Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Hélène Castel

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castel.
Hélène Castel
Portrait de Hélène Castel
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata

Hélène Castel, née en 1959, est une psychothérapeute et écrivain français, qui a vécu près de 20 ans au Mexique, où elle s'était réfugiée après un braquage en 1980.

Sommaire

BiographieModifier

Fille du sociologue Robert Castel[1], Hélène Castel a participé le 30 mai 1980 à une attaque à main armée et à une prise d'otage dans une agence de la BNP de la rue Lafayette à Paris. Au cours de ce braquage l'un des malfaiteurs a trouvé la mort et le directeur de l'agence bancaire a été blessé. À la suite de cet événement, Hélène Castel s'est enfuie aux États-Unis avant de rejoindre le Mexique en 1982. Le 16 mai 1984, elle est jugée par contumace par la cour d'assises de Paris et condamnée à perpétuité. Au Mexique, elle change alors d'identité (Florencia Rivera-Martin), élève sa fille et devient psychothérapeute[2],[3].

En mai 2004, quelques jours avant la prescription de sa peine, sous le nom de Florencia Rivera[4],[5], elle est arrêtée, et passe 88 jours en prison au Mexique puis est extradée vers la France. Après 11 mois d'incarcération à Fleury-Mérogis, elle aura droit à un nouveau procès aux assises, dans lequel elle exprimera ses remords[6]. L'indulgence est requise par l'avocat général, Philippe Bilger. Elle sera condamnée à 2 ans de prison avec sursis, un verdict jugé « clément »[7].

OuvrageModifier

En janvier 2009, elle publie aux Éditions du Seuil Retour d'exil d'une femme recherchée, préfacé par Nancy Huston, dans lequel elle raconte son parcours et dément son implication dans des groupes politiques tels qu'Action directe.

Notes et référencesModifier

  1. Pascale Robert-Diard, « Je me sentais beaucoup plus en exil qu'en cavale. Mais l'exil, c'est douloureux avec le temps. », Le Monde, 20 janvier 2006, consulté le 6 février 2014.
  2. Françoise Escarpit, L'État ne pardonne jamais, L'Humanité, 15 juin 2004.
  3. Hélène castel, condamnée mais libre, LCI, 6 janvier 2006, consulté le 6 février 2014.
  4. Didier Tourancheau, Présent recomposé, Libération, 3 février 2009, consulté le 6 février 2014.
  5. Sophie Bouniot, Hélène Castel libérée, L'Humanité, 26 juillet 2005, consulté le 6 février 2014.
  6. Braquage : regrets d'Hélène Castel, Le Nouvel Observateur, 4 janvier 2006, consulté le 6 février 2014.
  7. Pour Hélène Castel, un verdict clément et libérateur, lemonde.fr, 7 janvier 2006

Liens externesModifier