Ouvrir le menu principal

Gustav Anton von Wietersheim

général allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wietersheim.

Gustav Anton von Wietersheim
Naissance
Breslau (Empire allemand)
Décès (à 90 ans)
Waller Hill, près de Bonn (Allemagne de l'Ouest)
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Général
Années de service 1902-1942
Commandement 29. Infanterie-Division
XIV. Armeekorps
XIV. Panzerkorps
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Seconde Guerre mondiale
Distinctions Ordre de la Couronne de fer
Croix du mérite militaire (Autriche)
Croix de fer
Croix de chevalier de la Croix de fer

Gustav Anton von Wietersheim ( - ) était un General der Infanterie de l'armée allemande (Heer) au sein de la Wehrmacht où il servit de 1902 à 1942. Il fut le commandant du XIVe corps motorisé (renommé XIVe Panzerkorps à partir du ) depuis sa création le jusqu'au , durant la bataille de Stalingrad où il est démis de ses fonctions par son supérieur le général Paulus.

Sommaire

BiographieModifier

Gustav Anton von Wietersheim est né en 1884 dans l'empire allemand à Breslau (l'actuelle ville polonaise de Wroclaw). Il suit les cours de l'école des cadets de l'armée (la Kadettenanstalt) et commence sa carrière militaire dès ses 18 ans, en juin 1902. Il sert un an comme aspirant (Fähnrich) avant de prendre son commandement, en novembre 1903, comme lieutenant dans le 4e régiment des grenadiers de la garde de la reine Augusta.

Il est promu capitaine au début de la Première Guerre mondiale, intègre l'état-major général en 1917, il sert à la fois dans celui de la troisième division et dans celui du XXVe corps de réserve.

Après la guerre il sert dans la Reichswehr où il est promu major en 1925, à la suite de quoi il intègre le département T4 de l'armée de terre, au sein du ministère de la Défense (Reichswehrministerium). En 1930 il atteint le grade de lieutenant-colonel, en 1932 celui de colonel et devient chef d'état-major de la 3e Division de cavalerie et puis de la 3e division d'infanterie.

En 1934 il retourne au ministère de la Défense, bientôt renommé ministère de la guerre (Reichskriegministerium) par Adolf Hitler, en tant qu'intendant général (Oberquartiermeister). Il y a sous sa direction les départements opération, transport et logistique, un rôle clef qu'il cédera octobre 1936 à son subordonné d'alors Erich von Manstein. Lieutenant-général depuis avril 1936, il prend le commandement de la 29e division d'infanterie.

Keitel, Jodl et von Manstein mentionnent dans leurs mémoires deux désaccords publics entre Hitler et von Wietersheim : le premier en 1938 à l'occasion de l'invasion de la Tchécoslovaquie, où von Wietersheim pointe la faiblesse de la ligne Siegfried en cas d'attaque française, la seconde en 1939 au sujet de l'invasion de la Pologne. Keitel voit dans ces interventions de von Wietersheim l'une des origines de la défiance d'Hitler face à l'état-major général et à ses officiers.

En février 1938, von Wietersheim est nommé général d'infanterie et prend, début d'avril, le commandement du XIVe Corps motorisé nouvellement créé et basé à Magdebourg. C'est à la tête de cette unité qu'il participe à la Campagne de Pologne de 1939, à la Bataille de France en 1940 et à la campagne des Balkans en 1941. Cette dernière action lui vaudra la Croix de Chevalier le .

Lors de l'invasion de l'Union soviétique le XIV panzerkorps opère au sein du Panzergruppe 1 dans la 1e Panzerarmee rattachée au groupe d'armée sud. Il participe, entre autres, aux batailles d'encerclement de Uman et de Kiev puis à la défense du fleuve Mious lors de l'hiver 1941-1942.

Le le XIVe corps motorisé (rebaptisé XIVe Panzerkorps à partir du mois d'août) est intégré à la VIe Armée pour l'offensive vers Stalingrad. Envoyé en pointe pour traverser le Don et rejoindre la Volga le , le XIV. Panzerkorps se trouve isolé (au point de devoir être ravitaillé par air), privé de son soutien d'infanterie et subit de lourdes pertes durant plusieurs jours. Von Wietersheim insiste pour que son supérieur Friedrich Paulus revoie son plan et accepte un repli sur le Don. Ce dernier le démet de ses fonctions à la mi-septembre pour défaitisme et incompétence, et le remplace par le général Hube. Cette décision met fin à la carrière de Von Wietersheim.

Après la guerre, comme beaucoup d'officiers allemands, von Wietersheim comparaît en tant que témoin lors du procès de Nuremberg.

PromotionsModifier

Fähnrich 30 décembré 1902
Leutnant 22 juin 1902
Oberleutnant ? 1909
Hauptmann 8 avril 1914
Major 1er avril 1925,
Oberstleutnant 1er février 1930
Oberst 1er novembre 1932
Generalmajor 1er juillet 1934
Generalleutnant 1er avril 1936
General der Infanterie 1er février 1938

DécorationsModifier

RéférencesModifier

Citations
  1. a b c d e et f Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Mittler & Sohn Verlag, Berlin, S.118
  2. (de) Veit Scherzer, Die Ritterkreuzträger : die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchivs, Ranis/Jena, Scherzers Militaer-Verlag, (réimpr. 2005, 2006), 846 p. (ISBN 3-938-84517-1 et 978-3-938-84517-2, OCLC 891773959), S.786
Source

Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).
  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies », , 1re éd., 460 p., broché (ISBN 978-2717856385)
  • (en) David Glantz, Armageddon in Stalingrad: septembre november 1942, ed. University of Kansas Press, 2009, (ISBN 978-070061664-0)
Liens externes