Ouvrir le menu principal
Gustav Eberlein
Gustav Eberlein, Selbstporträt, Bronze, Hannoversch Münden.jpg
Auto-portrait de Gustav Eberlein.
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Spiekershausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Académie des beaux-arts de Nuremberg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail

Gustav Heinrich Eberlein, né le 14 juillet 1847 à Staufenberg dans l'arrondissement de Göttingen et mort le 5 février 1926 à Berlin, est un sculpteur, peintre, illustrateur et écrivain allemand. Vers 1900, Reinhold Begas et lui ont été les deux artistes les plus célèbres de l'école de sculpture de Berlin.

Sommaire

FormationModifier

Il passe son enfance à Hannoversch Münden.

Il fréquente à partir de 1866 l'école d'art de Nuremberg. En 1869, il reçoit une bourse d'études pour aller étudier à Berlin.

En 1900, Gustav Eberlein accueille comme assistant dans son atelier le sculpteur Fritz Röll. Eberlein utilisait le bronze pour modeler ses statues.

En raison de son attitude critique envers certaines œuvres d'Auguste Rodin et de Constantin Meunier, seize des vingt œuvres de la Grande Exposition d'art de Berlin de 1900 furent enlevées.

ŒuvresModifier

 
Dévoilement du monument commémoratif à Richard Wagner (Gustav Eberlein est de profil à gauche)

L'œuvre de Gustav Eberlein a été particulièrement fructueuse dans le domaine du portrait et de la sculpture de petite taille. Dans l'ensemble, il réalisa plus de neuf cents œuvres (sculptures, peintures, illustrations et écrits divers). De nombreux musées en Allemagne et à l'étranger possèdent des œuvres de Gustav Eberlein, notamment la Alte Nationalgalerie de Berlin.

Il réalisa notamment la statue de Goethe de la Villa Borghese à Rome, ainsi que le monument de Richard Wagner à Berlin et les monuments dédiés à Frédéric Ier et à Frédéric-Guillaume III de l'allée de la Victoire du Tiergarten. Il exécuta également des statues pour l'Argentine et le Chili.

Durant la Seconde Guerre mondiale, une grande partie de ses œuvres en bronze furent fondues, pour des raisons stratégiques d'armement.

BibliographieModifier

  • (de) Adolf Rosenberg, Eberlein, Künstler-Monographien 66, Velhagen & Klasing, Bielefeld/Leipzig 1899

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :