothschild, rue Santerre.

Au milieu du XIXe siècle, James de Rothschild fait construire un hôpital au 76, rue de Picpus et y adjoint un hospice pour les personnes âgées[3]. L'hôpital ouvre le 25 mai 1852 et a initialement vocation à soigner et accueillir les patients de confession juive[2].

À l'initiative du baron Edmond de Rothschild, l'établissement reçoit des fonds supplémentaires destinés à l'élévation d'autres bâtiments rue Picpus[3]. Il est intégralement reconstruit grâce à l'architecte Lucien Bechmann (1880-1968)[4] de 1912 à 1914. Le nouvel hôpital Rothschild, situé rue Santerre, ouvre ses portes au cours de l'année 1914, à quelques mètres de l'ancien Rothschild, dorénavant consacré à l'accueil des vieillards[3].

Déclaré hôpital auxiliaire militaire durant la Première Guerre mondiale, il reçoit les blessés du front et les civils victimes de la guerre sans distinction religieuse[2].

Au lendemain de la guerre, il retrouve sa fonction initiale d'hôpital destiné à soigner les malades de confession juive. Durant la période d’occupation allemande, il est placé sous une direction agréée par l’occupant et devient un centre de détention[2]. Durant l'occupation allemande, l'hôpital devient une « souricière »: tenu par la Gestapo, les femmes juives y accouchent pour ficher les enfants dès leur mise au monde. Un réseau de résistance s'y organise avec la complicité des médecins et de infirmières. Beaucoup d'enfants juifs sont déclarés mort-nés pour éviter que les nazis soient au courant de leur existence.[réf. nécessaire]

Hôpital Rothschild - hôpital public (AP-HP)Modifier

 
Entrée principale, 5 rue Santerre.

Le 1er janvier 1954, après quarante années de gestion privée, la famille Rothschild fait don de l'hôpital à l’administration centrale de l’Assistance publique contre le versement d’un franc symbolique[3].

Depuis, l’hôpital a connu de nombreuses modifications, certains pavillons anciens ayant été remplacés par des bâtiments modernes. De 2009 à 2011 ont été construits les nouveaux bâtiments de l'hôpital qui désormais est accessible par son entrée principale rue Santerre. L'activité principale de l'hôpital Rothschild devient alors la gérontologie et la rééducation.

« L’hôpital Rothschild est l’hôpital de référence du handicap, des besoins du grand âge et de l’odontologie. Il est intégré dans un cadre architectural et technique résolument innovant[5]. »

Activités de l'hôpital RothschildModifier

Activités pharesModifier

Les principales activités de l'hôpital sont désormais[6] :

  • Médecine physique, et réadaptation neurologique et orthopédique
  • Gériatrie : médecine, soins de suite et réadaptation et de longue durée
  • Centre de réglages des implants cochléaires
  • Odontologie

Chiffres clésModifier

L'hôpital dispose de[6] :

  • 306 lits dont 40 de médecine gériatrique,
  • 32 de soins de longue durée : SLD,
  • 234 de soins de suite et de réadaptation : SSR,
  • 11 places de jour et 55 fauteuils d’odontologie,
  • 850 professionnels[2].

Personnalités liées à l'hôpital RothschildModifier

AccèsModifier

L'hôpital est accessible par la ligne    à la station Bel Air, par la ligne    et la ligne    à la station Daumesnil/Felix Éboué, ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP 29 56 64.

Notes et référencesModifier

  1. Cette entrée historique est temporairement condamnée.
  2. a b c d et e « L’hôpital Rothschild hier », sur rothschild.aphp.fr (consulté le 4 mars 2019)
  3. a b c et d « http://blogs.aphp.fr/wp-content/blogs.dir/113/files/2013/04/116_Rothschild.pdf »
  4. a b c et d Marine Lefèvre, Chronique d'un hôpital pas comme les autres, Rothschild (1743-1999), Paris, AP-HP, , 111 p.
  5. « rothschild, aujourd'hui », sur rothschild.aphp.fr (consulté le 27 mai 2017)
  6. a et b « L’hôpital Rothschild », rothschild.aphp.fr, consulté le 4 mars 2019.
  7. Madame Georges Getting, Musée de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, consulté le 4 mars 2019.
  8. Andrée Lesellier, « Hommage à Madame Georges Getting : Fondatrice du Service social à l'hôpital », Allocutions prononcées par Georges Duhamel et le Dr Xavier Leclainche à l'occasion de la cérémonie commémorative du 7 janvier 1957, éditions Bauman, 1957.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

DocumentaireModifier

  • Les Enfants juifs sauvés de l'hôpital Rothschild, 2017.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :