Gustave Crauk

sculpteur français
Gustave Crauk
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MeudonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Gustave Adolphe Désiré CraukVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Prix de Rome ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Sébastien Le Prestre de Vauban (d), Le Combat du Centaure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Valenciennes - Cimetière Saint-Roch (B83).JPG
Vue de la sépulture.

Gustave Adolphe Désiré Crauk est un sculpteur français né le à Valenciennes et mort le à Meudon.

BiographieModifier

Encouragé par la réussite de son frère, le peintre Charles Crauk, Gustave Crauk suit d'abord les cours de l'Académie de peinture et sculpture de Valenciennes avec le célèbre Jean-Baptiste Carpeaux. Il est ensuite admis à l'École des beaux-arts de Paris en 1846 dans l'atelier de James Pradier. Il obtient le prix de Rome de sculpture en 1851 et séjourne jusqu'en 1856 en Italie.

Edmond About l'apprécie dans son commentaire sur le Salon de 1857 où l'artiste présente un joli groupe en bronze « dans le goût de son premier maître [Pradier] et deux bustes dont David serait satisfait » : le maréchal duc de Coligny et surtout le maréchal Aimable Pélissier, duc de Malakof. À signaler aussi un médaillon de Mlle Favart.

Par la suite, Crauk réalisera la statue d'Edmond About pour orner la sépulture du critique au cimetière du Père-Lachaise à Paris, qui comporte par ailleurs deux autres œuvres du sculpteur.

Il est surtout connu pour ses nombreuses œuvres de commande : monuments de villes et bustes. Plusieurs bustes sont aujourd'hui conservés au Sénat à Paris : Alphonse de Lamartine, Henri Wallon, Louis Faidherbe, Étienne-Denis Pasquier, Aimable Pélissier, Élie Decazes.

Il sculpte le groupe des Trois Grâces pour le foyer de l'opéra de Lille.

En 1903, Valenciennes, sa ville natale lui consacre un musée qui sera détruit en 1940. Les collections seront regroupées au musée des beaux-arts de Valenciennes, et notamment Le Matin[1].

Gustave Crauk meurt le en son domicile, au no 7, rue de l'Arrivée à Meudon[2]. Il est enterré à Valenciennes au cimetière Saint-Roch avec son épouse[3]. Son mausolée, situé derrière la maison du gardien, est orné de son buste du Christ et d'un haut-relief en bronze de 1908 par Henri Gauquié représentant Crauk travaillant dans son atelier en compagnie de sa femme[4].

Œuvres dans les collections publiquesModifier

 
Le Combat du centaure (1900), marbre, mairie du 6e arrondissement de Paris.
En France
En Tunisie

GalerieModifier

ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Histoire des collections - Musée de Valenciennes », sur musee.valenciennes.fr (consulté le )
  2. Archives des Hauts-de-Seine, commune de Meudon, acte de décès no 209, année 1905 (pages 88 et 89 / 107)
  3. Martine Kaczmarek, La Voix du Nord, 15 novembre 2009, p. 44.
  4. « La tombe de Gustave Crauk », de-la-note-a-la-plume.over-blog.com.
  5. « Monument au maréchal Valée – Brienne-le-Château », notice sur e-monumen.net.
  6. « Monument à Jules Marmottan – Bruay-la-Buissière », notice sur e-monumen.net.
  7. (en) «  Monument to Cardinal Giraud  », notice sur Art & Architecture.
  8. « Monument au général Chanzy – Le Mans », notice sur e-monumen.net.
  9. (en) « Monument to General Chanzy and the 2nd Army of the Loire », notice sur Art & Architecture.
  10. « Monument au maréchal Niel – Muret », notice sur e-monumen.net.
  11. « Tombe de Léon Philippe Béclard – cimetière du Père Lachaise – Paris », notice sur e-monumen.net.
  12. Va-info.com.
  13. a et b « Tritons », notice sur musee-orsay.fr.
  14. « Jet d’eau ou Fontaine du bassin Soufflot – Place Edmond-Rostand – Paris », notice sur e-monumen.net.
  15. Notice sur le site oratoiredulouvre.fr
  16. « Monument à Montalivet – Sancerre », notice sur e-monumen.net.
  17. « Louis-Achille, comte Baraguey d'Hilliers, maréchal de France », notice sur frenchsculpture.org.
  18. « Monument à Abel de Pujol – Valenciennes », notice sur e-monumen.net.
  19. « Maquette pour le tombeau de Jules Machard, neveu de l'artiste », notice sur art.rmngp.fr

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier