Hôpital Grand Paris Nord

Hôpital Grand Paris Nord
Image illustrative de l’article Hôpital Grand Paris Nord
Vue de l’hôpital
Présentation
Pays France
Ville Saint-Ouen-sur-Seine
Fondation vers 2025
Organisation
Type CHU
Affiliation AP-HP

Le projet d'hôpital Grand Paris Nord est un projet de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) visant à réunir à Saint-Ouen-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) à l'horizon 2025 l'Hôpital Beaujon et l'Hôpital Bichat.

HistoireModifier

Annoncé par le président de la République François Hollande dès 2013, le protocole d’accord du projet de construction nouvel hôpital universitaire Grand Paris Nord, qui doit regrouper sur terrain de 5,5 hectares dans le quartier des Docks à Saint-Ouen-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) l'Hôpital Beaujon (Clichy) et l'Hôpital Bichat-Claude-Bernard (18e arrondissement de Paris), est signé le par l’État, l’AP-HP et la commune de Saint-Ouen[1]. Après un débat public du au , deux concours d'architectes pour un maximum de six niveaux seront lancés dès l'été 2017, une mise à disposition du terrain au plus tard en 2019, pour une mise en service affichée pour 2025[2]. En , il est envisagé qu'il soit construit dans un autre quartier de Saint-Ouen, sur l'emprise de l'usine PSA de Saint-Ouen[3].

Le projet représente un investissement de 900 millions d’euros, dont 650 pour l'hôpital (financé par l'AP-HP dont 30 % environ par l'État), 65 pour les équipements (par l'AP-HP) et 175 de l'État pour la partie universitaire[1]. L'ensemble doit employer 5 500 personnes et verra passer 9 000 étudiants par jour. Comprenant 816 lits d'hospitalisation et de 173 places, la réduction de 30 % du nombre de lits est compensée par un doublement des capacités de soins ambulatoires[1].

La partie universitaire doit regrouper les activités d’enseignement de Bichat et de l'hôpital Villemin (10e arrondissement), le site universitaire d’odontologie de Garancière (6e arrondissement) et les activités de recherche d'excellence des unités mixtes portées par l’université Paris Diderot et l’INSERM dans le domaine de la santé[4].

La directeur de l'AP-HP Martin Hirsch revendique le choix de Saint-Ouen comme correspondant à la volonté de l'État de rééquilibrer les offres de soin en faveur du nord parisien: « On a privilégié ces vingt dernières années la rive gauche et le sud de Paris. Aujourd'hui, avec Lariboisière, Avicenne à Bobigny et l'hôpital Nord, notre volonté est de rééquilibrer les choses[1] ». Si le site de Beaujon devrait être cédé, l'AP-HP conservera 400 lits à Bichat[1].

Le futur établissement doit assurer une activité clinique et chirurgicale polyvalente, tournée vers l'ambulatoire sur les spécialités suivantes : le digestif, le thorax (cœur, poumon), les maladies de système et infectieuses. Il disposera d'un Trauma Center, susceptible de prendre en charge des patients polytraumatisés[2] au sein du plus grand service d'urgence d'Île-de-France avec une capacité annuelle de 110 000 passages, d'un institut pluridisciplinaire de transplantation d'organes, et d'une maternité pour 3 000 accouchements[1].

Implantation initialeModifier

L'écoquartier des Docks de Saint-Ouen situé en bordure de Seine est initialement choisi.

Cet emplacement tire notamment parti des nouvelles infrastructures de transport prévues dans le cadre du Grand Paris Express.

Le maillage des transports en commun doit considérablement se densifier avec en particulier, à proximité du site, deux nouvelles stations où se rejoindront les lignes 13 et 14 et la ligne C du RER[5]

Les premières études disponibles permettent de s’assurer qu’il n’existe aucune incompatibilité avec l’installation du Campus. Plusieurs évolutions notables sont prévues, dont la dépollution des sols, des travaux de voirie pour placer le campus au-dessus du niveau des plus hautes eaux connu, un important chantier de modification du traitement des fumées de l'agence métropolitaine des déchets ménagers, la CPCU (chauffage urbain) procède elle aussi à des aménagements réguliers de son site[6].

Le projet de campus est dévoilé le [7] par le directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, AP-HP, Martin Hirsch, la présidente de l’Université Paris Diderot Christine Clerici]; Le maire de la ville de Saint-Ouen William Delannoy et le président de la République François Hollande qui déclare : « A travers l’acte que nous posons », ce projet est « devenu irréversible »[7].

Projet de nouvelle implantationModifier

Alors que pour la position initiale, la morphologie générale et la disposition géographique du lieu d’implantation sont le résultat d’un long travail et d’une étroite coordination entre l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), la Mairie de Saint-Ouen, Plaine Commune et le Concessionnaire de la ZAC des Docks.

En 2018, un changement précipité de lieu voit le jour :

  • En , un rapport remis au préfet de région, par son chargé de mission déclare que la solution des Docks reste possible mais comporte des contraintes[8]. L’AP-HP réfléchit à un site alternatif aux Docks pour son futur grand hôpital.
  • Le , le préfet de la région Île-de-France invite l’AP-HP et l’Université, invite à ouvrir parallèlement l’instruction technique d’une éventuelle autre implantation, toujours à Saint Ouen, autour d’une hypothèse qui n’existait pas il y a deux ans : l'Usine PSA de Saint-Ouen[9].
  • Suite à ce courrier, l’AP-HP établi un premier contact avec la direction de l’usine. Un processus que confirme François Crémieux, directeur du groupe hospitalier Paris Nord interrogé par le Parisien : « Les études techniques menées sur PSA montrent qu’aucune contrainte majeure n’est apparue ». L’AP-HP vise également la parcelle voisine où se trouve actuellement Conforama[8].
  • Le , lors du conseil de surveillance de l’AP-HP Martin Hirsch annonce qu'une concertation publique sera organisée sur la nouvelle implantation du campus hospitalo-universitaire du Grand Paris-Nord sur le site PSA [10]
  • Le , Commission nationale du débat public donne son avis sur le nouveau projet d'implantation du campus hospitalier universitaire du Grand Paris Nord sur la commune de Saint-Ouen[11].
  1. Le projet a fortement évolué par rapport à celui déjà soumis à la concertation ;
  2. Le montant des investissements relatif au pôle universitaire dépasse désormais les 300 M€, et qu'une nouvelle saisine de la CNDP s'impose ;
  3. Ce projet présente de forts enjeux sociaux et urbains[11] ;
  4. La commission indique qu'il n'y a pas lieu d'organiser un débat public.

Choix du site PSAModifier

Alors qu’il avait applaudi l’option des Docks, le maire (UDI) de Saint-Ouen-sur-Seine reste sceptique sur ce « plan B »[12]. En , la direction du site informe de la fermeture de l'Usine PSA de Saint-Ouen au plus tard à la mi-2021, qui ne compte plus alors que 324 salariés (contre 630 en 2013), l'AP-HP ayant informé la direction de PSA que le site de l'usine était maintenant le seul exploré pour la construction du nouvel hôpital. Le pôle universitaire pourrait s’implanter sur la parcelle voisine, où se trouve un magasin Conforama[12].

Des groupes de l'opposition municipale, dont le député Éric Coquerel et l'ancienne maire Jacqueline Rouillon s'opposent à la construction du nouvel hôpital[12] et demandent :

  • L’étude de nouvelles implantations du projet d’Hôpital Grand Paris Nord au regard du territoire de santé et des besoins des patients ;
  • L’organisation d’un véritable débat local avec les citoyens et les professionnels de santé ;
  • Le développement et la modernisation de l’offre de santé par rapport à ce qu’elle est actuellement à Beaujon et Bichat[13].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Marion Kindermans, « Paris : l’Hôpital Nord enfin sur les rails », lesechos.fr, (consulté le 28 décembre 2016)
  2. a et b Sébastien Chabas, « Hôpital Grand Paris Nord : un projet colossal sur les rails », batiactu.com, (consulté le 28 décembre 2016)
  3. Nathalie Revenu, « Saint-Ouen : PSA, le plan B du futur grand hôpital », leparisien.fr, (consulté en 288 avril 2018)
  4. « Le Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord », aphp.fr, (consulté le 28 décembre 2016)
  5. « Implantation du futur Campus - Campus Hospitalo-Universitaire du Grand Paris Nord », Campus Hospitalo-Universitaire du Grand Paris Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2018)
  6. « L'ambition environnementale - Campus Hospitalo-Universitaire du Grand Paris Nord », Campus Hospitalo-Universitaire du Grand Paris Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2018)
  7. a et b « Cérémonie d'inauguration du Campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord », sur hupnvs.aphp.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  8. a et b « Saint-Ouen : PSA, le plan B du futur grand hôpital », sur www.leparisien.fr,
  9. « Conseil de surveillance de l’AP-HP du 6 avril 2018 », sur www.aphp.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  10. « Conseil de surveillance de l’AP-HP du 28 juin 2018 », sur www.aphp.fr (consulté le 7 octobre 2018)
  11. a et b Décision n° 2018/59/NCHUGPN/1 du 18 juillet 2018 relative au nouveau projet d'implantation du campus hospitalo-universitaire du Grand Paris Nord sur la commune de Saint-Ouen (lire en ligne)
  12. a b et c Gwenaël Bourdon, Nathalie Revenu et Erwan Benezet, « Saint-Ouen : la dernière usine PSA du 93 va fermer », sur leparisien.fr, (consulté le 15 novembre 2018)
  13. https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-sant%C3%A9-organiser-un-d%C3%A9bat-public-sur-le-projet-d-h%C3%B4pital-grand-paris-nord-%C3%A0-saint-ouen

Articles connexesModifier

Liens externesModifier