Gueux (Marne)

commune française du département de la Marne

Gueux
Gueux (Marne)
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité CU du Grand Reims
Maire
Mandat
Jean-Pierre Ronseaux
2020-2026
Code postal 51390
Code commune 51282
Démographie
Gentilé Gueuxien
Population
municipale
1 741 hab. (2018 en augmentation de 2,17 % par rapport à 2013)
Densité 197 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 03″ nord, 3° 54′ 32″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 210 m
Superficie 8,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fismes-Montagne de Reims
Législatives 2e circonscription de la Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Gueux
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Gueux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gueux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gueux
Liens
Site web http://www.gueux.fr

Gueux est une commune française située dans le département de la Marne, en région Grand Est.

GéographieModifier

DescriptionModifier

Gueux est un bourg périurbain situé à 8 km à l'ouest de Reims, 120 km au nord-est de Paris, une quarantaine de kilomètres au sud-est de Laon et une cinquantaine au nord-ouest de Châlons-en-Champagne.

Il est tangenté au sud par l'autoroute A4 et au nord par la route nationale 31

Gueux est traversée par la route touristique du Champagne.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Gueux
Rosnay Muizon
Janvry   Thillois
Méry-Prémecy Vrigny

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Gueux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (58,8 %), zones urbanisées (11,6 %), forêts (9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (6,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,4 %), zones agricoles hétérogènes (4,6 %), cultures permanentes (4,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

 
Reims et ses environs en 1766.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Baudoin de Reims, seigneur de Gueux, son château fut rasé par le comte de Champagne en 1227, il suivait le roi Saint-Louis en 1248 et participait à la bataille de Damiette[8][pas clair].

Gueux, à proximité de Reims fut le siège d'une importante et renommée seigneurie. La famille des Cauchon[Note 3] était déjà seigneur de Gueux au XIVe siècle. Les Feret, qui étaient aussi seigneurs de Mont-Laurent furent seigneurs de Gueux, et à ce titre, Hubert de Feret (baron de la Sainte Ampoule), capitaine commandant de la ville de Reims, porta le dais au sacre du roi Henri III, le .

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au début du XXe siècle, le vignoble de Gueux est presque entièrement touché par le phylloxera[9].

Première Guerre mondiale

Gueux était situé à l'arrière front pendant la plus grande partie de la guerre : pendant la guerre de position la commune est une zone de cantonnement et de nombreux régiments y viennent au repos. Les bois proches dit de "La Garenne" sont occupés par l'artillerie à longue portée. Une ambulance est installée dans le château de Gueux[10].

Néanmoins il se retrouve dans les combats de la côte 240 à Vrigny de la Bataille de l'Aisne (1918) et de la Bataille de la Marne (1918) lors de la grande Offensive du Printemps de l'armée allemande[10]. Le village est défendu notamment par Tirailleurs algériens, ce qui empêchera la pris ede Reims[9].

Le village est considéré comme détruit à la fin de la Première Guerre mondiale[11] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [12].

Dès l'armistice, les habitants sont logés dans des bâtiments provisoires, remplacés progressivement par des maisons encore présentes[9].

Le Circuit de Reims-Gueux est créé en 1926 à l'initiative de ce qui allait devenir l'Automobile Club de Champagne, sur un tracé empruntant initialement la RN31, la RD 26 et la RD 27. Les courses, interrompues pendant la guerre 1939-1945, ont définitivement cessé en 1969[13].

Seconde Guerre mondiale

Le la Gestapo a arrêté le chef du réseau local de la Résistance, affilié à Ceux de la Résistance, Pol Poncelet, qui mort en déportation ainsi que de plusieurs autres résistants de Gueux[14].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Reims du département de la Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Ville-en-Tardenois[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Ville-en-Tardenois

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Marne .

IntercommunalitéModifier

Gueux était membre de la communauté de communes Champagne Vesle, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2000 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales, qui procédait de la transformation en communauté de communes du district rural de Gueux institué en 1973.

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet le [16]cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former le la communauté urbaine dénommée Grand Reims dont est désormais membre Gueux.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1838   Jacques Louis Meunier   Propriétaire
Conseiller général de Ville-en-Tardenois
(1848 → 1852)
1857 1876 Charles-Louis Rœderer[9]   Négociant en vins natif de Strasbourg, propriétaire du château
1876   M. Augé [17]    
mai 1953 mars 1959 Jean Taittinger Gaulliste  
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Rémi Prévost    
mars 2001 mars 2008 Claude Bien    
mars 2008 juin 2008 Jean-Pierre Mazereel   Éducateur spécialisé
juillet 2008[18] En cours
(au 1er décembre 2020)
Jean-Pierre Ronseaux   Cadre dirigeant retraité
Vice-président de la CC Champagne Vesle (2014 → 2016)
Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2018, la commune comptait 1 741 habitants[Note 4], en augmentation de 2,17 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415505525485600588632686674
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
663659655576627612608607604
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575552526400509506492499532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
7229841 1441 2131 4141 4251 7481 7451 668
2018 - - - - - - - -
1 741--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Gueux est une commune viticole située dans l'AOC du Champagne[24].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Départ du Grand-prix de l'ACF de 1932.
  • Le circuit de Reims-Gueux. La commune a connu de grandes heures de l'histoire automobile sur son circuit, notamment au temps des 12 heures de Reims et des Grands Prix de Formule 1|, dont il subsiste aujourd'hui les tribunes et une partie de infrastructure[25]. La tribune du public est classée monument historique depuis 2009[26].
  • L'église, construite au XIXe siècle en remplacement de l'ancienne église romane jugée trop petite, est financée par Mme. Rœderer[9].
  • Le château des Dames de France à Gueux (restaurant-golf).
  • Gueux compte un monument aux morts de la Première Guerre mondiale[10] et un monument, partagé avec Vrigny, aux résistants morts en déportation entre 1941 et 1945 inauguré le 25 avril 1948[27].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Raymond Sirot, instituteur de la commune, résistant, mort en déportation à Buchenwald le . Le collège de Gieux porte son nom[27].

HéraldiqueModifier

  Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Gueux », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 10 janvier 2021).
  • Carte spéciale des régions dévastées : 34 SO, Reims [Sud-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Lien avec le fameux évêque Cauchon de Rouen incertain, mais probable.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Joinville, Histoire de st-Louis, éd. Didot, 1878.
  9. a b c d et e « Histoire », Commune, sur http://www.gueux.fr (consulté le 10 janvier 2021).
  10. a b et c Béatrice Keller, « Gueux - Un simple buste de Poilu : Monument aux Morts, Marne 51, Lucien Loth, Alfred Benon », Monuments de Champagne 14-18, (consulté le 10 janvier 2021).
  11. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  12. Journal officiel du 3 octobre 1920, p. 14741.
  13. « Circuit automobile de Gueux à Gueux », Monumentum, carte des monuments historiques français, (consulté le 10 janvier 2021).
  14. « 28 décembre 1943 : la gestapo frappe à Gueux (Marne) », sur http://lhistoireenrafale.lunion.fr, L'Histoire en rafale - Les guerres d'hier au jour le jour, (consulté le 10 janvier 2021).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. http://marne.gouv.fr/content/download/11198/79409/file/SDCI%20de%20la%20Marne%2030%20mars%202016.pdf
  17. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1877, p183.
  18. « Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 » [xls], sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  19. Aurélie Beaussart, « Municipales. Le maire de Gueux, Jean-Pierre Ronseaux brigue un 3e mandat : Élu depuis 2008, le maire de Gueux souhaite poursuivre le travail engagé depuis deux mandats », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2021).
  20. « Gueux 51390 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le 10 janvier 2021).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. (en) Eric Pfanner, « Beguiling Bubbly From a Humble Grape », International Herald Tribune,‎ 24-25 décembre 2011, p. 20 (ISSN 0294-8052, lire en ligne)
  25. Nicolas Montard, « Ce circuit automobile est un Monument historique », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2021).
  26. Notice no PA51000015, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 1er mai 2013.
  27. a et b Jean-Pierre Husson, « Le Monument aux martyrs de la Résistance de Gueux-Vrigny », Lieux de mémoire, CRDP de Champagne-Ardenne (consulté le 10 janvier 2021).