Guy Provost

acteur

Guy Provost (né Joseph Jean-Baptiste Guy Provost à Hull, le - décédé à Montréal, le ) est un acteur québécois.

Guy Provost
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Né à Hull (maintenant Gatineau) en 1925, il était le fils de René Provost et de Jeanne Lamarche[1].

Guy Provost fait ses premiers pas au théâtre avec son père, René Provost, directeur-fondateur de l’École d’art dramatique de Hull. Il entame sa carrière professionnelle grâce à l'auteur Jean Desprez (née Laurette Larocque). En 1946, alors qu'il joue dans les feuilletons radiophoniques Yvan l'intrépide et Jeunesse dorée, le père Émile Legault invite le jeune Provost à prendre part aux Compagnons Saint-Laurent à Montréal.

En 1948, le comédien s’envole pour la France parfaire son art, grâce à une bourse d’étude du gouvernement québécois. Il joue à la Comédie de Saint-Étienne pendant deux ans, puis se joint au Théâtre national populaire, le TNP, dirigé par le célèbre Jean Vilar où il fait ses preuves aux côtés de Gérard Philipe et Philippe Noiret. Son passage en sol parisien, ainsi que celui de son épouse, Denise Vachon, est notamment célébré par le Figaro littéraire qui loue leur « expérience, leur conscience, leur métier et leur sincérité ».

De retour au Québec, en 1955, il n'arrête pas de travailler. Au petit écran, il incarne le père Alexandre dans Les Plouffe, mais c’est au grand écran qu’il rencontre pour la première fois le personnage qui le rend si cher aux Québécois, l’Alexis de Claude-Henri Grignon. En 1949, il est du premier long métrage d’Un Homme et son péché. Au petit écran cependant, c’est Gabriel Gascon qui hérite d’abord du rôle d’Alexis dans Les Belles Histoires des pays d'en haut. Un rôle qui revient plus tard à Guy Provost, qui reprend tout naturellement les gestes du bel Alexis.

Guy Provost aura été l’un des acteurs québécois les plus prolifiques. Au petit écran, de 1970 à 1975, il joue le personnage central, celui d'un riche propriétaire, dans le téléroman Mont-Joye. Puis, de 1978 à 1984, aux côtés de Jean Duceppe, il tient un rôle important dans la série Terre humaine. De 1993 à 1997, on le voit dans Sous un ciel variable, série grâce à laquelle il remporte deux fois le trophée Gémeau du meilleur acteur pour un téléroman. Le dernier rôle de Guy Provost à la télévision sera celui d'un vieil anarchiste dans Mon meilleur ennemi. Guy Provost tient également des rôles de moindre importance dans des séries comme Symphorien, Duplessis ou Le Paradis terrestre.

Le comédien aura aussi touché à l’animation, d’abord à la barre de La Vie qui bat, pendant dix ans, puis à la radio, avec Place aux femmes, qu’il a coanimé avec Lise Payette pendant sept ans.

La carrière de Guy Provost a été couronnée par de nombreux prix.

Guy Provost succombe à une pneumonie, à l’hôpital Sacré-Cœur de Montréal, le [2],[3].

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Récompenses et NominationsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les détails sur le nom à la naissance et les noms des parents sont tirés de l'acte de baptême (baptême 212, registre de la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce-de-Hull pour l'année 1925)
  2. « Le comédien Guy Provost n'est plus », sur canada.ca, Radio-Canada, (consulté le 1er août 2020).
  3. http://federationgenealogie.qc.ca/base-de-donnees/avis-de-deces/fiche.php?id=10850
  4. https://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=1211

Liens externesModifier