Ouvrir le menu principal

Gymnase Japy

gymnase du 11e arrondissement de Paris
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Japy (homonymie).
Gymnase Japy
Rue Richard-Lenoir, Paris 8 October 2017 007.jpg
Gymnase Japy
Généralités
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du 11e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 11e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le gymnase Japy est un hall omnisports du 11e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

Le gymnase est situé dans un quadrilatère délimité par les rues Japy, François-de-Neufchâteau, Gobert et Richard-Lenoir, il a une capacité de 1 500 places.

Origine du nomModifier

Le gymnase, comme la rue, porte ce nom en hommage à l'industriel Frédéric Japy, fondateur de manufactures et usines de mécanique, dont certaines étaient situées dans ce quartier[1].

HistoriqueModifier

À l'origine, il s’agissait d'un marché couvert, le « marché Japy », construit en 1870.

Transformé en gymnase en 1884 par Charles Laisné, il accueille un grand nombre de réunions politiques, dont, du 6 au 9 décembre 1899, le premier congrès des organisations socialistes françaises auquel participent Jean Jaurès et Paul Laffargue puis par la suite des congrès de la CGT.

Durant l'occupation, le gymnase sert de centre de rassemblement et d'internement de Juifs au cours des grandes rafles du 20 aout 1941 et du 16 juillet 1942 (Rafle du Vel d'Hiv). Le 14 mai 1941, plusieurs milliers de Juifs étrangers du XIe arrondissement avaient reçu une convocation sous forme d'un billet vert pour un « examen de situation ». Parqués dans le gymnase, ils sont ensuite internés au camp de Drancy puis déportés vers les camps d'extermination.

Le 2 septembre 1947, des militants communistes tentèrent d'empêcher Louis Vallon et André Malraux d'y prendre la parole[2]. Des boulons sont lancés sur les orateurs, des accompagnateurs sont blessés avant que la salle ne prenne d'assaut la tribune.

Le 22 mars 1996, dans l'affaire des sans-papiers, le gymnase est investi par des familles d'origine africaine. Il est encerclé par les forces de police puis est évacué le 24 mars 1996 par la police sur réquisition de la mairie de Paris.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DiversModifier

Notes et référencesModifier

  1. Promenades dans toutes les rues de Paris par arrondissements, archive.org.
  2. François Audigier, Histoire du SAC, éd. Stock, 2003 (ISBN 978-2-234-06864-3)

Liens externesModifier