Gulf Livestock 1

Gulf Livestock 1
Image illustrative de l’article Gulf Livestock 1
Le navire à Fremantle (Australie) en avril 2016.
Autres noms Maersk Waterford (2002–2006)
Dana Hollandia (2006–2012)
Cetus J. (2012–2015)
Rahmeh (2015–2019)
Type Porte-conteneurs (2002-2015)
Navire bétailler (2015-2020)
Histoire
Constructeur Hegemann Rolandwerft
Chantier naval Berne (Allemagne)
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Porté disparu (présumé coulé le )
Équipage
Équipage 43 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 133,6 m
Maître-bau 19,4 m
Tirant d'eau 7,3 m
Port en lourd 8 372 tpl
Tonnage 6 370 t
Propulsion 1 moteur Diesel Caterpillar
Puissance 7 200 kW
Vitesse 18 nœuds (33,3 km/h)
Caractéristiques commerciales
Capacité ~ 6 000 animaux
Carrière
Armateur Gulf Navigation Holding
Pavillon Drapeau du Panama Panama
Indicatif 3FXX5
IMO 9262883

Le Gulf Livestock 1 est un navire bétailler de pavillon panaméen construit en 2002 par les chantiers Hegemann Rolandwerft de Berne (Allemagne) pour la compagnie Gulf Navigation Holding, basée aux Émirats arabes unis[1].

Le 2 septembre 2020, le navire est porté disparu et présumé coulé à environ 185 km à l'ouest de l'île d'Amami Ōshima, dans le sud-ouest du Japon, après avoir été emporté par une vague dû à un typhon[2].

HistoriqueModifier

Le navire est construit comme porte-conteneurs sous le nom de Maersk Waterford par le chantier naval Hegemann Rolandwerft à Berne, en Allemagne. Sa quille est posée le 4 avril 2002, lancé le 20 septembre et mis en service le 9 décembre. D'une jauge brute de 6 370 tonnes et d'un tpl de 8 372 tonnes, il mesure 133,6 mètres de long pour un maître-bau de 19,4 mètres. Son unique moteur diesel le propulse à une vitesse de 18 nœuds (33,3 km/h).

Il est nommé successivement Dana Hollandia en 2006, Cetus J. en 2012, avant d'être converti en transporteur de bétail et renommé Rahmeh en 2015. En 2019, son nom change une nouvelle fois pour devenir le Gulf Livestock 1.

Voyage finalModifier

Lors de son dernier voyage, le navire appareille de Napier, en Nouvelle-Zélande, le 14 août, et devait arriver au port de Jingtang (Tangshan), en Chine, le 11 septembre 2020[3], avec à son bord une cargaison de 5 867 bovins vivants.

Le navire envoie un signal de détresse depuis la mer de Chine orientale à l'ouest de l'île japonaise d'Amami Ōshima le 2 septembre 2020 à 01 h 40 JST[4].

Le jour-même, un membre d'équipage, un officier en chef philippin de 45 ans, a été secouru par les garde-côtes japonais, après avoir été repéré par un avion P-3C de la marine japonaise. Il signala que l'unique moteur de propulsion principal du navire était tombé en panne pendant une mer agitée causée par le typhon Maysak, et que le navire chavira peu après avoir été frappé par une vague[1],[5]. Avant que le navire ne chavire, le capitaine du navire, un philippin de 34 ans, pu également dire à sa femme par messages instantanés que l'aggravation du typhon avait provoqué la panne du moteur du navire[6].

Son équipage était composé au total de 39 Philippins, deux Néo-Zélandais et deux Australiens[7] (un vétérinaire équin et un manutentionnaire[8]).

Le 4 septembre, un deuxième membre d'équipage a été retrouvé dans l'eau par la Garde côtière et est mort peu de temps après avoir été sauvé. Dans la même zone, plusieurs carcasses de bovins et un gilet de sauvetage ont également été récupérés[9]. Un deuxième survivant, un matelot de pont philippin de 30 ans dans un radeau de sauvetage, a été secouru l'après-midi du 4 septembre juste après 16 heures[9],[10].

Trois bateaux des garde-côtes, cinq avions et des plongeurs spécialisés étaient impliqués dans les opérations de secours[7]. Les recherches sont suspendus le 5 septembre en raison de l'arrivée d’un deuxième cyclone[11], avant d'annoncer le 9 septembre l'abandon pur et simple de l'opération visant à retrouver l’équipage du navire[12].

Selon un rapport de 2019 des autorités australiennes, le même navire avait déjà connu l'an dernier une avarie de moteur qui l'avait paralysé en pleine mer pendant 25 heures[10].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Cargo ship with 43 crew and nearly 6,000 cattle sank off Japan, survivor says », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. « Un cargo bétailler fait naufrage en mer de Chine orientale, 40 marins portés disparus », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020)
  3. « Japanese coast guard looking for live export ship with 43 crew, thousands of cattle, missing during Typhoon Maysak », ABC News,‎ (lire en ligne)
  4. « Australians caught on missing Gulf Livestock 1 ship after typhoon in Japan », news.com.au,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  5. « Un navire bétailler coule au large du Japon : 42 disparus, un rescapé », sur Mer et Marine, (consulté le 5 septembre 2020)
  6. « 'I am praying': captain's texts tell of ordeal of capsized cattle ship »,
  7. a et b Par Le Parisien avec AFPLe 3 septembre 2020 à 10h55, « Japon : où est passé le cargo Gulf Livestock 1 ? », sur leparisien.fr, (consulté le 5 septembre 2020)
  8. « Australians caught on missing Gulf Livestock 1 ship after typhoon in Japan », news.com.au,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  9. a et b Jake Sturmer, « Japanese rescue crews find another survivor from missing live export ship », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  10. a et b Kyoko Hasegawa avec Cecil Morella, « "Gulf Livestock 1" : un deuxième survivant retrouvé », sur L'Antenne - Les transports et la logistique au quotidien (consulté le 5 septembre 2020)
  11. AFP, « Un violent cyclone, Haishen, fait route vers le Japon », sur Libération.fr, (consulté le 5 septembre 2020)
  12. Le Matin, « Marins disparus: le Japon abandonne les recherches », sur lematin.ch, (consulté le 12 septembre 2020)