Guyle Fielder

joueur américain de hockey sur glace

Guyle Abner Fielder (né le à Potlatch, dans l'État de l'Idaho aux États-Unis) est un joueur professionnel américain de hockey sur glace qui évoluait au poste de centre et qui a fait l'essentiel de sa carrière dans la Western Hockey League, ligue mineure professionnelle nord-américaine, y remportant trois Coupes du président, neuf Trophées du meilleur pointeur, six coupes George-Leader et trois coupes Fred-J.-Hume.

Guyle Fielder
Portrait de Fielder portant le logo des Red Wings de Détroit
Fielder en 1957 sous les couleurs des Red Wings
Surnom(s) Guy[1], Golden Guyle[2], Tom[3]
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 21 novembre 1930,
Potlatch (États-Unis)
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Black Hawks de Chicago
Red Wings de Détroit
Bruins de Boston
PCHL
Royals de New Westminster
WHL
Flyers d'Edmonton
Bombers de Seattle
Royals de New Westminster
Americans de Seattle
Totems de Seattle
Golden Eagles de Salt Lake
Buckaroos de Portland
LAH
Flyers de Saint-Louis
As de Québec
Carrière pro. 1951-1973

Il fait partie, avec Wayne Gretzky, Mark Messier, Jaromír Jágr et Gordon Howe, des cinq seuls joueurs ayant marqué plus de 2 000 points dans leur carrière en ligue professionnelle nord-américaine, et il est considéré comme le plus grand joueur de l'histoire du hockey mineur.

Biographie modifier

Guyle Fielder naît le à Potlatch, dans l'État américain de l'Idaho. Alors qu'il n'a pas encore deux ans, sa famille déménage dans le village de Spalding, au Canada, puis, vers l'âge de huit ans, à Nipawin, où il commence à jouer au hockey sur glace[3]. Après un nouveau déménagement à Prince Albert, il rejoint l'équipe junior des Native Sons de Lethbridge, dans la Western Canada Junior Hockey League. En 1950, il termine meilleur buteur de la ligue[4] et remporte le trophée Ed-Brucher remis au meilleur joueur de la saison[5]. Après un deuxième titre consécutif de meilleur buteur en 1951, il signe, à l'âge de 15 ans, un contrat avec les Black Hawks de Chicago[6] et fait ses débuts professionnels en jouant trois matches en fin de saison dans la Ligue nationale de hockey[7].

En , il est prêté aux Royals de New Westminster[1] dans la Pacific Coast Hockey League avec lesquels il devient professionnel à plein temps, et remporte le Trophée du meilleur joueur débutant de la ligue (en anglais : Rockie Award) lors de la saison 1951-1952[8]. Le , il est vendu aux Red Wings de Détroit en compagnie de Steve Hrymnak et Ralph Almas. Trois semaines plus tard, il est prêté aux Black Hawks de Chicago qui obtiennent en contrepartie le prêt de Ray Hannigan[1]. Il passe ensuite l'essentiel de la saison dans la Ligue américaine de hockey, au sein du club école des Black Hawks, les Flyers de Saint-Louis, avant d'être rappelé par Détroit pour les séries éliminatoires 1953. Les Red Wings sont éliminés en six rencontres par les Bruins de Boston. Fielder n'inscrit aucun point lors des quatre matchs auxquels il participe, mais sa saison est marquée par le gain du trophée Dudley-« Red »-Garrett remis à la meilleure recrue de la saison de la LAH[9].

Son début de saison 1953-1954 est marqué par plusieurs transactions : il est d'abord réclamé au ballottage le par les Rangers de New York qui l'échangent ensuite en octobre aux Bombers de Seattle de la Western Hockey League contre Lee Hyssop. Au cours du même mois, ses droits sont vendus par les Bombers aux Bruins de Boston[1], mais il joue cependant toute la saison régulière avec les Bombers, marquant 88 points en 68 matchs, et remporte ainsi pour la première fois le Trophée du meilleur pointeur (en anglais : Leading Scorer Award) de la WHL. Il joue également deux matches de séries éliminatoires de la LNH avec les Bruins qui sont éliminés en quatre rencontres par les Canadiens de Montréal.

Lors de la saison 1956-1957, il devient le premier joueur professionnel de hockey sur glace à inscrire plus de 100 points en une saison[10]. Ayant totalisé 122 points, il remporte son deuxième Trophée du meilleur pointeur, reçoit la Coupe George-Leader remise au meilleur joueur de la saison dans chacune des deux divisions de la ligue, et obtient une nouvelle chance avec les Red Wings de Détroit qui l'invitent à leur camp d'entraînement après avoir racheté son contrat aux Bruins. Ses deux coéquipiers de ligne à Seattle, Roman Kinasewich et Val Fonteyne, sont également invités, mais les trois joueurs n'ont pas l'occasion de jouer ensemble, ce que regrette plus tard Fielder[2]. À la place de ses deux ailiers habituels, le directeur général de l'équipe Jack Adams le positionne au centre du premier trio composé de Gordon Howe et John Wilson[11]. Cependant, après les six premiers matchs de la saison, Fielder n'a marqué aucun point ; il est remplacé sur la première ligne et voit son temps de jeu limité. Préférant jouer en ligue mineure plutôt que de rester sur le banc, il demande à être renvoyé à Seattle, ce qu'Adams lui accorde. Bien qu'ayant manqué le début de saison des Americans, il termine meilleur pointeur de l'équipe et de la WHL avec 26 buts et 85 aides, pour 111 points marqués[12]. Ce troisième Trophée du meilleur pointeur est accompagné de sa deuxième Coupe George-Leader récompensant le meilleur joueur de la division Coast.

Le , lors d'un repêchage inter-ligues, les Maple Leafs de Toronto sélectionnent Johnny Bower et Fielder[13], mais ce dernier refuse de signer à Toronto[1] : il est alors apprenti électricien à Seattle et demande au directeur général des Maple Leafs, George Imlach, l'assurance qu'il n'aura pas à effectuer des voyages entre les deux villes mais, n'obtenant pas cette garantie, il reste à Seattle[3]. Lors de la saison qui suit, alors que les Americans changent de nom pour devenir les Totems de Seattle, Fielder remporte son quatrième Trophée du meilleur pointeur avec 119 points marqués dont 95 aides[14], ce qui représente alors le record pour un joueur professionnel en une saison[7], ainsi que sa troisième coupe George-Leader pour la division Coast. Associé notamment à Tom McVie, il mène ensuite l'équipe dont il est le capitaine à la conquête de sa première Coupe du président[15].

En 1960, il remporte deux nouveaux trophées : son cinquième Trophée du meilleur pointeur[16],le quatrième consécutif[17] et sa quatrième coupe George-Leader[18]. Le 2 avril 1961, alors qu'il joue sa septième saison avec Seattle, la franchise organise une « nuit Guyle Fielder » pour célébrer le meilleur pointeur de l'histoire de la ligue : de nombreux présents lui parviennent de la part de son équipe, de la ligue et même de supporteurs d'équipes adverses[19]. Paradoxalement, il s'agit d'une des deux seules saison où il ne termine pas en tête des pointeurs de Seattle, étant devancé par Rudy Filion et William MacFarland[20],[21],[22], tout comme lors de la saison suivante où il ne marque que 73 points, derrière les 84 points de Filion et les 81 de MacFarland[23]. Lors des quatre saisons suivantes, il marque au minimum 90 points et remporte trois nouveaux Trophée du meilleur pointeur en 1963, 1964 et 1965[16]. Pendant cette période, il est également élu meilleur joueur en 1964[18] et remporte la coupe Fred-J-Hume en 1966, remise au joueur considéré le plus gentilhomme[24].

La saison 1965-1966 est décevante pour Fielder et les Totems : il ne termine qu'à la quatrième place des pointeurs de la ligue, malgré 94 points marqués[25], et l'équipe ne se qualifie pas pour les séries. Lors de la saison qui suit, et alors que MacFarland a pris sa retraite et est devenu entraîneur de l'équipe, Fielder, qui n'est plus capitaine, inscrit encore une fois plus de 90 points, et remporte ainsi le neuvième et dernier Trophée du meilleur pointeur de la WHL de sa carrière. Au cours des séries, les Totems battent les Seals de la Californie puis les Canucks de Vancouver pour remporter leur deuxième Coupe du président[26]. À l'issue de la saison, Fielder gagne toutes les récompenses individuelles auxquelles il peut prétendre : en plus du Trophée du meilleur pointeur, il remporte la coupe George-Leader, la coupe Fred-J.-Hume et est sélectionné dans la première équipe d'étoiles[7].

En 1968, Fielder ne remporte aucun trophée individuel et bien que meilleur pointeur de son équipe, il n'inscrit que 70 points pour terminer à la troisième place de la ligue, derrière Art Jones et Leonard Ronson[27]. Les Totems terminent cependant à la deuxième place de la saison régulière et sont qualifiés pour les séries. En demi-finale, ils sont opposés aux Roadrunners de Phoenix, qu'ils battent en quatre matches pour retrouver les Buckaroos de Portland, pour la première fois en série depuis 1961. Les Totems remportent la première rencontre 2-0, puis, alors qu'ils sont menés 6-2 après deux périodes dans le deuxième match, ils parviennent à marquer quatre buts pendant le troisième tiers-temps pour égaliser. Après un peu plus de six minutes de prolongation, c'est finalement Fielder qui marque le but de la victoire après un rebond, but qu'il qualifie lui-même du « plus important de sa carrière »[28]. Le troisième match est remporté par les Buckaroos mais les Totems gagnent les deux suivants et leur deuxième Coupe du président consécutive, la troisième et dernière de l'histoire de la franchise et de la carrière de Fielder.

Fielder joue ensuite une dernière saison avec les Totems, marquant à nouveau plus de 90 points, mais étant encore une fois devancé par Art Jones[29], et remporte une troisième Coupe Fred-J.-Hume, le dernier trophée de sa carrière. En , à près de 39 ans, il annonce à Murray Costello, directeur des opérations des Totems[30], qu'il désire prendre sa retraite et s'occuper du Chilcotin Inn, un hôtel situé à Williams Lake et acheté en commun avec sa femme et un fan de hockey de Seattle[17]. Cinq mois plus tard, en novembre, Seattle échange les droits sur Fielder aux Golden Eagles de Salt Lake, nouvelle franchise de la WHL, contre le défenseur Bobby Schmautz. Ceux-ci, dont l'entraîneur, Roman Kinasewich, est un ancien coéquipier de Fielder, lui offrent un contrat de deux ans pour 20 000 dollars, ce qui constitue le plus gros salaire de sa carrière[17]. Il joue avec les Golden Eagles jusqu'en , terminant meilleur pointeur de son équipe en 1970, avant d'être échangé, avec Jake Rathwell contre Fred Hilts et Lyle Bradley, aux Buckaroos de Portland[1] où il termine définitivement sa carrière à l'âge de 43 ans[17].

Le jour de sa retraite, il détient les records de saison régulière de Seattle pour les buts (323), les aides (1 099), les points (1 099) et les matchs joués (1 099). Il est également le premier joueur professionnel à dépasser 2 000 points, en incluant les séries. Depuis, seuls quatre autres joueurs ont marqué plus de 2 000 points dans leur carrière en ligue professionnelle nord-américaine : Wayne Gretzky, Mark Messier, Jaromír Jágr et Gordon Howe[2]. Il est considéré comme le plus grand joueur de l'histoire du hockey mineur[7].

Dans les années 1970, il vit en banlieue de Portland et travaille sur les champs de courses de chevaux et de chiens où il prend les paris des joueurs. Il déménage plus tard à Mesa, en Arizona[17].

Reconnaissance modifier

En 1981, il est admis au Temple de la renommée du hockey de Seattle[7],[31]. En 1997, dans son numéro spécial 50e anniversaire, le magazine The Hockey News le nomme meilleur joueur de l'histoire de la WHL[32]. En 2008, il fait partie des six personnalités intronisées au Temple de la renommée des sports de Washington en compagnie de Pete Cross, commentateur radio des Seahawks de Seattle (football américain), Mark Rypien, Jim Zorn et Jack Sprenger, respectivement joueurs et arbitre de football américain, et Lenny Wilkens joueur puis entraîneur de basket-ball[33]. En 2015, Nipawin inaugure une rue à son nom[7] et il est intronisé au Temple de la renommée du hockey de la Saskatchewan[34]. Deux ans plus tard, il est intronisé au Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan[35]. Pour sa première saison dans la LNH, le Kraken de Seattle crée le trophée Guyle-Fielder, remis au joueur ayant le mieux représenté la persévérance, le dynamisme et le dévouement au cours de la saison ; Yanni Gourde en est le premier récipiendaire[36].

Statistiques modifier

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[1],[37]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1947-1948 Mintos de Prince Albert SJHL 25 26 15 41 20 2 0 1 1 0
1948-1949 Mintos de Prince Albert SJHL 20 17 26 43 22 9 9 14 23 4
1948-1949 Native Sons de Lethbridge WCJHL 2 1 1 2 0
1949-1950 Native Sons de Lethbridge WCJHL 39 47 58 105 19 10 2 7 9 14
1950-1951 Native Sons de Lethbridge WCJHL 37 44 57 101 6 7 3 5 8 8
1950-1951 Black Hawks de Chicago LNH 3 0 0 0 0 - - - - -
1951-1952 Royals de New Westminster PCHL 57 25 50 75 10 7 1 3 4 2
1952-1953 Flyers d'Edmonton WHL 3 0 1 1 0 - - - - -
1952-1953 Flyers de Saint-Louis LAH 62 22 61 83 12 - - - - -
1952-1953 Red Wings de Détroit LNH - - - - - 4 0 0 0 0
1953-1954 Bombers de Seattle WHL 68 24 64 88 20 - - - - -
1953-1954 Bruins de Boston LNH - - - - - 2 0 0 0 2
1954-1955 Royals de New Westminster WHL 70 20 67 87 37 - - - - -
1955-1956 Americans de Seattle WHL 70 18 61 79 42 - - - - -
1956-1957 Americans de Seattle WHL 69 33 89 122 30 6 2 4 6 0
1957-1958 Red Wings de Détroit LNH 6 0 0 0 2 - - - - -
1957-1958 Americans de Seattle WHL 62 26 85 111 22 9 2 9 11 2
1958-1959 Totems de Seattle WHL 69 24 95 119 18 12 4 9 13 4
1959-1960 Totems de Seattle WHL 69 31 64 95 12 4 1 1 2 0
1960-1961 Totems de Seattle WHL 69 24 71 95 32 11 2 9 11 4
1961-1962 Totems de Seattle WHL 69 21 52 73 46 2 0 0 0 0
1962-1963 Totems de Seattle WHL 69 17 80 97 20 17 5 17 22 6
1963-1964 Totems de Seattle WHL 66 17 85 102 34 - - - - -
1963-1964 As de Québec LAH - - - - - 1 0 0 0 0
1964-1965 Totems de Seattle WHL 70 14 78 92 38 7 0 7 7 2
1965-1966 Totems de Seattle WHL 70 19 75 94 10 - - - - -
1966-1967 Totems de Seattle WHL 72 20 71 91 22 10 2 7 9 12
1967-1968 Totems de Seattle WHL 70 15 55 70 26 9 6 5 11 2
1968-1969 Totems de Seattle WHL 74 20 74 94 12 4 0 2 2 4
1969-1970 Golden Eagles de Salt Lake WHL 55 8 58 66 20 - - - - -
1970-1971 Golden Eagles de Salt Lake WHL 64 15 46 61 22 - - - - -
1971-1972 Golden Eagles de Salt Lake WHL 30 5 22 27 4 - - - - -
1971-1972 Buckaroos de Portland WHL 40 9 40 49 10 11 0 10 10 2
1972-1973 Buckaroos de Portland WHL 70 11 47 58 4 - - - - -
Totaux LNH 9 0 0 0 2 6 0 0 0 2
Totaux WHL 1 368 391 1 380 1 771 481 102 24 80 104 38
Totaux professionnels 1 496 438 1 491 1 929 505 116 25 83 108 42

Récompenses modifier

Durant sa carrière, Fielder a remporté de nombreux trophées et a été honoré à plusieurs reprises[1],[37] :

  • Trophée Ed-Brucher de la WCJHL : 1950.
  • Trophée du meilleur joueur débutant (Rockie Award) de la PCHL : 1952.
  • LAH :
    • Trophée Dudley-« Red »-Garrett : 1953 ;
    • Première équipe d'étoiles : 1953.
  • WHL :
    • Trophée du meilleur pointeur (Leading Scorer Award) : 1954, 1957, 1958, 1959, 1960, 1963, 1964, 1965 et 1967 ;
    • Coupe George-Leader : 1957, 1958, 1959, 1960, 1964 et 1967 ;
    • Coupe Fred-J.-Hume : 1966, 1967 et 1969 ;
    • Première équipe d'étoiles : 1954, 1960, 1963, 1964, 1967 ;
    • Première équipe d'étoiles de la division Coast : 1957, 1958, 1959 ;
    • Deuxième équipe d'étoiles : 1961, 1965, 1966, 1968.
  • Temple de la renommée du hockey de Seattle : 1981.
  • Temple de la renommée des sports de l'État de Washington : 2008.
  • Temple de la renommée du hockey de la Saskatchewan : 2015.
  • Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan : 2017.

Références modifier

  1. a b c d e f g et h « Guyle Abner Fielder », sur www.hhof.com (version du sur Internet Archive)
  2. a b et c (en) Craig Smith, « Seattle hockey legend Guyle Fielder: ‘I just loved to play’ », sur seattletimes.com, (consulté le ).
  3. a b et c (en) « The Top 100 Hockey Players of All Time : Guyle Fielder », sur greatesthockeylegends.com, (consulté le ).
  4. (en) « 1949-1950 Regular Season Player Stats », sur eliteprospects.com (consulté le ).
  5. (en) « Ed Bruchet Trophy award winners », sur hockeydb.com (consulté le ).
  6. Jusqu'en 1986, le nom de la franchise de Chicago s'écrivait en deux mots : « Black Hawks »
  7. a b c d e et f (en) « Guyle Fielder », sur sasksportshalloffame.com (consulté le ).
  8. Jon C. Stott 2011
  9. (en) « Dudley Red Garrett Memorial Award », sur ahlhalloffame (consulté le ).
  10. (en) David Eskenazi et Steve Rudman, « Wayback Machine: Guyle Fielder & the Seattle Totems », sur sportspressnw.com, (consulté le ).
  11. Kevin Allen et Bob Duff 2014, p. 184
  12. Jeff Obermeyer 2004, p. 100
  13. (en) Zack Laing, « Throwback Thursday: This week in 1958, Toronto Maple Leafs draft Johnny Bower », sur theleafsnation.com, (consulté le ).
  14. (en) « WHL 1958-59 League Leaders », sur hockeydb.com (consulté le ).
  15. (en) Geoff Baker, « The History of Hockey in Seattle », sur thehockeynews.com, (consulté le ).
  16. a et b (en) « Leading Scorer Award winners », sur hockeydb.com (consulté le ).
  17. a et b (en) « George Leader Cup winners », sur hockeydb.com (consulté le ).
  18. Jeff Obermeyer 2015, p. 42
  19. Jeff Obermeyer 2015, p. 43
  20. (en) « Seattle Totems 1960-61 roster and scoring statistics », sur hockeydb.com (consulté le ).
  21. Lorsque deux joueurs terminent avec le même nombre de point, celui qui a marqué le plus de buts est classé en premier.
  22. (en) « Seattle Totems 1960-61 roster and scoring statistics », sur hockeydb.com (consulté le ).
  23. (en) « Fred J. Hume Cup award winners », sur hockeydb.com (consulté le ).
  24. (en) « WHL 1965-66 League Leaders », sur hockeydb.com (consulté le ).
  25. (en) « Seattle Totems 1958-1975 : The Amazing 1966-1967 Season », sur seattletotems.org (consulté le ).
  26. (en) « WHL 1967-68 League Leaders », sur hockeydb.com (consulté le ).
  27. (en) Nick Rousso, « Seattle Totems defeat the Portland Buckaroos in "the wildest hockey game ever perpetrated," on April 21, 1968 », sur historylink.org, The free online encyclopedia of Washington state history, (consulté le ).
  28. (en) « WHL 1968-69 League Leaders », sur hockeydb.com (consulté le ).
  29. (en) « Murray Costello », sur Eliteprospects.com (consulté le )
  30. (en) « Seattle Hockey Hall of Fame », sur seattlehockey.net (consulté le ).
  31. Jeff Obermeyer 2004, p. 106
  32. (en) « State of Washington Sports Hall of Fame : 2008 Honorees », sur washingtonsportshof.org (consulté le ).
  33. (en) « 2015 Inductees », sur saskhockeyhalloffame.ca (consulté le ).
  34. (en) « 2017 Archives - Saskatchewan Sports Hall of Fame », sur sasksportshalloffame.com (consulté le ).
  35. (en) Geoff Baker, « Kraken thank the fans at Climate Pledge Arena by winning their final home game of season », sur seattletimes.com, (consulté le ).
  36. a et b (en) « Guyle Fielder hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le )

Bibliographie modifier

  • (en) Jeff Obermeyer, Hockey in Seattle, Arcadia, , 128 p. (ISBN 978-0-738529233)
  • (en) Jon C. Stott, Ice Warriors : The Pacific Coast/Western Hockey League 1948-1974, Heritage House, , 240 p. (ISBN 978-1-927051047)
  • (en) Kevin Allen et Bob Duff, 100 Things Red Wings Fans Should Know & Do Before They Die, Triumph Books, , 320 p. (ISBN 978-1-600787669)
  • (en) Jeff Obermeyer, Seattle Totems, Arcadia Publishing Incorporated, , 128 p. (ISBN 978-1-439652947)