Héribert (fils de Guillaume de Gellone)

comte guilhelmide
Héribert
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Parentèle
Cunégonde (d) (fille possible)
Sénégonde (d) (fille possible)Voir et modifier les données sur Wikidata

Héribert (v. 780/5 † ap.843) est un comte carolingien du IXe siècle de la famille des Guilhelmides, fils de Guillaume de Gellone et de sa première épouse Cunégonde.

BiographieModifier

Il apparait pour la première fois le dans la charte de fondation de l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert par son père Guillaume de Gellone, en compagnie de ses frères Bernard, Guitcaire, Gaucelme et de ses oncles Theudouin, Thierry et Alleaume. Ses premiers combats semblent se dérouler en Espagne contre les Sarrasins, et la Vita Hludowici Imperatoris mentionne que la ville de Tortose lui est attribuée après sa prise en 809. En 812, Louis le Pieux roi d'Aquitaine et héritier de l'empire le fait missus[1]

En 819, Louis le Pieux, devenu empereur depuis 814, épouse en secondes noces Judith de Bavière, malgré l'opposition des trois fils nés de son premier mariage. Les fils de Guillaume de Gellone se regroupent parmi les fidèles de Judith[2]. Il est même possible qu'Emma de Bavière, sœur de Judith, ait été mariée en premières noces avec Thierry († 826), fils de Guillaume de Gellone[3]. La rupture survient au mois d', quand Louis le Pieux décide, lors de l'assemblée de Worms, de constituer un royaume pour son fils Charles, né de Judith, amputant les lots du partage de 817. Louis fait face au mécontentement affiché de son fils aîné Lothaire en l'exilant en Italie, ainsi que le premier conseiller de ce dernier, Wala de Corbie[2].

Mais Wala ne se désarme pas et fait courir le bruit d'une union adultérine entre Judith et Bernard, frère d'Héribert, et accuse Bernard de profiter de la faiblesse de l'empereur pour gouverner à sa place. Profitant d'une expédition de Louis le Pieux en Bretagne, ses fils Pépin et Louis organisent la révolte, font revenir Lothaire d'Italie et prennent le pouvoir. Bernard de Septimanie s'enfuit à Barcelone, Judith est enfermée dans un couvent et Héribert est alors aveuglé[4] et exilé avec son cousin Eudes, comte d'Orléans[1].

DescendanceModifier

Aucun document contemporain ne lui mentionne d'enfants. Christian Settipani a émis deux hypothèses lui attribuant deux filles :

  • Il remarque que l'épouse du roi Bernard d'Italie se nomme Cunégonde et que leur petit-fils se nomme Herbert et rapproche ces prénoms des Guilhelmides, précisant que chronologiquement, Cunégonde femme de Bernard d'Italie pourrait être fille d'Héribert[5].
  • Il remarque également que les premières générations de la maison raymondine (comtes de Toulouse) portent des prénoms guilhelmides (Bernard, Herbert) et propose que Sénégonde, la mère des comtes Frédolon et Raymond Ier soit une fille d'Héribert[6].

GénéalogieModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thierry Ier
comte d'Autun
 
 
 
Alda
fille de
Charles Martel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cunégonde
 
 
 
 
 
Guillaume
de Gellone

comte de Toulouse
 
 
 
 
 
Guibourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guitcaire
 
Hildehelm
 
Héribert
 
Gerberge
nonne à Chalon
 
Bernard
duc Septimanie
 
Gaucelme
 
Thierry
comte d'Autun
 
Warner
 
Rolande
x Wala de Corbie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
roi d'Italie
 
Cunégonde
 
Sénégonde
 
Foucaud
cte Rouergue
 
 
Roselinde
x Vulgrin Ier
comte d'Angoulême
 
Bernard Plantevelue
comte d'Auvergne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin
comte
 
 
 
Frédolon
comte de Toulouse
 
Raymond Ier
comte de Toulouse
 
 
Sénégonde
x Ramnoul
de Marcillac
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Herbert Ier
comte de
Vermandois
 
 
 
Bernard
comte de Toulouse
 
Eudes
comte de Toulouse
 
Herbert
moine
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Foundation for Medieval Genealogy (Carolingian Nobility) »
  2. a et b Riché 1983, p. 154.
  3. Jean-Noël Mathieu, « Recherche sur les origines de deux princesses du IXe siècle : la reine Guille de Bourgogne et l'impératrice Engelberge », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica / 3 », , 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), p. 180
  4. Riché 1983, p. 155-6.
  5. Settipani 1993, p. 213-214.
  6. Settipani 2004, p. 3-8.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier