Gustave Souquet

imprimeur-libraire, historien, photographe et collectionneur français

Gustave Souquet, né le à Étaples et mort le dans la même ville, est un inventeur, imprimeur, historien et précurseur de la photographie archéologique français.

Gustave Souquet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ÉtaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Gustave Souquet naît le à Étaples du mariage de Nicolas César Souquet(1765-1819), négociant et maire de la commune, et de Marie Antoinette Victoire Marteau (1783-1826), fille d'une famille renommée d'Étaples, Antoine Marteau, père de Marie Antoinette, est mayeur de la ville de 1773 à 1789, ils se sont mariés le à Étaples.

Il fait ses études à Paris au collège Sainte-Barbe. Il est élève en typographie chez Firmin Didot, puis à l’imprimerie Le Roy-Berger à Boulogne-sur-Mer, où il invente un instrument d’imprimerie, le typomètre.

il obtient son brevet d’imprimeur le [1].

FamilleModifier

 
Étaples - Hôtel Souquet-Marteau

Gustave Souquet se marie le , à Saint-Quentin (Aisne), avec Hyacinthe Labalette (1811-1891), fille de Jacques Labalette, propriétaire et marchand de draps originaire de cette ville. Ils ont cinq enfants : Gustave, né en 1829 à Arras, Angéline, née en 1832 à Arras, Achille, né en 1839 à Boulogne, Ernest, né en 1841 à Étaples, et Marie Antoinette Juliette, née en 1846 à Étaples.

Lors de son retour à Étaples, la famille habite dans la demeure familiale, l'hôtel Souquet-Marteau au 38 Grand-Place ( aujourd'hui, place du Général-de-Gaulle à Étaples[1].

Carrière professionnelleModifier

Gustave Souquet acquiert l’imprimerie Leducq-Défontaine et s’installe à Arras.

Il imprime des ouvrages historiques ou scientifiques, ceux de sa famille ou les siens comme La semaine de juillet 1830 à Arras, en 1831.

il publie La revue départementale (de 1826 à 1828), le Journal de l’arrondissement de Montreuil (à partir de ), le Journal de l’arrondissement de Saint-Pol (à partir de ) et Le Propagateur (à partir de ), publication de l’opposition libérale dont il est le rédacteur. Ce journal l’entraîne dans la révolution de Juillet. Son journal est interdit le , mais il s'obstine et voit son entreprise placée sous scellée et le matériel enlevé. À l'aide d'une machine qui a échappé à la police, il reprend la publication et l’imprimerie est à nouveau investie, la presse est brisée. La chute du pouvoir royal le lui permet de retrouver un matériel hors d’usage.

Jugé trop proche du parti libéral, il voit son activité se réduire après la nomination, à la tête de la préfecture, du baron de Talleyrand, qui lui supprime un appel d’offre pour les travaux d’imprimerie de la préfecture. Il adresse une pétition, pour injustice flagrante, à l'intention des députés, elle est rejetée le . Devant les difficultés, il cède son imprimerie à l’imprimeur-libraire Jean Degeorge et se retire, à Étaples, en [1].

Son histoire à ÉtaplesModifier

Gustave Souquet s’installe dans l'hôtel familial de la Grand-Place et reprend le commerce de négoce de son père : bois du Nord en gros, liquides, sucre colonial, fourniture pour la marine.

Il devient vice-consul de Belgique (depuis le ), du Danemark (dès 1843), de Suède et Norvège, des Pays-Bas, de l’Espagne et du roi de Sardaigne, et peut défendre les intérêts et résoudre les différends des navigateurs et marchands accostant au port.

En 1843 il devient adjoint du maire mais est écarté à cause d'absence répétée aux séances du conseil municipal.

En , il est proclamé capitaine de la compagnie de sapeurs-pompiers.

Il est durant deux décennies délégué communal pour l’instruction primaire, délégué cantonal, membre dès 1844, puis président du comité d’administration de la Société humaine de sauvetage de l’arrondissement de Montreuil.

Lui et son épouse, font de nombreuses donations pour l'église Saint-Michel d'Étaples[1].

L'archéologueModifier

Gustave Souquet collabore, de 1841 à 1864, aux recherches archéologiques sur Étaples, il expose ses découvertes dans son hôtel particulier, médailles, antiquités, objets d’histoire naturelle, œuvres d’art, plans, cartes et gravures.

Il adhère, dès le début des années 1840 et jusqu’à la fin de sa vie, aux sociétés savantes de régionale ou nationale et en publie de 1851 à 1863 dans les revues de ces sociétés ou à compte d’auteur notices et opuscules sur des thématiques proprement étaploises.

De 1841 à 1843, il fait entreprendre une fouille de « La Pièce à Liards », du « Ruisseau d’Argent » et du « Pli de Camiers », pièces de terre situées au nord d’Étaples, le long de la Canche : sous le sable, les fouilleurs découvrent les vestiges d’une agglomération gallo-romaine (fondations maçonnées, chemin, puits, nécropole) et se partagent le mobilier (céramiques, fibules, monnaies) en vue de compléter leurs cabinets d’antiques ou de l’offrir au musée de Boulogne-sur-Mer.

En 1847 et 1848, dans le cadre de la construction du chemin de fer d’Amiens à Boulogne, il suit les travaux de démolition du vieux château médiéval qui permettent la découverte de substructions attribuées à un fortin romain.

En 1864, des travaux effectués au château, favorisant la découverte d’une nécropole du Bas-Empire, lui permettent d’acquérir une partie du mobilier (céramiques, bijoux, verreries) qu’il inclut dans ses propres collections[1].

ControverseModifier

Les nombreuses publications de Gustave Souquet reçoivent un accueil poli mais critique de la part des membres des sociétés savantes qu’il fréquente, ils disent qu'il n’est pas à classer parmi les historiens dont les compétences scientifiques sont des plus solides, des plus affirmées et qu'il a des difficultés à étayer une argumentation scientifique solide et convaincante. Il reçoit des critiques, en 1864 d'Edmond Dupont, membre de l’École des Chartes, et en 1871, de Jacques Garnier, conservateur de la bibliothèque municipale d’Amiens et membre de la Société des antiquaires de la Picardie, chargé de rédiger une notice après sa mort. La controverse concernant l'emplacement du port de Quentovic sera une des principales critiques[1].

La photographie archéologiqueModifier

Gustave Souquet est membre de la Société boulonnaise de photographie, fondée en 1856. Il photographie des scènes de vie de la marine étaploise, des vues et des monuments, et prend en intérieur des portraits de la bourgeoisie locale, des administrateurs, des officiels et autres personnalités de la cité, ainsi que ceux des divers des corps de métier. la photographie lui permet de fixer les découvertes archéologiques faites sur le territoire étaplois, d'envoyer des clichés aux sociétés savantes afin qu'il visualise ces découvertes et d'illustrer ses publications.

Selon Serge Lewuillon, archéologue, les photographies d’objets archéologiques de Souquet, appartiennent à la préhistoire de la photographie archéologique. Le procédé à partir duquel Gustave Souquet obtient ses clichés est celui de la plaque de verre au collodion ou à la gélatine, inventé en 1851. Les négatifs accumulés sont transmis à l’historien, Louis Caron, puis léguée à son fils et à son petit-fils (Achille Caron, père et fils), et enfin déposée à la fin des années 1990 au musée Quentovic d’Étaples[1].

MortModifier

Gustave Souquet meurt le à Étaples. Sa tombe et celles de sa famille sont toujours visibles au cimetière d'Étaples[1].

HommageModifier

En 1936, sous l’impulsion de lasociété savante étaploise, la société Quentovic, la municipalité d’Étaples baptisera « Rue Gustave-Souquet » une voie de la ville qui porte encore aujourd’hui ce nom[1].

DistinctionsModifier

Gustave Souquet est décoré de la Croix de Juillet.

En 1856, il reçoit la médaille de bronze pour l'exposition universelle de 1855 comme secrétaire du comité de l’arrondissement de Montreuil[1].

Sociétés savantes dont Gustave Souquet est membreModifier

PublicationsModifier

Il a publié les notices et ouvrages suivants :

  • Mémoire sur un nouvel instrument d’imprimerie nommé justificateur, inventé par Gustave Souquet, élève en typographie, Imprimerie Le Roy-Berger, Boulogne-sur-Mer, 1824.
  • Pétition adressée à Messieurs les Députés de la France, par G. Souquet, imprimeur à Arras contre M. le Baron de Talleyrand, préfet du Pas-de-Calais, Imprimerie Souquet, Arras, 1831.
  • Articles publiés dans le Propagateur du Pas-de-Calais, sur la conduite administrative de M. de Talleyrand, préfet du département du Pas-de-Calais, Imprimerie G. Souquet, Arras, 1831.
  • Semaine de juillet 1830, Imprimerie G. Souquet, Arras, 1831.
  • Une pêche archéologique, Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 8e livraison, p. 140-142.
  • Documents pour servir à l’histoire d’Étaples (Revenus et frais divers de la ville d’Étaples vers le milieu du XVIIe siècle), Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 10e livraison, p. 177-181.
  • Seconde pêche archéologique, Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 11e livraison, p. 214-215.
  • Compte municipal rendu à Étaples en 1621, bulletin historique de la Société des antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 13e livraison, p. 19-23.
  • Histoire et description des églises d’Étaples, Imprimerie Duval et Herment, Amiens, 1855.
  • Histoire et description du château d’Étaples, Imprimerie Duval et Herment, Amiens, 1855.
  • Troisième pêche archéologique, Bulletin historique de la Société des antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 19e et 20e livraisons, p. 261-262.
  • Lettre relative à une figure antique, trouvée sur l’emplacement présumé de Quentovic, bulletin historique de la Société des antiquaires de la Morinie, 2 (1857-1861), 25e livraison, p. 487-489.
  • Notice sur l’échevinage et sur le bailliage de la ville d’Étaples, depuis leur origine jusqu’à leur suppression, Imprimerie Duval, Montreuil, 1856.
  • Histoire militaire et navale d’Étaples, depuis 1800 jusqu’à 1806, Imprimerie Duval, Montreuil, 1856.
  • Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, Imprimerie Duval, Montreuil, 1857.
  • Note sur une médaille de St Jean-Baptiste, Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, 6 (1857-1858), p. 326-328.
  • Travail concernant l’emplacement de la station romaine, Loco Quartensi et Hornensi », Congrès archéologique de France, 27e session, 1861, p. 139-142.
  • Histoire des rues d’Étaples, Imprimerie Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.
  • Liste de vingt-deux noms de potiers incrustés dans des fragments de vases, trouvés à Étaples, Bulletin de la commission des antiquités départementales, 2 (1862), p. 92.
  • Usages ancien conservés à Étaples, Imprimerie Duval, Montreuil, 1861.
  • Excursion historique et archéologique dans le canton d’Étaples, Imprimerie Tierny, Arras, 1862.
  • Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Imprimerie Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.
  • Communication relative aux fouilles du château d’Étaples, en 1864 », Bulletin de la commission des antiquités Départementales, 2 (1862), p. 270-273[1].

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l Thomas Byhet, direction régionale des affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, service régional de l’archéologie, remerciement à Loïc Vambre, président de l’association Mémoire d’Opale., « Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise », sur Nordoc'Archéo (consulté le 19 mars 2020).

BibliographieModifier

  • Gustave Souquet, Pétition adressée à MM. les Députés de la France, par G. Souquet, imprimeur à Arras contre M. le Baron de Talleyrand, préfet du Pas-de-Calais, imprimerie de Gustave Souquet (Arras), impr. de g. souquet (arras), 16 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Histoire et description des églises d'Étaples, imprimerie Duval et Herment, 5 place du Périgord, Amiens, , 34 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Histoire et description du château d'Étaples, imprimerie Duval et Herment, 5 place du Périgord, Amiens, , 32 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Histoire des rues d'Étaples, imprimerie de Lenoël-Hérouart (Amiens), , 94 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Histoire militaire et navale d'Étaples, depuis 1800 jusqu'à 1806, Montreuil (Pas-de-Calais), 24 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Semaine de juillet 1830 à Arras : Édition revue, corrigée et augmentée, Arras, , 22 p. (lire en ligne)
  • Gustave Souquet, Articles publiés dans "le Propagateur du Pas-de-Calais", sur la conduite administrative de M. de Talleyrand, préfet du département du Pas-de-Calais, Gustave Souquet Arras, , 22 p. (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :