Ouvrir le menu principal
Gustav Adolf Wayss
Fonctions
Fondateur Wayss & Freytag
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Maître d’œuvre, ingénieurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Bâtiment travaux publics

Gustav Adolf Wayss est un ingénieur civil allemand, pionnier en Allemagne dans la réalisation des structures en béton armé et précontraint, fondateur de l'entreprise Wayss & Freytag, né le à Erbach (Bade-Wurtemberg)[1], et mort le (à 65 ans) à Waidhofen an der Ybbs, Basse-Autriche.

BiographieModifier

Le fils d'un entrepreneur, il a suivi les cours de la Technische Hochschule de Stuttgart puis dans le Wurtemberg.

Il est maître d'œuvre en Autriche. Il participe à la construction du tunnel du Gothard. Wayss fonde à Francfort la société Diss & Wayss qui réalise, entre autres, des allées en béton et des sous-sol imperméables.

Au cours d'un voyage d'études à Paris, il a rencontré le Joseph Monier. Joseph Monier avait commencé à produire dès 1849 des jardinières en ciment, dans lequel il avait inséré un treillis métallique, une des premières réalisation en ciment armé.

En 1885, il acquiert les sociétés Freytag & Heidschuch, à Neustadt an der Haardt, et Mart Stein & Josseaux, à Offenbach am Main, qui exploitent les brevets Monier sur le ciment armé pour le nord de l'Allemagne, et développe les applications du ciment armé dans son entreprise G.A. Wayss & Cie. Il a demandé à Matthias Koenen, alors responsable de la construction du palais du Reichstag, d'utiliser le béton armé pour la construction des planchers en arguant de la résistance de ce matériau au feu.

Pour connaître le comportement du ciment et du fer dans le ciment armé, permettre d'établir les règles d'utilisation en étudiant le fonctionnement des interactions entre le fer et le ciment, Gustav Adolf Wayss a lancé un programme de tests auquel il fait participer des experts de renom, comme Matthias Koenen. Ces tests lui ont permis de montrer que dans le ciment armé, le béton doit reprendre la compression et le fer doit se situer dans la zone en traction du béton. Il a également recherché à établir les règles de dimensionnement d'une section transversale de poutre en ciment armé. Les conclusions de ces études sont publiées en 1887 dans le livre Das System Monier, Eisengerippe mit Zementumhüllung (Le système Monier, ossature en fer enrobé de ciment). Cette publication a permis le développement du ciment armé dans les pays de langue allemande.

À la suite de la démission de Diss en 1889, il a créé avec Matthias Koenen la société Actien-Gesellschaft für Monierbauten vormals G.A. Wayss & Co, anciennement G.A. Wayss & Co., qui est devenu plus tard Beton- und Monierbau A-G, quand il a pris sa retraite en 1893.

En 1890, il a acheté à Conrad Freytag la société Freytag & Heidschuch qui avait acquis en 1884 les droits sur les brevets de Joseph Monier pour le sud de l'Allemagne. Après la mort de Heidschuch en 1891, Gustav Freytag a fondé en 1893 Wayss & Freytag oHG qui a construit des bâtiments d'avant-garde en Europe et à l'étranger avec la nouvelle technologie. En 1903, Wayss s'est installé à Vienne, d'où il a dirigé la société G.A. Wayss & Cie et où il a fondé l'entreprise k.u.k.Baurat.

PublicationModifier

  • Das System Monier (Eisengerippe mit Zementumhüllung) in seiner Anwendung auf das gesamte Bauwesen (Le système Monier (ossature en fer enrobée de ciment) dans son application à l'industrie de la construction), 1887

RéférencesModifier

  1. suivre le registre de baptême, voir: Knut Stegmann, Sabine Kuban: "Ruhelos und unsteten Sinnes" – Zur Bedeutung des Eisenbetonpioniers Gustav Adolf Wayss (1851–1917). Beton- und Stahlbetonbau 112 (2017), n. 8, pp. 545–555, ici p. 545.

NotesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Sous la direction d'Antoine Picon, L'art de l'ingénieur constructeur, entrepreneur, inventeur, p. 543, Centre Georges Pompidou/éditions Le Moniteur, Paris, 1997 (ISBN 978-2-85850-911-9)
  • Knut Stegmann, Sabine Kuban, "Ruhelos und unsteten Sinnes" – Zur Bedeutung des Eisenbetonpioniers Gustav Adolf Wayss (1851–1917). Beton- und Stahlbetonbau 112 (2017), n. 8, pp. 545-555 (biographie). doi:10.1002/best.201700035
  • T. Jürges, Die Entwicklung der Biege-, Schub- und Verformungsbemessung im Stahlbetonbau und ihre Anwendung in der Tragwerklehre., Aix-la-Chapelle, 2000. (Elektronische Ressource der Deutschen Nationalbibliothek)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier