Guilherand-Granges

commune française du département de l'Ardèche

Guilherand-Granges
Guilherand-Granges
L'entrée de Guilherand-Granges après la traversée du Rhône depuis Valence par le pont Frédéric-Mistral.
Blason de Guilherand-Granges
Blason
Guilherand-Granges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Intercommunalité Communauté de communes Rhône-Crussol
(siège)
Maire
Mandat
Sylvie Gaucher
2020-2026
Code postal 07500
Code commune 07102
Démographie
Gentilé Guilherandais-grangeois
Population
municipale
10 760 hab. (2018 en diminution de 1,45 % par rapport à 2013)
Densité 1 643 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 07″ nord, 4° 52′ 32″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 407 m
Superficie 6,55 km2
Unité urbaine Valence
(banlieue)
Aire d'attraction Valence
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Guilherand-Granges
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Guilherand-Granges
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Guilherand-Granges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guilherand-Granges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guilherand-Granges
Liens
Site web guilherand-granges.fr

Guilherand-Granges [ɡijʁɑ̃ ɡʁɑ̃ʒ] est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes, juste à l'ouest de la ville de Valence, sur la rive droite du Rhône.

La commune est actuellement la troisième ville ardéchoise par le nombre d'habitants, après Annonay et Aubenas. Elle a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris.

GéographieModifier

SituationModifier

Chef-lieu de canton du département de l'Ardèche, la commune de Guilherand-Granges est située sur la rive droite du Rhône, face à Valence (préfecture de la Drôme), à 5 minutes du centre-ville. Le Mialan traverse la ville au nord avant de se jeter dans le Rhône.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

ClimatModifier

La commune de Guilherand-Granges a un climat continental avec des influences méditerranéennes. Les étés sont secs. Le mistral, un vent de couloir qui souffle le long de la vallée du Rhône influe aussi sur les conditions météorologiques locales.

Elle a connu 2 013 heures d'ensoleillement en 2013, contre une moyenne nationale des villes de 1 548 heures de soleil. Guilherand-Granges a bénéficié de l'équivalent de 84 jours de soleil en 2013. La commune se situe à la position no 1 655 du classement des villes les plus ensoleillées. Elle a connu 687 millimètres de pluie en 2013, contre une moyenne nationale des villes de 622 millimètres de précipitations. Guilherand-Granges se situe à la position no 11 490 du classement des villes les plus pluvieuses.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Guilherand-Granges est une commune urbaine[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valence, une agglomération inter-départementale regroupant 10 communes[4] et 131 695 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (67,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (48,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (50,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (19,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (17,6 %), eaux continentales[Note 3] (6,2 %), forêts (2,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %), cultures permanentes (1,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Voies de communication et transportsModifier

La commune de Guilherand-Granges se trouve à 12 kilomètres de la gare de Valence-TGV et à 1,6 kilomètre de celle de Valence-Ville. On peut y accéder par l'autoroute A7.

Transports en communModifier

Guilherand-Granges est desservie par le réseau de bus Citéa (lignes Cité 4, 6, 8, 14 et 46) et par le réseau régional de cars de l'Ardèche, Le Sept (lignes 03, 03+ et 12) et les cars de la région Auvergne-Rhône-Alpes (ligne 73)[11],[12],[13]

PontsModifier

Deux ponts relient les communes de Guilherand-Granges et Soyons à la ville de Valence.

  • le pont Frédéric-Mistral achevé en 1967, est situé à l'est de la commune de Guilherand-Granges. Ce pont est toujours en service et mène directement au centre-ville de Valence ;
  • le pont des Lônes inauguré le , situé à l'extrémité sud de la commune de Guilherand-Granges, partagé avec la commune voisine de Soyons, est, enfin, le « deuxième pont », longtemps attendu pour atténuer les problèmes de circulation entre les deux rives du Rhône. Il permet une desserte des quartiers sud de Valence et offre un accès direct au périphérique valentinois.

Durant les longues périodes où aucun pont n'était disponible, un bac à traille permettait de traverser le Rhône. Sur le territoire de la commune de Guilherand-Granges, une ancienne pile utilisée par ce bac est encore dressée.

ToponymieModifier

D'après Albert Dauzat et Charles Rostaing, le nom Guilherand provient du nom d'homme germanique Williramn[14].

Grange, nom commun, "bâtiment destiné à abriter les récoltes", vient du latin populaire *granica dérivé de granum, "grain".

Initialement, la commune s'appelait « Guilherand » et n'était composée que d'un village situé au pied de la colline de Crussol et d'un deuxième hameau « les Granges ». Le hameau des Granges, situé en bordure du Rhône au débouché du pont ouvert en 1830 menant à Valence, s'est développé au cours du XXe siècle jusqu'à devenir la partie plus peuplée de la commune.

Compte tenu de la proximité immédiate de Valence et de l'homonymie avec la commune de Granges-les-Beaumont proche de Romans, ce quartier a alors été nommé « Granges-lès-Valence » par la Poste, sans être jamais été appelé ainsi par les autres administrations.

À la suite de la demande du conseil municipal, un décret du a autorisé la commune de « Guilherand » à changer de nom pour s'appeler dorénavant « Guilherand-Granges » (JO du ).

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

La ville de Guilherand-Granges est administrée par 33 élus et 140 agents communaux qui exercent tous une mission de service public.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
Mairie de Guilherand-Granges.
Liste des maires depuis 1944.
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Jean Paradis    
1945 1965 Marcel Coulet SFIO  
1965 27 mars 1971 Henri Chapelon SFIO puis PS Retraité EDF
27 mars 1971 14 mars 2008 Henri-Jean Arnaud RPR puis UMP Directeur de clinique
Conseiller général (1982-2001)
Député de l'Ardèche (1992-1997)
14 mars 2008 29 septembre 2017 Mathieu Darnaud UMP puis LR Assistant parlementaire
Conseiller régional (2010-2014)
Sénateur depuis 2014
29 septembre 2017 en cours[16] Sylvie Gaucher UDI puis LDVD[16] Directrice de la CIDFF de la Drôme
Conseillère départementale

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[18],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 10 760 habitants[Note 5], en diminution de 1,45 % par rapport à 2013 (Ardèche : +1,94 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
67300297376470480579605608
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606592572541554568571592644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6006587379101 0571 2301 4471 7431 966
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 4337 2268 9669 55610 49210 70710 71611 10111 049
2018 - - - - - - - -
10 760--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

La commune de Guilherand-Granges possède sur son territoire une clinique et un laboratoire d'analyses médicales .

SportsModifier

La commune est le point de départ et d'arrivée de la première journée de la course Les Boucles Drôme-Ardèche.

MédiasModifier

CultesModifier

  • Temple Protestant de Guilherand-Granges, avenue Georges Clemenceau[21].
  • Église Protestante Évangélique du Pays de Crussol, quartier des Croisières[23].
  • Église Évangélique La Maison De Dieu, rue Alexandre Bottet[24].

ÉconomieModifier

Guilherand-Granges dispose d'un tissu industriel dynamique et diversifié[25].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Façade est du château de Crussol, vue depuis Guilherand-Granges.
 
Une lône réhabilitée à Guilherand-Granges.
 
Église Sainte-Thérèse, extérieur.

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2015, la commune obtient le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[29].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Guilherand-Granges se blasonnent ainsi :
D’or à deux lettres capitales G adossées et enlacées de sinople.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Valence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Citéa
  12. Le Sept
  13. La Région
  14. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud,1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 337
  15. Antressangle 1998, p. 55.
  16. a et b Résultats des élections municipales et communautaires 2020 à Guilherand-Granges, publié le sur le site du Conseil départemental de l'Ardèche (consulté le ).
  17. « Städtepartnerschaft » Site web de la ville de Bad Soden-Salmünster, consulté le 8 avril 2017.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Eglise Protestante Unie de France »
  22. « Église Chrétienne Évangélique de Guilherand »
  23. « Église Protestante Évangélique du Pays de Crussol »
  24. « La Maison de Dieu »
  25. « Créer des listes personnalisées d'entreprises avec Verif.com », sur www.verif.com (consulté le )
  26. site de la paroisse Saint-Pierre de Crussol
  27. a et b site 40000clochers.com
  28. Annuaire du diocèse de Viviers.- 1996.- 224 p.
  29. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur www.cnvvf.fr (consulté le )
  30. « Page Google de l'auto entreprise Bob45 photos vidéos » (consulté le )
  31. site LMA

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier