Ouvrir le menu principal

Gye

commune française du département de Meurthe-et-Moselle
Ne doit pas être confondu avec Gyé.

Gye
Gye
Panneau d'entrée d'agglomération.
Blason de Gye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Toul
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
Michel Noisette
2014-2020
Code postal 54113
Code commune 54242
Démographie
Gentilé Gynois(es)
Population
municipale
238 hab. (2016 en augmentation de 18,41 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 15″ nord, 5° 52′ 35″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 252 m
Superficie 6,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gye
Liens
Site web http://lannuaire.service-public.fr/mairies/lorraine/meurthe-et-moselle/mairie-54242-01.html

Gye est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

À l'époque gallo-romaine, le bourg gaulois porte le nom de "GAIACUM".

GéographieModifier

Le ban communal de Gye, altitude moyenne de 233 m, est inséré dans la plaine humide du pied des côtes de Meuse, pour une surface de 648 hectares.

Le bourg se trouve en son centre (Zonage cadastral AA), bien que les traces plus anciennes d’habitations se situent en bordure de l'ancienne voie Toul-langres (lieu-dit Naléchamps) qui forme la limite ouest de son territoire, alors que la Route nationale 74 (France) (Toul-Colombey) fait frontière à l'est. Au nord ce sont les bois du Tillot (commune de Toul) qui bordent la commune, la limite sud est moins marquée.

 
Gye (Ban communal)

LocalisationModifier

Gye est une petite commune située à 30 km de Nancy et 8 km de Toul dans la plaine du Toulois, non loin des côtes de Toul, célèbres pour leur « gris de Toul » (vin).

La commune possède une gare de péage à son nom (péage de Gye) située sur l'autoroute A31 à proximité. (Zonages ZE et ZC).

Communes limitrophesModifier

GéologieModifier

Gye est situé sur les « Marnes à Rhynchonelles supérieures » du Bathonien supérieur.

Les Marnes à Rhynchonelles inférieures et supérieures sont rarement visibles à l'affleurement. Elles sont généralement gris-bleu mais peuvent présenter des passages noirs, beiges ou même blancs. Elles sont riches en Lamellibranches et Brachiopodes, particulièrement les Rhynchonelles qui leur ont donné leur nom.

HydrographieModifier

La commune est traversée par trois ruisseaux, le "Ruisseau des Étangs"[1] (parfois ou autrefois ruisseau de Comines), le "Ruisseau des Bœufs" (parfois ou autrefois ruisseau de Blarin ou Blénod[2]) et le "Ruisseau de Bueue". Tous les trois se jettent dans la Moselle (rivière) au lieu-dit la Bouvade[3] à Bicqueley.

ToponymieModifier

Anciennes mentions : Gulla (1065), Gula (1105), Jaiacum (1154), Stagna de Gieyo (1149-1172), Gyer (1516), Geys (1527), Gyes (1545), Giey (1663)[4].

Une étymologie populaire rattache le nom de Gye à celui d'une vigne appelée In Gula appartenant au chapitre de la cathédrale de Toul. En fait, le toponyme apparaît sous la forme Gaiacum en 622/654 : il est formé de l'anthroponyme romain Gaius et du suffixe gallo-romain -acum, formation typique de l'Antiquité tardive et de l'époque mérovingienne, et signifie "domaine de Gaius"[5].

HistoireModifier

 
Panneau d'information.

Dans un secteur commun avec la commune de Mont-le-Vignoble, voisine, en Nalléchamp (ce pourrait signifier "mauvais champs" si le labourage fait effectivement resurgir des restes archéologique ?), sont signalés des restes de constructions avec tuiles romaines. Sur la place de l'église on trouva, en creusant le sol, un pavé en briques de différentes couleurs.[6] telles sont les traces de premières habitations sur cette commune.

Le Chemin chaussee Brunehaut et la grande voie de Langres à Metz, passeraient à Gye.[Information douteuse] [?]

Dans une prairie à peu de distance du village, en creusant un fossé, on a découvert une épée de fer identique à celles des dragons espagnols de l'époque de la Ligue.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 5 avril 2014 Alain Orditz    
5 avril 2014 En cours Michel Noisette    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 238 habitants[Note 1], en augmentation de 18,41 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146135149204223272261254241
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
228252235225345222325306375
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
307353157163168147128122118
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
114120104111187189190190213
2016 - - - - - - - -
238--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Gye se caractérise par une forte implantation du secteur primaire. En effet, il existe environ six exploitations agricoles pour une population de 199 habitants, soit une exploitation pour 33 habitants.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église de Gye.
  • Vestiges de la voie romaine de Trèves-Lyon.
  • Ancien fort du Tillot. Le fort du Tillot fait partie du système de défense Système Séré de Rivières, du nom d'un ingénieur militaire français. Ce système de défense a été bâti à partir de 1874, peu après la guerre de 1870. Le fort du Tillot est situé entre la N 74 et l'A31, dans le bois du Tillot. Il est notamment accessible à partir de la N 74 (chemin de Valcourt ou lieu-dit du Tillot).

Il existe aussi à 200 m du village de Gye une petite avancée fortifiée composée d'une demi-dizaine de casemates, visibles et accessibles. Cet ensemble fortifié est situé sur un léger relief positif, dominant légèrement la plaine touloise. La construction fortifiée est accessible à partir du chemin situé tout à côté du cimetière de Gye (rue de la Saux). Ce lieu a été réaménagé au début des années 2000, pour permettre aux curieux un accès sécurisé. "Queues de cochons" et "fils barbelés" sont encore visibles.

  • Monument aux morts guerre 1914-1918.

Le monument aux morts est situé dans le cimetière. Sur le monument on peut lire : La commune de GYE à ses enfants MORTS POUR LA FRANCE.

  • Église : tour et nef XVIIIe siècle, chapelle latérale XVe siècle, chevet XVe siècle, chœur gothique.
  • Deux croix de chemin XVIIe et XVIIIe siècles.

Personnalités liées à la communeModifier

  • aucune

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur à la jumelle en pal d'argent à la fasce d'or brochant sur le tout, chargée de trois alérions de gueules.
Détails
Blason réalisé au milieu des années 2000 par l'union des cercles généalogiques de Lorraine, sans valeur historique.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 8 janvier 2019) : « Ruisseau des Etangs (A5620310) »
  2. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 8 janvier 2019) : « Ruisseau de Blenod (A5620350) »
  3. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 8 janvier 2019) : « La Bouvade (A56-0200) »
  4. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  5. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle, Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 978-2914554435).
  6. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 71
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.