Ouvrir le menu principal

Guillaume IV de Nevers

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume IV.
Guillaume IV de Nevers
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Conjoint

Guillaume IV de Nevers[N 1], né en 1145, mort en 1168, est comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre (1161-1168)[1].

BiographieModifier

Il est le fils de Guillaume III, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, et d'Ide de Sponheim.

Il épouse Eléonore de Vermandois.

Il fait construire la deuxième enceinte de fortifications d'Auxerre dans la 5e année de son gouvernement[2], soit vers 1166.

Sur son lit de mort il lègue l'hôpital de Panthénor près de Clamecy à l'église de Bethléem en Palestine. Cet hôpital devient le siège du diocèse de Bethléem quand les Sarrasins reprennent Bethléem de Palestine[3].

Mort de maladie en Palestine,

Après sa mort, sa veuve Eléonore épouse Matthieu d'Alsace, comte de Boulogne[4].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Guillaume est cité par Jean Lebeuf comme 4e Guillaume parmi les comtes d'Auxerre et 5e Guillaume parmi les comtes de Nevers (voir Lebeuf 1743, vol. 2, p. 88). C'est également la numérotation reprise par Charles Cawley pour MedLands – Foundation for Medieval Genealogy.

RéférencesModifier

  1. (en) Charles Cawley, « « Guillaume [V] de Nevers (-1168) » (Guillaume IV) », dans « Burgundy duchy - Nevers », ch. 1 : « Comtes de Nevers », section A : « Comtes de Nevers 990-1181 », sur MedLands – Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 26 décembre 2017).
  2. Lebeuf 1743, vol. 2, p. 95.
  3. Lebeuf 1743, vol. 2, p. 72, 98.
  4. Maur-François Dantine, Ursin Durand, Charles Clémencet et Simon Pierre Ernst, L'Art de vérifier les dates des faits historiques..., t. 2, Paris, Alexandre Jombert Jeune, , 924 p. (lire en ligne), p. 564

BibliographieModifier

  • Abbé Jean Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 2, Auxerre, Perriquet, , 923 p. (lire en ligne).