Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Guyart des Moulins

traducteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guyart.
Folio 1 du Ms Ars. 5057 : Guyart des Moulins à l'œuvre. On reconnaît le texte du prologue que l'on retrouve sur la miniature du manuscrit Ars 5057 dans l'article Bible historiale: « pour ce que le Deable qui chascun jour detourbe et en ordut les cœurs des hommes par oyseuse et par mille lacs qu'il a tendus... ». Bible Historiale Ms Fr 155 folio 14 "

Guyart des Moulins (né en juin 1251 à Aire-sur-la-Lys, mort vers 1322) est l'auteur de la première Bible en prose rédigée en français et traduite du latin de la Vulgate de saint Jérôme : la Bible historiale.

Selon Paulin Paris (Le Répertoire des manuscrits de la Bibliothèque du roi), son nom s'écrit « Guyart des Moulins » ou « Guyart-des-Moulins ». On le trouve parfois retranscrit à l'anglaise « Guiard Desmoulins » ou plus étonnant « Guiart Desmoulins », parfois « Guiard des Moulins » ou « Guiart des Moulins », voire « Guyar des Moulins ». Toutes ces orthographes désignent bien l'auteur de la Bible historiale.

Sommaire

Sa vieModifier

Guyart des Moulins est un des premiers historiens érudits du royaume de France. Sa date de naissance, 1251, est portée dans le prologue de sa Bible historiale, qu'il achève en 1294. Il devient chanoine de Saint Pierre d’Aire le 1er octobre 1297.

Son œuvreModifier

1297 : date de la première traduction française de la BibleModifier

Son travail n’est pas une simple traduction du texte latin de Pierre le Mangeur Historia scholastica super Novum Testamentum très diffusé et appelé couramment Biblia[1], mais au contraire, en plusieurs endroits il a changé « l’économie du travail », comme il le dit lui-même dans sa préface. La Bible historiale dont il est l’unique auteur est non seulement une traduction du texte du Maître écolâtre, mais en plus une juxtaposition interpolée de sa traduction de la Vulgate, la Bible traduite en latin à partir de l'hébreu, entre la fin du IVe et le début du Ve siècle, par saint Jérôme. Il s’agit donc là véritablement d’une Bible glosée en langue vulgaire proposée aux laïcs que rédige Guyart des Moulins. Le témoignage de Paulin Paris, familier de cette Bible par la position qu’il occupait en 1836, est, de ce point de vue, précieux : « Ce fut pour les gens du monde que notre Guyart des Moulins traduisit la Bible en françois, plus d’un siècle après la mort de petrus Comestor (Pierre le Mangeur) ». L’histoire de la Bible historiale constitue donc le versant officiel de l’histoire de la Bible traduite en français.

Avant l'édition de son ouvrage en 1297, on connaissait une bible en français destinée aux étudiants de l'Université, la Bible dite du treizième siècle ou Bible de saint Louis. Il s'agit d'un texte dont on ne possède plus que le livre de la Genèse conservé dans quelques rares manuscrits et insérés en introduction des Bibles historiales avec qui les lecteurs semblaient la confondre.

Originalité de la composition de son œuvreModifier

La Bible historiale se présente comme une bible glosée, c'est-à-dire une bible où figurent les traductions des paragraphes de la Vulgate en caractères nobles, et intercalée entre chaque chapitre, une série de commentaires. En belles lettres figurent donc les traductions de la Vulgate immédiatement suivies de la traduction du même passage extrait de Comestor. Des titres de chapitres, extraits de Comestor, sont insérés en rouge dans la page. Son texte est donc avant tout une traduction originale de la Vulgate accompagnée de la traduction des histoires de la Bible. Comme la traduction de la Vulgate dans la Bible de 1250 était accompagnée de la traduction de la Glossa ordinaria.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • S. Berger :
    • La Bible romane au Moyen Âge : Bibles provençales, vaudoises, catalanes, italiennes, castillanes et portugaises, Genève, Slatkine Reprints (réimpression des articles extraits de Romania XVIII-XXVIII, 1889-1899), 1977.
    • Histoire de la Vulgate pendant les premiers siècles du Moyen Âge, Paris, Hachette, 1893.
    • De l’histoire de la Vulgate en France. Leçon d’ouverture faite le 4 novembre 1887, Paris, Fischbacher, 1887.
    • Des Essais qui ont été faits à Paris au treizième siècle pour corriger le texte de la Vulgate, Paris, Fischbacher, 1887.
    • La Bible française au Moyen Âge : étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’oil, Genève, Slatkine Reprints (Fac Similé de l’édition originale Paris, 1884), 1967.
  • Guyart des Moulins
    • Bible historiale ou Bible française, édition de Jean de Rely, volume I, 1543.
    • et pour un aperçu de l'édition du texte de la genèse:

La Genèse (édition de la Bible Historiale)

  • J. J. Rive (un élève de), La Chasse aux antiquaires et bibliographes mal avisés, Londres, N. Aphobe, 1787.
  • P. Paris, Les Manuscrits français de la bibliothèque du roi, Paris, Techener, place du Louvre, 1836, I-VII.
  • M. Quereuil [dir.], La Bible française du XIIIe siècle édition critique de la Genèse, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises », 1988.
  • xavier-laurent salvador
    • Vérité et écriture(s), Paris, Champion, 2005 (avec une édition critique du Livre de la Genèse de la Bible Historiale mentionnant les emprunts à Comestor et les citatiosn de la Glossa)
    • « L’utilisation du pont dans la théologie chrétienne médiévale », Les Ponts au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2005.
    • « La Réécriture argumentative impliquée par la traduction du livre de la Genèse : l'exemple des énoncés car q dans The Medieval translator, the Theory and practice of translation in the middle ages, R. Ellis [ed.], Paris, Brepols, 2005.
    • « L’Enceinte sacrée des traductions vulgaires de la Bible au Moyen Âge », La Clôture – Actes du colloque qui s’est déroulé à Bologne et à Florence les 8, 9 et 10 mai 2003, Préface de Claude Thomasset, textes réunis par Xavier-Laurent Salvador, Bologna, Clueb, 2005.
    • « L’exemple de « derechief » dans la traduction de la Bible historiale », Actes des XIe journée d’ancien et de moyen français (Anvers 2005), en cours de publication.
    • « Une Autre définition de l’étymologie : dire le Vrai dans la Bible au Moyen Âge », Mélanges en l’honneur de Claude Thomasset, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2003.
    • « Les « Biblismes », un système de définition original du lexique dans le discours pédagogique de la Bible Historiale », dans Lessicologia e lessicografia nella storia degli insegnamenti linguistici, Quaderni del Cirsil - 2 (2003), 14-15 novembre 2003, Bologna, http://amsacta.cib.unibo.it/archive/00000931/.
    • « Des Coffres hébraïques aux bougettes françaises, La translation du sacré à travers les traductions médiévales de la Bible », Coffres et contenants au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, en cours de parution.
  • F. Vieillard, « Compte rendu de l’édition de la Bible du XIIIe », Romania, n°109, p. 131-137.
  • Éléonore Fournié, Les manuscrits de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’une œuvre médiévale, L'Atelier du Centre de recherches historiques, 03.2, 2009 (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Riché & Guy Lobrichon (Dir.), Le Moyen Âge et la Bible, Beauchesne, 1984, p. 18.