Gustave Borgnis-Desbordes

général et gouverneur colonial français

Gustave Borgnis-Desbordes
Gustave Borgnis-Desbordes

Naissance 22 octobre 1839
Provins
Décès 18 juillet 1900 (à 61 ans)
Hanoï
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie de marine
Grade général de division
Années de service 1861 – 1900
Conflits Conquête du Mali en 1881-1883
Corps expéditionnaire du Tonkin en 1885-1886
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Médaille Commémorative du Tonkin

Gustave Borgnis-Desbordes, né à Provins le et décédé à Hanoï le , est un général de division français. Il a participé à la conquête coloniale française, notamment en Cochinchine et au Soudan français (il entre à Bamako en 1883).

BiographieModifier

Issu d'une famille de Morlaix, il était petit-fils du député du Finistère François Marie Borgnies-Desbordes et fils d'un polytechnicien. Lui-même entré à l'École polytechnique en 1859, il suivit ensuite les cours de l'école d'artillerie de Metz de 1861 à 1863, puis entra dans l'artillerie de marine. Lieutenant en 1863, il servit à Toulon jusqu'en 1866. Nommé capitaine l'année suivante, il séjourne ensuite en Cochinchine de 1868 à 1871, puis est employé à Paris comme adjoint auprès du général Frébault, inspecteur général permanent de l'artillerie de marine. Il passe chef d'escadron en 1876 puis lieutenant-colonel en 1880. Il est alors envoyé au Sénégal.

Conquérant du Soudan français, créateur du chemin de fer Niger-Océan, il se distingue contre Samory et fonde Kita et Bamako (1881-1883). Promu colonel le , il combat ensuite au Tonkin (1884-1886 puis 1888-1889) où il commande l'artillerie du corps expéditionnaire et dirige les combats de Cho-Moï et Cho-Chu[1]. Il est nommé général de brigade le , puis général de division le . À sa mort, il était commandant en chef des troupes en Indochine et Grand officier de la Légion d'honneur.

 
Statue du général Borgnis-Desbordes, Place des Explorateurs à Bamako (Mali).
 
Plaque de la rue Borgnis-Desbordes à Versailles (Yvelines).

Il habitait 61 rue Scheffer (16e arrondissement de Paris)[2].

Plusieurs municipalités dont Versailles ont des rues à son nom. Son buste est installé dans la cour de l'hôtel de ville de Versailles. Sa statue à Bamako a été déboulonnée à l'indépendance du Mali, mais à nouveau érigée sous la présidence d'Alpha Oumar Konaré. Sa tombe se trouve au cimetière Saint-Louis de Versailles.

CorrespondanceModifier

  • Gustave Borgnis-Desbordes, « Au vieux Soudan, lettres inédites du général Borgnis-Desbordes, I : campagne 1880-1881 », Renseignements coloniaux, no 4,‎ , p. 81-94 (lire en ligne).
  • Gustave Borgnis-Desbordes, « Au vieux Soudan, lettres inédites du général Borgnis-Desbordes, II : campagne 1881-1882 », Renseignements coloniaux, no 5,‎ , p. 145-150 (lire en ligne).
  • Gustave Borgnis-Desbordes, « Au vieux Soudan, lettres inédites du général Borgnis-Desbordes, III : campagne 1882-1883 », Renseignements coloniaux, no 6,‎ , p. 159-168 (lire en ligne).

RéférencesModifier

  1. Les services de santé militaires français pendant la conquête du Tonkin et de l'Annam (1882-1896), p.51, éd. NEP, 2005
  2. « Rue Scheffer », Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, septième édition, 1963, t. 2 (« L-Z »), p. 506.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier