Ouvrir le menu principal

Gy (Haute-Saône)

commune française du département de la Haute-Saône
Ne doit pas être confondu avec Gy (Genève).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gy.

Gy
Gy (Haute-Saône)
L'église Saint-Symphorien.´
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes des monts de Gy
Maire
Mandat
Christelle CLEMENT
2014-2020
Code postal 70700
Code commune 70282
Démographie
Gentilé Gylois/Gyloises
Population
municipale
1 076 hab. (2016 en augmentation de 2,18 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 25″ nord, 5° 48′ 47″ est
Altitude Min. 198 m
Max. 380 m
Superficie 24,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Gy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Gy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gy
Liens
Site web Https://www.mairie-gy.fr

Gy est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Gylois(es).

Elle bénéficie du label Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

L'occupation de Gy est attestée depuis la période gallo-romaine, en raison d'une villa découverte à proximité de l'actuelle place de la République.

En 1093, le comte de Bourgogne, Renaud, vend à son frère Hugues, archevêque de Besançon ses terres du pays gyssois.

En 1250, l'archevêque de Besançon Guillaume II de la Tour[1] y fait construire « une forte tour ».

En 1259, Jean Ier de Chalon du comté de Bourgogne entre en conflit contre l'archevêque de Besançon Guillaume II de la Tour. Ainsi le château de Gy fut assiégé par Thibaud III de Rougemont, Gérard, Richard et Thiébaud II de Neuchâtel, fils de Thiébaud Ier de Neuchâtel-Bourgogne, Guillaume et Pierre d'Arguel[2], Othon de la Roche, Etienne et Othon de Montmarin et autres seigneurs et après quelque résistance, le château fut pris et détruit de fond en comble[3]. L'archevêque excommunia les perturbateurs qui fut confirmé par le pape Alexandre IV. Un arrangement fut négocié par le paiement d'une rente de 5 bichots[4],[5] de froment à prendre sur les moulins de Vuillecin afin de lever l’excommunication[6].

En 1380, une querelle concernant les droits de battre monnaie entre le duc de Bourgogne, Philippe II de Bourgogne, et l’archevêque de Besançon, Guillaume de Vergy, s’est envenimée. Le prélat suivi par son chapitre interdit Auxonne de battre monnaie, refuse au duc l’hommage de plusieurs de leurs seigneuries et excommunie le gardien de la Comté et le bailli d’Amont, fidèle au duc. En réponse, le duc de Bourgogne rase les forteresses épiscopales de Noroy, Étalans et Mandeure et poursuit l’archevêque jusqu’à son château de Gy, qu’il assiège. L’archevêque parvient à s’enfuir du château par un souterrain, dit-on, et trouver refuge à Avignon d’où il excommunie le Comté de Bourgogne[7].

Gy est décrit dans l'ouvrage "Description de la Franche-Comté" de 1552: "Son territoire jouit d'une fécondité incomparable, car il produit un vin qui le dispute en vertu et en bonté avec celui de Besançon. On le transporte en Allemagne, non pas pour le vendre en public, mais pour orner la table des grands. François Busleiden, archevêque de Besançon, a construit ses hautes tours et son admirable château".

Article détaillé : Château de Gy.

Politique et administrationModifier

 
Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des monts de Gy (dans sa composition de 2015).

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle était, depuis 1793,le chef-lieu du canton de Gy[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Marnay.

IntercommunalitéModifier

La commune est membre de la communauté de communes des monts de Gy, créée le .

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2001 Philippe Dumont    
mars 2001 mars 2008 Lucien Chance   Retraité France-Télécom
mars 2008 2014[10] Christelle Rousselle UMP Conseillère agricole
2014[11] En cours
(au 20 septembre 2016)
Christelle Clément UMP[12] Vice-présidente de la CC des Monts de Gy (2014 → )

Politique environnementaleModifier

La commune s'est dotée, à l'initiative de l'ancien maire Lucien Chance, d'une chaufferie automatique à bois avec réseau de chaleur, qui alimente, depuis l'automne 2014 le collège et le gymnase, puis, à terme, le futur pôle scolaire et de l’accueil périscolaire[13].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2016, la commune comptait 1 076 habitants[Note 1], en augmentation de 2,18 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3252 6952 8062 7142 9592 5972 6602 4602 543
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9702 1202 1782 0032 0922 1172 0351 8221 680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6411 6211 5151 2561 2011 1791 2071 1941 095
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9879369669509431 0181 0341 0361 039
2013 2016 - - - - - - -
1 0881 076-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

SportModifier

  • AC Gy, club de football féminin.
  • HBC Des Monts de Gy, club de handball féminin et masculin.
  • Gy est le point central de l'espace VTT des monts de Gy.
  • Judo Club Gylois[17], club de judo Ju-jitsu et self défense affilié Fédération française de judo et disciplines associées.
  • Club bouliste : la « Pétanque Gyloise » créé en 1981 sous l’impulsion de Pierre Balland. En 2018, le club compte 133 licenciés dont 67 Hommes, 21 Femmes et 45 jeunes. Chez les adultes, la compétition demeure une priorité. Une défaite au 7eme tour de la coupe de France en 2018 a néanmoins constitué un record pour le club. Le club monte en puissance depuis quelques années notamment avec le recrutement de joueurs de haut niveau comme Bal Erol (qui a participé au championnat du monde avec la sélection marocaine) ou encore Julien Schandelmeier venu de Colmar. Le club de pétanque dispose d’un terrain découvert d’environ 50m² utilisable n’importe quand pendant la semaine et ouvert à tous. Un local est mis à la disposition des licenciés du club. C’est un lieu de loisirs pendant la semaine et un lieu d’entraînement en vue des compétitions qui ont lieu chaque week-end. En 2012 et à destination, des jeunes générations, une école de pétanque a été fondée par Nicolas Monnier le président et David Faivre, Vice-président du club et président de la commission des jeunes : 10 équipes ont participé au championnat de France.Qualités requises pour ce sport : être calme, patient, endurant, compétitif, agile, habile et avoir un bon mental. la pétanque peut être à la fois un loisir et un sport de compétition qui peut se jouer en tête à tête, en doublette ou en triplette ; chaque joueur dispose de deux ou trois boules qui doivent peser entre 650 et 750 grammes. Elles peuvent être en inox ou en carbone. L’équipe gagnante est la première qui arrive à 13 points. C’est l’équipe qui a la boule la plus proche du cochonnet qui marque à la fin de chaque mène (manche). Une partie peut durer 30 min comme 2h. Le cochonnet doit être lancé entre 6 et 10 mètres pour débuter la partie.La licence est de 10 euros pour les jeunes et 28 euros pour les adultes, Avec une licence, le joueur peut faire des concours dans la France entière. Les personnes qui ne possèdent pas de licence peuvent quand même participer a des compétitions dites " sauvages". Les meilleurs clubs français sont : Metz, Nice, Draguignan et Bourbon Lancy.


ÉconomieModifier

En 2018, la commune dispose des professionnels suivants : 2 restaurants, 2 cafés, 1 boucherie, 2 boulangeries-pâtisseries, 1 hôtel, 3 Salons de coiffure, 2 instituts de beauté, 1 boutique de vêtement pour femme, 1 boutique d’article de décoration, 1 artisan-traiteur, 1 pharmacie, 1 bureau de tabac, 1 hypermarché, 1 bureau de poste, 1 centre des finances publiques, 1 office de tourisme, 1 cinéma (2 projections par mois), 1 agence immobilière, 1 auto-école, 1 agence bancaire, 1 société d’assurance, 1 concession automobile, 8 médecins, 2 infirmières, 3 kinésithérapeutes, 1 ostéophate, 1 orthodontiste, 2 dentistes, 1 centre de première intervention (CPI SDIS70), 1 entreprise funéraire, 1 carrière, 3 entreprises de peinture, 1 carrossier, 1 menuisier-ébéniste, 1 société européenne spécialisée dans les fermetures de garage et rideaux métalliques pour les professionnels et particuliers (siège social Gy), 1 société de maçonnerie, 1 société de paysagisme, 1 société spécialisée dans la vente de matériel agricole, une société de plomberie,1 société de motoculture, 1 société de transport de voyageurs et/ou de personnels par autocar, 1 société de charpente/couverture, 1 société d’électricité, 1 entreprise de terrassement et TP, 1 imprimerie, 1 association avec point de vente de produit bio, 1 déchèterie, 2 collèges (1 privé et 1 public), 2 écoles maternelles et 2 écoles primaires(1 privée et 1 publique)[10].

Culture locale et patrimoineModifier

MonumentsModifier

  • Château de Gy, résidence des archevêques de Besançon, avec une tour escalier Renaissance. Construit par Charlemagne, transformé en résidence de plaisance. L'archevêque Choiseul-Beaupré y résida de 1754 à 1774 et réaménagea complètement les lieux. Abandonné, le château fut transformé en collège de 1854 à 1876[18].
  • Habitat vigneron et vieux bourg médiéval ainsi que des XVIIIe et XIXe siècles .
  • Hôtel de ville de Gy, construit en 1844-1848[10],[19].
  • Église Saint-Symphorien de Gy, construite sur les plans de Henri Frignet entre 1769 et 1774, avec un clocher de 1694[20].
  • Grande fontaine de Gy, construite entre 1830 et 1835 par les architectes César Convers et Alphonse Delacroix, et qui fut le principal point d'alimentation en eau des habitants de la ville basse[21].
  • Lavoir de Gy, chemin dit derrière le Château, construit par l'entreprise Delune et Cie en ciment armé au XIXe siècle[22].
  • Ancien lavoir (actuel garage et bucher), place des Écuries, construit au milieu du XIXe siècle par l'architecte César Convers en pierre de taille

DistinctionModifier

De par son histoire et son patrimoine, Gy fait partie de l'association des Cités de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Claude-Antoine Bolot, magisrat et homme politique, né à Gy, avocat à Vesoul.
  • Louis Francisque Lélut, médecin français philosophe, né à Gy.
  • Noël André connu sous le nom de Père Chrysologue (1728-1808), religieux capucin et scientifique auteur d'une Théorie de la surface actuelle de la terre[23],[24].
  • Charles Marie Albert Travelet, ingénieur des ponts-et-chaussées de première classe, ancien élève de l'école polytechnique (promotion 1864), né le 21 février 1847 à Besançon (Doubs), marié à Berthe Elisabeth Bolot et décédé le 20 octobre 1885 à Gy[25].
  • Paul Lanoir (1863-1927), organisateur du syndicalisme jaune au début du XXe siècle, est né à Gy.
  • Guillaume DARD DE BOSCO de Gy (1704 - ~1790), était un habile mécanicien qui fut reconnu par l'ingénieur italien Servandoni. Celui-ci lui confia, en 1757, la direction des machines du Théâtre des Tuileries. Treize ans plus tard, il fut chargé de l'exécution des machines du théâtre du roi à Versailles. Il publia un Discours sur les femmes, ouvrage (paru sous pseudonyme) qui était une apologie du sexe féminin.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D’azur à la foi alésée d’argent.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Histoire de l'église, ville et diocèse de Besançon par François-Ignace Dunod de Charnage page 204
  2. Mémoires pour servir à l'histoire du comté de Bourgogne par François-Ignace Dunod de Charnage page 125
  3. Memoires et Documents Inedits de la Franche Comté Volume 3 page 153
  4. Le bichot est une ancienne mesure de capacité pour les grains
  5. Coutumes générales du pays et Duché de Bourgogne par Pierre Taisand page 870
  6. Essai sur l'histoire de la Franche Comté, Volume 1 par Edouard Clerc page 416
  7. Edouard Clerc, Essai sur l’histoire de la Franche-Comté, tome second, Bintot imprimeur-libraire, Besançon, 1846, p.221.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Les maires de Gy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 17 octobre 2016).
  10. a b et c Sébastien Michaux, « Un mandat au-dessus de tout », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Christelle Rousselle (élue en 2008 pour la première fois) : (...) Mandat de maire. « Je n’étais pas candidate à la fonction de maire, on s’est tourné vers moi. J’ai dit oui, mais il ne faut pas trop savoir à quoi on s’engage... L’apprentissage a été difficile. Je suis à mi-mandat, je commence à maîtriser les rouages. Depuis six mois, j’ai arrêté de travailler pour me consacrer pleinement à la mairie (Christelle Rouselle, mère d’un garçon de 7 ans, est ingénieur agronome, NDLR) ».
    Politique. Christelle Rousselle a été la candidate UMP malheureuse sur le canton de Gy. « Je m’y suis engagée quand j’ai été élue maire, d’autant qu’on m’a demandé de me positionner : le conseil municipal n’est pas un lieu pour faire de la politique. Je n’ai pas épousé la cause, je me suis présentée avec cette étiquette, c’est tout. Je ne peux pas défendre telle ou telle chose d’un point de vue strictement politique, ce qui me fait dire que je ne suis pas forcément une bonne candidate...» »
    .
  11. « Élection du maire et des adjoints », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Christiane Charolles a recueilli 3 voix, Christelle Clément 12 voix ».
  12. « Gy », Données du Monde, Le Monde (consulté le 18 octobre 2016).
  13. « Le bois pourvoyeur de chaleur pour tous », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. https://www.facebook.com/judoclubgylois
  18. « Le château », notice no IA00016238, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « La mairie », notice no PA00102192, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « L'église paroissiale Saint-Symphorien », notice no IA00016240, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « La grande fontaine », notice no PA70000051, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Le lavoir », notice no IA00016248, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Louis Suchaux Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Volume 1, 1864
  24. (it) http://www.atlascoelestis.com/ChryN%2002.htm
  25. Source : Acte de décès numéro 40 du registre des décès de la commune de Gy pour l'année 1885.