Gunnar Andersson

footballeur franco-suédois

Gunnar Andersson
Image illustrative de l’article Gunnar Andersson
Gunnar Andersson en 1968.
Biographie
Nom Karl Gunnar Andersson
Nationalité Suédois
Français (à partir de 1954)
Nat. sportive Français
Naissance
Arvika (Suède)
Décès (à 41 ans)
Marseille (France)
Taille 1,75 m (5 9)
Poste Attaquant
Parcours junior
Années Club
?-1943Drapeau de la Suède IFK Arvika
1943-1949Drapeau de la Suède IFK Åmål
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1949-1950 IFK Göteborg 018 0(8)
1950 Kjøbenhavns Boldklub
1950-1958 Olympique de Marseille 220 (194)
1958 SO Montpellier 008 0(4)
1958-1960 Girondins de Bordeaux 031 0(20)
1960-1961 AS Aix-en-Provence 030 0(11)
1961-1962 CAL Oran
1962-1963 AS Gignac
1964 IFK Arvika
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1954 France B01 00(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Gunnar Andersson, né le à Arvika et mort le à Marseille, est un footballeur franco-suédois.

Il passe son enfance et jeunesse à Säffle, d'où son appellation suédoise de "Säffle-Gunnar". Avec 194 buts, il est le meilleur buteur toutes compétitions confondues de l'histoire de l'Olympique de Marseille.

BiographieModifier

En sept années, il marque 194 buts grâce à son sens du placement et à son arme favorite : crochet court et tir instantané du pied gauche. Affectueusement surnommé « 10 h 10 » en raison de sa démarche « en canard », il inscrit durant sa carrière olympienne 2 quadruplés, 10 triplés et 34 doublés.

Naturalisé français en 1954, Gunnar, Olympien jusqu'en 1958, poursuit sa carrière à Montpellier, aux Girondins de Bordeaux (qu'il contribue à hisser en première division) et à Aix-en-Provence, avant de sombrer dans la misère. Dans des lettres à sa mère et son frère en Suède, il se plaint de problèmes liés aux « petites boissons jaunes distillées par le diable »[1].

Le , à la suite d'un pari perdu avec un coéquipier, Gunnar Andersson boit dix pastis d'affilée juste avant de jouer un match de Première Division avec l'Olympique de Marseille contre le CO Roubaix. Nullement décontenancé, il réalise un hat-trick en 13 minutes et son équipe remporte le match 5 à 2[2].

Gunnar Andersson termine ainsi difficilement sa carrière quelque peu oublié et abandonné par le milieu du football. Il retourne à Marseille après sa retraite sportive et travaille comme docker sur le port. Il disparaît à seulement 41 ans, d'une crise cardiaque devant la rédaction du quotidien Le Provençal, près de la rue Breteuil à l'automne 1969. La légende raconte qu'il avait un billet pour voir jouer l'Olympique de Marseille contre le Dukla Prague en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes dans sa poche[3].

Il est inhumé au cimetière Saint-Pierre de Marseille, au Carré 61, Rang 35, Place 15 dans la sépulture de la famille Maloni[4].

CarrièreModifier

PalmarèsModifier

Distinctions personnellesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier