Guillaume II de Hesse-Wanfried-Rheinfels

prince allemand

Guillaume II de Hesse-Wanfried-Rheinfels (aussi connu comme Guillaume le Jeune à Langenschwalbach; à Paris, et également enterré là-bas) a été l'un des fils du landgrave Charles de Hesse-Wanfried (1649-1711) et de sa première épouse, Sophie-Madeleine de Salm-Reifferscheid (d. 1675). Il a succédé à son père comme landgrave de Hesse-Wanfried et de Hesse-Rheinfels. Après 1711, il se titra lui-même "Landgrave de Hesse-Rheinfels".

BiographieModifier

Guillaume le Jeune a commencé sa carrière en tant que chanoine de Cologne et de Strasbourg. Il a été décrit comme un pauvre en esprit et en mauvais environnement". Après la mort de son père en 1711, il a voyagé à Wanfried, où son jeune demi-frère Christian de Hesse-Wanfried-Rheinfels a pris le pouvoir. Ils ont un différend, qui a été tranché par l'empereur Charles VI. Christian a renoncé à sa revendication sur Hesse-Wanfried-Rheinfels, en échange d'une rente annuelle de 7 500 florins, en plus du château d'Eschwege. Le château avait été promis à Brunswick-Bevern en 1667. Cependant, il a été échangé en faveur de Christian en 1713.

Guillaume a dirigé Hesse-Wanfried-Rheinfels de 1711 à 1731. Il voyage souvent, généralement à la Cour Impériale de Vienne. En 1718, l'empereur le charge de défendre le Château de Rheinfels, où les troupes du landgrave Charles Ier de Hesse-Cassel avaient résisté et repoussé trois lourds sièges par les Français.

En 1719, Guillaume a obtenu l'autorisation du Pape pour revenir à l'état laïque, afin d'éviter l'extinction imminente de la lignée de Hesse-Wanfried. Après la médiation par l'empereur, il s'est marié le avec Ernestine de Palatinat-Soulzbach, la fille du comte palatin Théodore-Eustache de Palatinat-Soulzbach. Le mariage est resté sans enfant.

Après la mort de Guillaume, Ernestine a continué à vivre au château de Rheinfels pendant un moment, puis elle devint prieure des Carmélites du monastère à Neubourg-sur-le-Danube, où elle est décédée le .

Hesse-Wanfried et de la Hesse-Rheinfels ont été repris de son jeune demi-frère, qui était titré Christian d'Eschwege depuis 1711.

RéférencesModifier

  • Reinhold Strauß: Chronik von Wanfried, 1908
  • Anonyme: Chronik von Wanfried 2006 (non publié)
  • Eckhart G. Franz, Das Haus Hesse, Stuttgart, 2005, (ISBN 3-17-018919-0)