Gustavo Díaz Ordaz

Gustavo Díaz Ordaz
Illustration.
Fonctions
Président des États-Unis mexicains

(6 ans)
Prédécesseur Adolfo López Mateos
Successeur Luis Echeverría
Sénateur du Mexique

(5 ans, 11 mois et 30 jours)
Circonscription Puebla
Législature XLe, XLIe
Prédécesseur Narciso Guarneros González
Successeur Luis C. Manjarrez
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Puebla (Mexique)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Mexico (Mexique)
Nationalité Mexicain
Parti politique Parti révolutionnaire institutionnel
Conjoint Guadalupe Borja (1915-1974)
Profession Avocat

Gustavo Díaz Ordaz
Présidents des États-Unis mexicains

Gustavo Díaz Ordaz, né le à Ciudad Serdán, Puebla, Mexique et décédé le à Mexico, est un homme d'État mexicain. Il fut président de la République de 1964 à 1970[1],[2].

Selon des documents officiellement déclassifiés en 2017 mais révélés auparavant par Philip Agee, Gustavo Díaz Ordaz, comme son prédécesseur Adolfo López Mateos, fut recruté par la CIA, avec laquelle il collaborait sous le nom de code de Litempo-2[3].

BiographieModifier

Gustavo Díaz Ordaz naît le à San Andrés Chalchicomula (aujourd'hui Ciudad Serdán, dans l'État de Puebla). À 26 ans, il obtient une licence en Droit au Colegio del Estado de Puebla (depuis 1973, Universidad Autónoma Pública del Estado de Puebla).

Il assume plusieurs responsabilités politiques avant d'entrer au Congrès mexicain, d'abord comme député, de 1943 à 1946, puis comme sénateur de 1946 à 1952. Ministre de l'Intérieur de décembre 1958 à novembre 1963, pendant la présidence de Adolfo López Mateos, il est considéré comme un des leaders du mouvement conservateur au sein du Partido Revolucionario Institucional (PRI).

Il devient président du Mexique le 1er décembre 1964. Son gouvernement de Díaz Ordaz lance une réforme agraire, la construction de canaux d'irrigation et favorise l'industrialisation du pays[4].

En 1967 est signé à Mexico le traité de Tlatelolco duquel surgira l'Organisme pour la proscription des armes nucléaires d'Amérique latine (OPANAL). La CIA encourage la paranoïa anticommuniste de Díaz Ordaz[5]. Pendant son mandat, il y a d'importantes grèves et des violences étudiantes, qui sont réprimées sévèrement et culminent avec le massacre de Tlatelolco, en octobre 1968, peu avant le début des Jeux olympiques qui allaient se dérouler au Mexique.

Le , son ministre de l'Intérieur, Luis Echeverría Álvarez, lui succéde à la tête du pays.

Gustavo Diaz Ordaz est le premier ambassadeur du Mexique en Espagne en 1977, lorsque se rétablissent les relations diplomatiques entre les deux pays après 40 ans d'interruption. Quelques mois, après il démissionne ; il meurt le à Mexico.

Fonctions politiquesModifier

  • 1977 Ambassadeur du Mexique en Espagne

Autres réalisations et projetsModifier

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., 245 p., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4, lire en ligne), p. 107
  2. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., 245 p., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4, lire en ligne), p. 100
  3. (es) « Documentos desclasificados evidencian que tres presidentes mexicanos trabajaban para la CIA », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  4. « MODELO ECONOMICO DE GUSTAVO DÍAZ ORDAZ (1964-1970) », sur prezi.com (consulté le 26 octobre 2017)
  5. « Le massacre de Mexico en 1968, symbole de l'impunité », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier