Ouvrir le menu principal

Guillaume Bernard

historien français du droit
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
Guillaume Bernard
Guillaume Bernard.jpg
Guillaume Bernard en 2017.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Association des amis de Guy Augé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Œuvres principales
La guerre à droite aura bien lieu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Guillaume Bernard, né le , est un historien du droit et politologue français, spécialiste de l'histoire des institutions françaises et des idées politiques et juridiques (en particulier de la philosophie pénale). En 2018, il est maître de conférences (habilité à diriger des recherches) à Institut catholique de Vendée (ICES).

Sommaire

BiographieModifier

Après des études de droit, Guillaume Bernard se spécialise en histoire du droit et des institutions sous la direction du Professeur Hubert Guillotel[1]. Il a complété sa formation par des études de philosophie[2][réf. à confirmer].

Docteur et habilité à diriger des recherches (HDR), il est maître de conférence à l'Institut catholique d'études supérieures. Il enseigne ou a enseigné dans divers autres établissements comme l'Institut d'études politiques ou l'Institut catholique de Paris[1].

Entre autres activités scientifiques, il est chercheur associé au Centre d'histoire du droit de l'Université de Rennes-I, enseignant associé à l'école doctorale de l'Institut catholique de Toulouse, membre de l'Association internationale pour l'histoire de l'État et de l'administration (instance permanente du Comité international des sciences historiques). Il est également membre du comité de rédaction des Essais de philosophie pénale et de criminologie (revue de l'Institut de criminologie et de droit pénal de l'université Panthéon-Assas) et directeur de collection pour les éditions Presses universitaires de France et Studyrama[1]. Enfin, il participe aux activités de l'Association des amis de Guy Augé[3].

Ses publications scientifiques portent sur l'histoire des institutions (articulation du spirituel et du temporel, histoire de la justice et de la sanction pénale), de la philosophie juridique (légitimité politique, droit naturel classique) et de la sociologie politique (clivage droite-gauche, évolution des catholiques)[1]. Au tournant des années 2010, il étudie et théorise ce qu'il nomme le mouvement dextrogyre, en opposition au mouvement sinistrogyre qui se développa à partir de la Révolution française[4].

Interventions publiquesModifier

Il prononce fréquemment des conférences destinées au grand public ou dans le cadre de formations plus spécialisées : il donne, par exemple, un cours sur les « valeurs de la droite » à l'Institut de formation politique[5].

Il intervient régulièrement dans les médias écrits et audio-visuels français et étrangers. Il est notamment chroniqueur régulier dans l'émission « Points de vue » du Figaro Live. Pour diffuser ses travaux et interventions dans les médias, il est aussi présent sur la plupart des réseaux sociaux destinés au grand public ou professionnels.

Il ne cache pas ses positions « pro-vie » (participation au forum One of us, participation à la marche pour la Vie de janvier 2019) et morales en matière de mœurs et de bioéthique. En 2013, par exemple, il cosigne, avec plus de 150 autres juristes (enseignants-chercheurs et praticiens), une lettre ouverte aux membres du Sénat pour s'opposer au mariage homosexuel et à ses conséquences quant à l'adoption des enfants mineurs[6]. Il intervient au cours de la Marche Pour la Vie de 2019[7].

Plus récemment, il a été l'une des chevilles ouvrières de l'« appel d'Angers pour l'unité de la droite », publié le , dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles, à la suite d'un débat public organisé, à Angers, le 27 mars, à l'invitation du Cercle Anjou conférences[8]. Il défend l'idée de l'Union des droites lors de ses interventions médiatiques.

OuvragesModifier

  • Introduction à l'histoire du droit et des institutions, Levallois-Perret, Studyrama, 2004, 2e éd., 2011.
  • Droit constitutionnel et institutions politiques, Levallois-Perret, Studyrama, 2006, 2e éd., 2009.
  • Dir. avec Éric Duquesnoy, Les Forces politiques françaises, Paris, PUF, 2007 — rapport annuel d'Anteios.
  • Dir. avec Jean-Pierre Deschodt, Mythes et polémiques de l'histoire, Levallois-Perret, Studyrama, 2008-2009, 2 vol.
  • Dir. avec Jean-Pierre Deschodt, Les Forces syndicales françaises, Paris, PUF, 2010 — rapport annuel d'Anteios.
  • Avec Frédéric Monera, L'Instruction civique pour les nuls, Paris, First, 2010, 2e éd. (poche), 2015.
  • Dir. avec Jean-Pierre Deschodt et Michel Verpeaux, Dictionnaire de la politique et de l'administration, Paris, PUF, 2011.
  • Dir. avec Stamatios Tzitzis et Denise Jolivet, Dictionnaire de la police et de la justice, Paris, PUF, 2011.
  • Avec Jean-Pierre Deschodt, Petit traité des grandes questions historiques, Paris, Studyrama, 2011.
  • La guerre à droite aura bien lieu : le mouvement dextrogyre, Paris, Desclée De Brouwer, 2016.

Autres publicationsModifier

Un certain nombre des publications de Guillaume Bernard sont référencées et consultables sur le site de partage de recherche Academia.edu[9].

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Guillaume Bernard », sur ices.fr, (consulté le 20 février 2018).
  2. « Guillaume Bernard, auteur de la rédaction Méthode », sur revuemethode.org (consulté le 22 décembre 2018).
  3. http://www.gallimard.net/nicaise/html/autngall/Auge.htm.
  4. « Le mouvement dextrogyre », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018).
  5. https://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/l-ifp-l-ecole-modele-de-marion-marechal-le-pen_1998181.amp.html.
  6. http://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article93.
  7. Michel Janva, « Guillaume Bernard à La Marche pour la vie : la politique en faveur de l'avortement relève du suicide collectif », sur Le Salon Beige, (consulté le 14 février 2019)
  8. Bérénice Levet, « En cas d'Angers, signez l'appel », L'Incorrect, n° 8, 9 mai 2018, p. 37.
  9. « Guillaume BERNARD » (consulté le 6 mai 2018)

Liens externesModifier