Gwendolyn Brooks

Poète et universitaire américaine

Gwendolyn Elizabeth Brooks ( à Topeka, Kansas - à Chicago, Illinois), poète américaine et professeure, est la première femme afro-américaine à recevoir le prix Pulitzer pour la poésie[1]. Il lui est décerné en 1950 pour son second recueil de poèmes, Annie Allen.

Gwendolyn Brooks
Gwendolyn-Brooks 02a.jpg
Biographie
Naissance

Topeka (Kansas)
Décès
(à 83 ans)
Chicago (Illinois)
Sépulture
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Illinois, Topeka, Michigan Boulevard Garden Apartments (en), South Side (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Englewood Technical Prep Academy (en)
Hyde Park Academy High School (en)
Kennedy–King College (en) (Associate degree) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Influencée par
Distinctions
Liste détaillée
National Medal of Arts
Eunice Tietjens Memorial Prize (d)
Bourse Guggenheim ()
Prix Pulitzer de la poésie ()
Kuumba Liberation Award (d) ()
Prix Anisfield-Wolf ()
Shelley Memorial Award ()
Langston Hughes Medal (en) ()
Poète lauréat de la Bibliothèque du Congrès ()
National Women's Hall of Fame ()
Médaille Robert Frost ()
Jefferson Lecture (en) ()
Academy of American Poets Fellowship ()
Black Literary Hall Of Fame (d) ()
Légende vivante de la Bibliothèque du Congrès ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Library Walk 23.JPG
plaque commémorative

Durant sa carrière, elle reçoit de nombreuses autres distinctions. En 1968, elle est nommée poète lauréate de l'Illinois et conserve ce statut jusqu'à la fin de sa vie en 2000[2]. En 1976, elle devient la première afro-américaine intronisée à l’Académie américaine des arts et des lettres. En 1985 et 1986 elle est consultante pour le domaine de la poésie auprès de la Bibliothèque du Congrès, poste tenu pour la première fois par une Afro-Américaine[3],[4].

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Gwendolyn Elizabeth Brooks naît le à Topeka, Kansas[3],[4],[5],[6]. Elle est l'aînée de David Anderson Brooks et Keziah (Wims) Brooks. Sa mère est enseignante et pianiste, son père gardien dans une entreprise de musique[7]. La légende familiale dit que son grand père paternel aurait fui l’esclavage pour rejoindre l'armée de l’Union pendant la guerre de sécession américaine[8].

Brooks est âgée de six semaines, lorsque sa famille décide de s’installer à Chicago pendant la grande migration afro-américaine. Elle se sent chez elle dans cette ville. Elle commence ses études à la Forestville Elementary School, à Chicago's South Side[9]. Elle suit ensuite des cours dans l’une des écoles supérieures les plus élitistes de la ville, dont les étudiants sont en majorité blancs : la Hyde Park High School (Massachusetts) (en)[10]. Puis elle rejoint la Wendell Phillips Academy High School (en), où les étudiants sont en très grande majorité des afro-américains et enfin l'établissement le plus mixte des trois, la Englewood Technical Prep Academy (en). Selon l’auteur de sa biographie Kenny Jackson Williams : « ces trois écoles lui donnèrent une idée des dynamiques raciales en mouvement dans la ville, qui influence depuis toujours ses écrits »[4],[10],[11].

En 1936, elle obtient son diplôme supérieur au Wilson Junior College, connu aujourd'hui sous le nom de Kennedy–King College (en)[12]. Brooks décide de ne pas poursuivre ses études jusqu’au master car elle sait qu’elle veut se consacrer à l'écriture. « Je ne suis pas une universitaire » dit-elle plus tard. « Je suis juste une écrivaine, j’aime écrire et je compte continuer à le faire ». Pour gagner sa vie, Brooks est directrice de publicité à la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) à Chicago. Chicago restera une référence importante pour le reste de sa vie[12].

CarrièreModifier

Carrière littéraireModifier

Brooks publie son premier poème, « Eventide », dans un magazine pour enfants, American Childhood, quand elle a 13 ans[13]. À l’âge de 16 ans, elle a déjà écrit et publié environ 75 poèmes. À 17 ans, elle commence à soumettre son travail à « Lights and Shadows », la rubrique poétique du Chicago Defender, un journal afro-américain[14]. Ses poèmes, dont beaucoup sont publiés alors qu’elle fréquente le Wilson Junior College, vont de ballades et de sonnets traditionnels à des poèmes utilisant des rythmes de blues en vers libres. Au cours de ses premières années, James Weldon Johnson, Richard Wright et Langston Hughes la félicitent pour son travail poétique et l'encouragent à persévérer[15]. James Weldon Johnson lui envoie la première critique de ses poèmes alors qu’elle n’a que 16 ans.

Ses personnages sont souvent tirés de son expérience de la vie urbaine. Elle dit « je vivais dans un petit appartement au second étage d’un immeuble situé au croisement de deux rues. Je pouvais regarder d’un côté et de l’autre. J'avais le matériel de base pour mon travail »[16].

En 1941, Brooks participe à des ateliers de poésie. Un événement particulièrement prisé est organisé par Inez Cunningham Stark, une femme blanche aisée avec un fort bagage littéraire. Stark offre des ateliers d’écriture au nouveau South Side Community Art Center, auquel Brooks participe. C’est là qu’elle prend de l'assurance pour poser sa voix et mieux connaître les techniques de ses prédécesseurs. Le célèbre poète Langston Hughes, qui fréquente l’atelier, l'entend lire « The Ballad of Pearl May Lee »[17]. En 1944, elle atteint le but qu’elle poursuit depuis qu’elle a 14 ans et de multiples sollicitations de publication : deux de ses poèmes paraissent dans le numéro de novembre de la revue Poetry [18].

Brooks publie son premier recueil de poésie, A Street in Bronzeville (1945), chez Harper & Brothers, grâce au puissant soutien de l’auteur Richard Wright auprès de l’éditeur. Il dit aux directeurs de publication qui lui demandent son opinion sur le travail de Brooks[17] :

« Il n’y a pas ici d’apitoiement sur soi-même, pas de lutte pour les effets. Elle s’empare de la réalité telle qu’elle est et la restitue fidèlement. ... Elle capte facilement le pathos des destins mesquins ; le gémissement des blessés ; les accidents minuscules qui affligent la vie de ceux qui sont désespérément pauvres et le problème des préjugés de couleur parmi les nègres. »

Le livre est immédiatement apprécié par la critique pour ses portraits authentiques et vivants de la vie dans Bronzeville. Brooks dit ultérieurement que c’est la critique élogieuse de Paul Engle dans le Chicago Tribune qui « a fait ma réputation »[17]. Engle déclare que les poèmes de Brooks ne sont pas davantage « poésie noire » que le travail de Robert Frost n'est « poésie blanche ». Brooks reçoit sa première bourse Guggenheim en 1946 et elle est citée parmi l’une des « Dix jeunes femmes de l’année » dans Mademoiselle magazine[19].

Le second recueil de poésie de Brooks, Annie Allen (1949), narre la vie et les expériences d’une jeune fille noire qui grandit dans le quartier de Bronzeville à Chicago. Le livre reçoit le prix Pulitzer 1950 pour la poésie et le prix Eunice Tietjens de la revue Poetry[20].

En 1953, Brooks publie son premier et unique roman intitulé Maud Martha, qui, dans une série de 34 courts récits, retrace la vie d’une femme noire nommée Maud Martha Brown, de l’enfance à l’âge adulte. Il raconte l’histoire d’une « femme qui doute d'elle-même et où et comment elle s’inscrit dans le monde. L’inquiétude de Maud n’est pas tant d'être inférieure, mais qu’elle soit perçue comme étant laide », affirme l’auteur Harry B. Shaw dans son livre Gwendolyn Brooks[14]. Maud souffre de préjugés et de discrimination non seulement de la part des Blancs, mais aussi de la part des Noirs qui ont une peau plus claire que la sienne, ce qui est une référence directe à l’expérience personnelle de Brooks. Finalement, Maud se défend en tournant le dos à une vendeuse condescendante et raciste. « Le sujet du livre est... le triomphe des humbles », commente Shaw[14]. En revanche, la chercheuse littéraire Mary Helen Washington insiste sur la critique du racisme et du sexisme de Brooks, qualifiant Maud Martha de « roman sur l’amertume, la rage, la haine de soi et le silence qui résulte de la colère réprimée »[21].

En 1967, l’année de la mort de Langston Hughes, Brooks assiste à la deuxième conférence des écrivains noirs à l’Université Fisk de Nashville. Là, selon l'une des versions des événements, elle rencontre des militants et des artistes tels que Imamu Amiri Baraka, Don L. Lee et d’autres qui lui parlent du nouveau nationalisme culturel noir. Des études récentes affirment qu’elle s'implique dans la politique de gauche à Chicago pendant de nombreuses années et, sous la pression du maccarthysme, adopte une posture nationaliste noire, comme moyen de se distancier de ses relations politiques antérieures[22]. L’expérience de Brooks lors de la conférence inspire nombre de ses activités littéraires ultérieures. Elle enseigne l’écriture créative à certains des Blackstone Rangers de Chicago, un gang criminel violent. En 1968, elle publie l’une de ses œuvres les plus célèbres, In the Mecca, un long poème sur une mère à la recherche de son enfant perdu dans un immeuble de Chicago. Le poème est nominé pour le National Book Award pour la poésie[14],[19].

Son récit autobiographique From Part One, réunissant des réminiscences, des interviews, des photographies et des courts récits, paraît en 1972, et Report From Part Two est publié en 1995, alors qu’elle a près de 80 ans[13].

Carrière universitaireModifier

Brooks situe sa première expérience d’enseignement à l’Université de Chicago lorsqu'elle est invitée par l’auteur Frank London Brown à enseigner la littérature américaine. C’est le début de son engagement à partager la poésie et à enseigner l’écriture. Brooks enseigne ensuite dans tout le pays et occupe des postes à Columbia College à Chicago, Northeastern Illinois University, Chicago State University, Elmhurst College, Columbia University et le City College à New York[10].

Vie personnelleModifier

En 1939, elle épouse Henry Blakely Lowington Blakely Junior. Ils ont deux enfants, Henry Lowington Blakely III et Nora Brooks Blakely (en). Son mari meurt en 1996.

Brooks meurt le à Chicago, en Illinois[23]. Elle est inhumée au Lincoln Cemetery[24]. Sa mémoire se perpétue à travers des institutions et des événements qui portent son nom.

ArchivesModifier

La Rare Book & Manuscript Library à l'University of Illinois ont acquis des archives auprès de sa fille Nora Blakely[14],[25]. La Bancroft Library de Université de Californie à Berkeley possède également une collection de ses documents personnels, en particulier de la période 1950 à 1989[26],[27].

Honneurs et prixModifier

HéritageModifier

Des établissements, des institutions honorent le nom de Brooks :

  • 1970 : Gwendolyn Brooks Cultural Center, Western Illinois University, Macomb, Illinois[41]
  • 1990 : Gwendolyn Brooks Center for Black Literature and Creative Writing, Chicago State University[42]
  • 1995 : Gwendolyn Brooks Elementary School, Aurora, Illinois
  • 2001 : Gwendolyn Brooks College Preparatory Academy, Chicago, Illinois[43]
  • 2002 : 100 Greatest African Americans[44]
  • 2002 : Gwendolyn Brooks Middle School, Oak Park, Illinois[45]
  • 2003 : Gwendolyn Brooks Illinois State Library, Springfield, Illinois
  • 2004 : Hyacinth Park à Chicago est renommé Gwendolyn Brooks Park[46]
  • 2010 : intronisée au Chicago Literary Hall of Fame[47]
  • 2012 : honorée sur un timbre postal des États-Unis
  • 2015 : l'Union astronomique internationale nomme un cratère sur Mercure « Brooks » en son honneur[48]
  • 2017 : plusieurs événements à Chicago célèbrent la date du 100e anniversaire de sa naissance
  • 2017–18 : « Our Miss Brooks @ 100 » (OMB100) une célébration de la vie de Brooks. La cérémonie d'ouverture eut lieu le 2 février 2017, au Art Institute of Chicago, animée par des lectures et des échanges autour de l'influence de Brooks par des poètes lauréats du prix Pulitzer, Rita Dove, Yusef Komunyakaa, Gregory Pardlo, Tracy K. Smith et Natasha Trethewey. Clôture le 17 juin 2018[49],[50].
  • 2018 : Pour son 101e anniversaire, une statue de Brooks nommée « Gwendolyn Brooks: The Oracle of Bronzeville », a été érigée au Gwendolyn Brooks Park à Chicago[51]

Œuvres choisiesModifier

  • (en) A Street in Bronzeville, Harper & Brothers Publishers,
  • (en) Annie Allen, Greenwood-Heinemann Publishing, (1re éd. 1949, Harper Brothers Publishers), 60 p. (ISBN 0837155614)
  • (en) Maud Martha, Third World Press, (1re éd. 1953, Harper Brothers Publishers), 180 p. (ISBN 0883780615, présentation en ligne)
  • (en) Bronzeville Boys and Girls (ill. Faith Ringgold), Harper Collins, (1re éd. 1956, Harper Brothers Publisher) (ISBN 0060295058, présentation en ligne)
  • (en) The Bean Eaters, Harpers Brothers Publishers, (1re éd. 1950)
  • (en) In the Mecca, Harper & Row Publishers, (ISBN 0060105372)
  • (en) For Illinois, 1968 : a sesquicentennial poem, Harper,
  • (en) Riot, Broadside Press, , 22 p. (ISBN 068530535X)
  • (en) Family Pictures, Broadside Press, , 23 p. (ISBN 091029643X)
  • (en) Aloneness, Broadside Press, , 16 p. (ISBN 0910296553)
  • (en) Report from Part One: An Autobiography, Broadside Press, , 192 p. (ISBN 0614031311)
  • (en) Black love, Chicago, Illinois, Brooks Press,
  • (en) Brooks Press, Mayor Harold Washington and Chicago, the I will city, Chicago, Illinois, Brooks Press,
  • (en) The Near-Johannesburg Boy and Other Poems, Third World Press, (1re éd. 1986), 31 p. (ISBN 0883780550)
  • (en) Winnie, Third World Press, (1re éd. 1988), 17 p. (ISBN 088378050X, présentation en ligne)
  • (en) Report from Part Two (postface D.H. Melhem), Third World Press, , 170 p. (ISBN 088378162X, présentation en ligne)
  • (en) In Montgomery: And Other Poems, Third World Press, , 147 p. (ISBN 0883782324)

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Frost? Williams? No, Gwendolyn Brooks », sur The Pulitzer Prizes
  2. (en) Bruce Rauner, « Illinois Poet Laureate », sur web.archive.org, (consulté le 2 juin 2020)
  3. a b c et d (en) « Gwendolyn Brooks | American poet and educator », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 juin 2019)
  4. a b c et d (en) « Gwendolyn Brooks: African American Writer », sur www.myblackhistory.net (consulté le 9 juin 2019)
  5. (en) Academy of American Poets, « Gwendolyn Brooks | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 9 juin 2019)
  6. (en) « Renowned Poet Gwendolyn Brooks' Time In Kansas Was Short, But Worth A Birthday Party », sur KCUR 89.3 - NPR in Kansas City. Local news, entertainment and podcasts., (consulté le 2 juin 2020)
  7. « Gwendolyn Brooks | Modern American Poetry », sur www.modernamericanpoetry.org (consulté le 6 juin 2020)
  8. (en) George E. Kent, A Life of Gwendolyn Brooks, University Press of Kentucky (ISBN 978-0-8131-2800-9, lire en ligne), p. 1-2
  9. (en) Columbus Salley, The Black 100: A Ranking of the Most Influential African-Americans, Past and Present, Citadel Press, (ISBN 978-0-8065-2048-3, lire en ligne)
  10. a b et c (en) Kenny Jackson Williams et William L.Andrews, Frances Smith Foster, Trudier Harris (éds.), Brooks Gwendolyn dans The Concise Oxford Companion to African American Literature, Oxford University Press, (ISBN 9780198031758, lire en ligne), p. 47
  11. a et b (en-US) « Gwendolyn Brooks - Bio - Illinois Poet Laureate », sur www2.illinois.gov (consulté le 6 juin 2020)
  12. a et b (en-US) « Gwendolyn Brooks (1917-2000) », sur BlackPast, (consulté le 9 juin 2019)
  13. a b et c (en-GB) Margaret Busby, « Obituary: Gwendolyn Brooks », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  14. a b c d et e (en) Poetry Foundation, « Gwendolyn Brooks », sur Poetry Foundation, (consulté le 9 juin 2019)
  15. a et b (en) « Remembering The Great Poet Gwendolyn Brooks At 100 », sur NPR.org (consulté le 3 juin 2020)
  16. a et b (en-US) Mel Watkins, « Gwendolyn Brooks, Whose Poetry Told of Being Black in America, Dies at 83 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  17. a b et c (en) George E. Kent, A Life of Gwendolyn Brooks, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0-8131-2800-9, lire en ligne), p. 54-55
  18. (en) Poetry Foundation, « Introduction: June 2017 by Don Share », sur Poetry Magazine, (consulté le 5 juin 2020)
  19. a et b (en) Jason Miller et Paul Finkelman (éd.), Gwendolyn Brooks dans Encyclopedia of African American History, 1896 to the Present: From the Age of Segregation to the Twenty-First Century, vol. 1, Oxford University Press, (1re éd. 2008), 2672 p. (ISBN 0195167791, présentation en ligne), p. 288
  20. (en-US) Mel Watkins, « Gwendolyn Brooks, 83, Passionate Poet, Dies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  21. (en) Mary Helen Washington (éd.), Invented Lives: Narratives of Black Women 1860-1960, Anchor, (1re éd. 1987), 480 p. (ISBN 0385248091, présentation en ligne), p. 387
  22. (en) Mary Helen Washington, When Gwendolyn Brooks Wore Red dans The Other Blacklist: The African American Literary and Cultural Left of the 1950s, Columbia University Press, (1re éd. 2013), 347 p. (ISBN 0231152701, présentation en ligne), chap. 4
  23. (en-US) Mel Watkins, « Gwendolyn Brooks, Whose Poetry Told of Being Black in America, Dies at 83 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 2 juin 2020)
  24. (en) « Gwendolyn Elizabeth Brooks (1917-2000) - Mémorial... », sur fr.findagrave.com (consulté le 4 juin 2020)
  25. (en-US) John Williams, « University of Illinois Acquires Gwendolyn Brooks Archives », sur ArtsBeat, (consulté le 3 juin 2020)
  26. (en) « Finding Aid to the Gwendolyn Brooks Papers, 1917-2000, (bulk 1950-1989) », sur www.oac.cdlib.org (consulté le 3 juin 2020)
  27. (en) Kathleen Maclay, « Personal papers of Pulitzer-winning poet Gwendolyn Brooks join archives at UC Berkeley's Bancroft Library », sur www.berkeley.edu, (consulté le 3 juin 2020)
  28. a et b (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Gwendolyn Brooks » (consulté le 6 juin 2020)
  29. (en-US) « Awards – American Academy of Arts and Letters » (consulté le 6 juin 2020)
  30. (en-US) Judith Valente, « Celebrating Gwendolyn Brooks: Poet of 'Firsts' », sur www.wglt.org (consulté le 6 juin 2020)
  31. (en-US) « In the Mecca », sur Anisfield-Wolf Book Awards (consulté le 3 juin 2020)
  32. (en-US) Mel Watkins, « Gwendolyn Brooks, Whose Poetry Told of Being Black in America, Dies at 83 », sur www.writing.upenn.edu (consulté le 6 juin 2020)
  33. « Shelley Winners - Poetry Society of America », sur psa.fcny.org (consulté le 6 juin 2020)
  34. (en-US) « Brooks, Gwendolyn », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 3 juin 2020)
  35. (en) « Award Winners », sur Poetry Society of America (consulté le 3 juin 2020)
  36. (en-US) « Photographs from Twenty-third Jefferson Lecture with Gwendolyn Brooks », National Endowment for the Humanities,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  37. (en-US) « National Book Foundation - DCAL Medal », sur National Book Foundation (consulté le 3 juin 2020)
  38. (en) « Gwendolyn Brooks », sur NEA, (consulté le 3 juin 2020)
  39. (en-US) « 1997 Laureate Interviews », sur The Lincoln Academy of Illinois (consulté le 3 juin 2020)
  40. Academy of American Poets, « Academy of American Poets Fellowship | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 3 juin 2020)
  41. (en) « Gwendolyn Brooks Cultural Center », sur Western Illinois University (consulté le 3 juin 2020)
  42. (en) « An Exceeding Sun: The 21st Annual Gwendolyn Brooks Conference for Black Literature and Creative Writing », sur Chicago State University (consulté le 3 juin 2020)
  43. (en) « Gwendolyn Brooks' Biography », sur Gwendolyn Brooks College Prepatory Academy (consulté le 3 juin 2020)
  44. (en) Molefi Kete Asante, 100 Greatest African Americans: A Biographical Encyclopedia, Prometheus Books, (1re éd. 2002), 400 p. (ISBN 1573929638, présentation en ligne)
  45. (en) « Oak Park D97: History of Brooks Middle School », sur web.archive.org, (consulté le 3 juin 2020)
  46. (en-US) « Statue Of Poet Gwendolyn Brooks To Be Unveiled On Her Birthday », (consulté le 3 juin 2020)
  47. (en) « Gwendolyn Brooks », sur Chicago Literary Hall of fame (consulté le 3 juin 2020)
  48. « Planetary Names: Crater, craters: Brooks on Mercury », sur planetarynames.wr.usgs.gov (consulté le 16 juin 2020)
  49. (en-US) « Gwendolyn Brooks – OMB100 » (consulté le 3 juin 2020)
  50. (en) « Furious Flower celebrates 25 years », sur www.jmu.edu (consulté le 4 juin 2020)
  51. (en-US) « Gwendolyn Brooks: The Oracle of Bronzeville », sur Chicago Defender (consulté le 3 juin 2020)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :