Guy Lordinot

homme politique français

Guy Lordinot
Illustration.
Fonctions
Maire de Sainte-Marie
Successeur Bruno Nestor Azerot
Prédécesseur Camille Petit
Député de la 1re circonscription de la Martinique

(4 ans, 9 mois et 20 jours)
Législature IXe
Groupe politique SOC
Successeur Anicet Turinay
Conseiller régional de la Martinique
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Sainte-Marie (Martinique)
Nationalité Française
Profession Pharmacien

Guy Lordinot, né le à Sainte-Marie (Martinique), est un homme politique français.

Pharmacien de profession, il a notamment demandé une prolongation de l’utilisation du chlordécone dans les DOM malgré l’interdiction de ce pesticide.

En juin 2020, il crée la polémique en expliquant que « l'arrivée régulière d’une population de race blanche (en Martinique) montre qu’un génocide par substitution est en marche ».

BiographieModifier

Son élection à la mairie de Sainte-Marie lors des municipales de 1989 est annulée[1].

Le , il se retire du conseil régional de la Martinique[2].

Il est candidat aux législatives de 1993, de 1997[3],[4], de 2002[5] et de 2007[6].

Il est battu lors des municipales de 2008 par Bruno Nestor Azerot[7].

Il mène une liste lors des régionales de 2010[8] mais il est battu[9].

Détail des fonctions et des mandatsModifier

Mandats locauxModifier

Mandat parlementaireModifier

PolémiquesModifier

Demande de prologation d’utilisation du chlordéconeModifier

Le 23 avril 1990, lors de son mandat de député de la première circonscription de la Martinique, en relayant les demandes des producteurs de bananes (notamment Y.Hayot, le président du SICABAM et aussi directeur général de la société Lagarrigue — Gedimat depuis 2016[11]— qui commercialisait le chlordécone[12],[13]), il a notamment demandé une prolongation de l’utilisation du chlordécone dans les DOM après l’interdiction de ce pesticide sur tout le territoire français. Puis, le 30 avril 1990, tout en connaissant le caractère nocif du produit, ce pharmacien de profession avait réitéré sa demande de prolongation d’utilisation de 5 ans au-delà de 1990 (cf. la lettre au ministre en annexe I-G du rapport No 2430 de l’assemblée nationale) ; néanmoins, cette demande avait été refusée par le ministre[14],[15],[16].

Génocide par substitution en MartiniqueModifier

En juin 2020, il crée la polémique en expliquant que « l'arrivée régulière d’une population de race blanche (en Martinique) montre qu’un génocide par substitution est en marche ». Il affirme que « ce génocide par substitution se déroule implacablement sous nos yeux », mettant en cause l'État et sa « politique coloniale » et relance un débat sur les races « Les lois de l’hérédité font donc que les Martiniquais sont des métis, ceci ne peut être contesté. À l’exception des békés qui ont partiellement réussi à conserver leur peau blanche. »[17],[18].

Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. [2]
  3. [3]
  4. [4]
  5. [5]
  6. [6]
  7. [7]
  8. [8]
  9. [9]
  10. [10]
  11. EN AVRIL, LAGUARIGUE DEVIENT GEDIMAT LAGUARIGUE. Groupe Nesmond, 22 avril 2016
  12. Chlordécone : Merci Hayot, Faustine Vincent pour LeMonde, 27 mars 2019
  13. Scandale du chlordécone aux Antilles : « L’État a fait en sorte d’en dire le moins possible », Stéphane Foucart et Faustine Vincent , "(...) l’entreprise Laguarigue a reconstitué un stock gigantesque de chlordécone alors que le produit n’était déjà plus homologué. Or « au moins un service de l’État a été informé de cette “importation” », puisque ces 1 560 tonnes « ont bien été dédouanées à leur arrivée aux Antilles » en 1990 et 1991, précisent les enquêteurs (...)", le monde.fr, juin 2018
  14. Chronologie d’un empoisonnement latribunedesantilles, 21 janvier 2018
  15. « Le chlordécone pesticide ultra-toxique : les Antilles (nature et humains) empoisonnées pour des générations », sur npa45.org, (consulté le )
  16. « N° 1267 - Proposition de résolution de M. Jean-Luc Mélenchon tendant à la création d'une commission d'enquête sur le scandale humain, sanitaire et écologique du chlordécone dans les Antilles françaises », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  17. « "L'arrivée régulière d’une population de race blanche montre qu’un génocide par substitution est en marche" (Guy Lordinot, ancien député) », sur Martinique la 1ère (consulté le )
  18. (Débats) Sera-t-on Martiniquais demain ? Guy Lordinot, franceantilles, 24 juin 2020

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier