Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Guerre sacrée.
Grèce antique : la Locride (en jaune au centre) et la Phocide sont frontalières du domaine du temple de Delphes.

Les guerres sacrées sont une série de guerres menées par l'amphictyonie chargée d'administrer le sanctuaire d’Apollon à Delphes contre tous ceux considérés comme sacrilèges envers le dieu.

La première guerre sacrée (environ 600-590 av. J.-C)Modifier

Au début du VIème s. av. J.-C. eut lieu la Première Guerre sacrée, que l’on retrouve dans les sources sous le nom d’agôn de Kirrha ou de Krissa, guerre qui opposait les Amphictyons à la cité de Kirrha. Cette derrière se situait sur une île au sud-ouest du sanctuaire. La cause de cette guerre était la volonté de l’amphictyonie pylaio-delphique de contrôler la « terre sacrée » d’Apollon (ou « plaine de Kirrha »). Cette guerre aboutit à la destruction totale de Kirrha. C’est après cela que naquirent les premiers Jeux Pythiques.

Des chercheurs remettent en cause, non l'historicité du conflit, mais certains faits rapportés dans les sources. Ainsi, la durée de ce conflit - dix ans -, ou encore l’intervention de Solon, tiendraient plus du mythe que de la réalité.

Selon les sources datant d’après la guerre, celle-ci aurait débuté à la suite d'attaques sur des pèlerins du sanctuaire de Delphes par des habitants de Kirrha. Le conseil des Amphictyons voulut punir ces derniers. L'expédition de représailles fut notamment dirigée par les thessaliens Eurylochos et Hippias. Les Athéniens participèrent aussi en envoyant un corps d’armée sous la direction d’Alcméon. Le tyran de Sicyone Clisthène décida de bloquer la ville par la mer. Les terres de la ville furent interdites à toute culture et dédiées au pâturage des animaux à sacrifier en l’honneur d’Apollon, Artémis, Léto et Athéna Pronaia. Les habitants de Kirrha se réfugièrent sur la montagne de Kirfi, jusqu'à ce que les dernières formes de résistance soient écrasées cinq ans plus tard.

Pausanias évoque le rôle important qu’aurait joué Solon dans la victoire. Il aurait détourné le cours du Pleistos qui traversait la cité, puis y aurait versé des racines d’elleyoros, avant de le détourner de nouveau. Les habitants de Kirrha auraient alors bu l’eau, celle-ci leur causant une diarrhée incessante au point de les contraindre à abandonner leur muraille.  

Vers la fin du VIIe siècle avant J.-C., la réputation de l’oracle de Delphes était telle que cela explique la volonté de certaines cités d’en avoir le contrôle. La Première Guerre sacrée et la restructuration de l’Amphictyonie ont fait de Delphes le point de prédilection pour la rencontre des ennemis lors des guerres. Comme on peut le voir grâce aux sources archéologiques, la présence d’Athènes et d’autres cités ioniennes à Delphes s’accentue fortement au VIe siècle av. J.-C.

La deuxième guerre sacrée[1] (448 av. J.-C)Modifier

En -457, suite à la bataille d’Oinofyta, les Athéniens, contrôlant la Béotie et la Phocide, décidèrent de détacher la ville de Delphes de l’Amphictyonie pour la livrer aux Phocidiens. L’objectif en était de permettre aux Phocidiens de contrôler le sanctuaire en ayant la Promantie (ordre de passage déterminé par les prêtres). On date le moment où le sanctuaire revient aux Phocidiens à l’aide des monnaies en argent portant la tête d’Apollon ainsi qu’une lyre ou un lierre.

Sparte, souhaitant aussi la Promantie, réagit : la Deuxième Guerre Sacrée entre Sparte et Athènes éclata ainsi en -448. L'expression "guerres sacrées" apparaît chez Thucydide[2] à ce moment là. Cette guerre ne dura pas très longtemps et est principalement racontée par Thucydide. Il écrit que les Spartiates envoyèrent une armée à Delphes pour y rétablir la cité dans son état antérieur. Mais suite à cela, Périclès entreprit à son tour une campagne à Delphes et rendit la cité aux Phocidiens. Plutarque confirme ce qui concerne Périclès dans les Vies Parallèles.

La troisième guerre sacrée[3] (356-346 av. J.-C.)Modifier

La Troisième guerre sacrée est évoquée par Eschine et Démosthène[4] ; l'expression apparaît bien plus tard chez Diodore[5]. Elle débuta en 362 avant J.C. lorsque les Thébains accusèrent les Phocidiens de sacrilège auprès du conseil amphictionique, car ils avaient cultivé une partie des champs sacrés de Delphes. La sanction, prononcée à l'automne 357, fut sévère : une amende de 500 talents[6]. Les Spartiates furent condamnés à une amende identique pour l'occupation militaire de la Cadmée, vingt-cinq ans auparavant. Ni les uns ni les autres ne purent ni ne voulurent réunir ce montant, qui fut alors doublé pour les Phocidiens[6]. C'est alors qu'intervint Philomélos, originaire de la ville de Lédon, qui persuada les Phocidiens de résister et d'occuper Delphes, pour annuler cette décision. Il fut alors élu général et alla chercher de l'aide chez les Spartiates, ces derniers étant des ennemis des Thébains depuis longtemps. Ils apportèrent aux Phocidiens une aide financière s'élevant à quinze talents d'or avec laquelle ces derniers financèrent leur armée et occupèrent Delphes. Ils fortifièrent la ville et détruisirent la stèle sur laquelle était gravée la sanction.

Mais les membres du Conseil amphictionique, dont Thèbes occupait la tête, déclarèrent la guerre aux Phocidiens. C'est alors que se nouèrent des alliances au sein des deux camps : les Athéniens et les Spartiates rejoignirent le camp phocidien, contrairement aux Thessaliens et Corinthiens qui s'allièrent aux Thébains. En -354, après avoir repoussé les Locriens d'Amphissa, qui avaient tenté de prendre le sanctuaire, Philomélos livra bataille près de Tithorée contre les Béotiens et fut tué[6]. Onomarchos lui succéda et refonda l'armée avec l'aide des trésors delphiques : il réunit une puissante armée de mercenaires et fortifia l'ensemble des villes phocidiennes. Il se tourna alors vers la Thessalie, tentant de la désorganiser en soutenant les tyrans de Phères contre les Larissiens. Ces derniers appelèrent alors Philippe II, roi de Macédoine, à leur aide, provoquant ainsi pour la première fois l'intervention des Macédoniens dans la région.

Les troupes que Philippe II envoya en 353 avant J.C. connurent tout d'abord une défaite. Mais il remporta l'année suivante, en 352 avant J.C, la bataille de Krokion Pedion, près du golfe Pagasétique[6] : Onomarchos fut tué et son corps traité comme sacrilège par Philippe, ce dernier se présentant comme le défenseur d'Apollon. Perçu comme libérateur de la tyrannie de Phères, Philippe fut élu archôn à vie de la Confédération thessalienne[6]. Il démarra alors une conquête de la Phocide, en Grèce du sud. Les Athéniens s'en inquiétèrent. Ils intervinrent aux Thermopyles et stoppèrent l'avancée macédonienne. Les Phocidiens, alors dirigés par Phalaicos, parvinrent à préserver leur occupation.

Cependant, en 346 av. J.-C., les Athéniens conclurent avec les Macédoniens la paix de Philocratès. Ce texte ne disait rien des Phocidiens, les laissant à la merci de Philippe. Phalaicos capitula ; Philippe prit possession de la Phocide, mais laissa au conseil amphictionique la tâche de punir les Phocidiens. Une lourde pénalité leur fut alors imposée : ils durent payer annuellement une amende de soixante talents afin de rembourser les trésors delphiques, et furent également dépourvus de leurs deux sièges au Conseil amphictionique au profit des Macédoniens. Philippe sort donc renforcé de cette guerre, dominant Delphes avec ses alliés thessaliens. C'est lui qui, en tant qu'hegèmôn du monde grec, préside les Jeux pythiques de l'automne 346.

La quatrième guerre sacrée (339-338 av. J.-C.)Modifier

Les origines de la Quatrième guerre sacrée remontent à la reconstruction du Sanctuaire d'Apollon, lors de laquelle les Athéniens érigèrent à nouveau la dédicace par laquelle ils accusaient les Thébains de médisme après les guerres médiques. Lors du conseil amphictyonique de 340 avant J.C., les Thébains, ainsi que les Locriens d'Amphissa, proposèrent de condamner les Athéniens à une amende de cinquante talents, au motif que le rétablissement d'une dédicace de l'époque où Delphes était contrôlé par les Phocidiens était une impiété. Cependant Eschine, le représentant athénien, démontra que les habitants d'Amphissa avaient mis en culture les champs sacrés de Delphes, les accusant ainsi de sacrilège. Le conseil amphictyonique confia le commandement de la campagne à Philippe II, qui prit Amphisse et affronta une coalition des villes du sud, comprenant notamment Athènes et Thèbes, lors de la Bataille de Chéronée en août 338 avant J.C. Ce fut une victoire écrasante de Philippe II. Thèbes capitula et se vit imposer une garnison macédonienne et un régime oligarchique. Athènes, où Philippe envoya Phocion en ambassade, se vit proposer un armistice qui lui était favorable. Philippe n'y imposa pas de garnison et ne changea pas le système politique en place. Il organisa ensuite à l'hiver 338 avant J.C. le Congrès de Corinthe où il imposa une paix commune et une perte d'autonomie des cités.

Notes et référencesModifier

  1. Sources antiques : Thucydide, I, 112, 5 ; Plutarque, Vie de Périclès, 21, 2-3 ; Scholies à Aristophane, Oiseaux, 556 ( = Philochore, FGrH 328 F 34a et b ; Ératosthène, FGrH 241 F 38 ; Théopompe, FGrH 115 F 156)
  2. Thucydide, I,112, 5.
  3. Diodore, XVI 24 ; 27 ; 28 ; 32 ; 56 (Delphes pendant la guerre).
  4. Eschine, Contre Ctésiphon, 148 ; Démosthène, Sur la couronne, 18.
  5. Diodore, XVI, 23
  6. a b c d et e Pierre Brulé, Raymond Descat, Patrice Brun, Jean-Luc Lamboley, Sylvie Le Bohec et Jacques Ouhlen, Le monde grec aux temps classiques. Tome 2. Le IVe siècle., Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », , 507 p., p. 64-67

BibliographieModifier

- J. Buckler, Philip II and the sacred war, E.J. Brill, Leiden, New York, 1989.

- P. Brulé et R. Descat, Le monde grec aux temps classiques. Tome 2. Le IVe siècle, Paris, PUF, 2004.

- T-F. Catherine, Villes fortifiées de Phocide et la III e guerre sacrée (356-346 av. J.-C.), Presses Universitaires de France, Paris, 2005

- G.Cawkwell, Philip of Macedon, Faber & Faber, London, Boston, 1978.

- P. Cloché , Etudes chronologique sur la 3ème guerre sacrée (356-346 avant J-C), numéro 29-135, pp459-460, Revue des études Grecques, Paris, 1916.

- P. Cloché, Le monde grec aux temps classiques 500-336 avant J-C, Payot, Paris, 1958.

- J-N. Corvisier, Philippe II de Macédoine, Paris, Fayard, 2002.

- P. Guillon, Etudes Béotiennes : Le bouclier d'Héraclès et l'histoire de la Grèce centrale dans la période de la première Guerre Sacrée, Editions Ophrys, Janvier, 1963.

- J. Jannoray Krisa Jean, Kirrha et la première guerre sacrée, bulletin des Correspondances Hélleniques, pp 33-43, Paris, 1937.

- M. Jost, Guerre et religion. In: Pallas, 51/1999. Guerres et sociétés dans les mondes grecs à l'époque classique. pp 129-139.

- N. Kyriakidis, « « De l’importance de ne pas être phocidien » », Pallas, 87 | 2011, 77-93.

- F. Lefèvre, L'Amphictionie de Delphes : mythe et réalité, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 1995.

- F. Lefèvre, L'amphictionie pyléodelphique : histoire et institutions, Paris, 1998.

- G. Rachet, Delphes, Collection : Les hauts lieux de la spiritualité, Robert Laffont, Paris, Novembre 1985.

- F. Ruzé, M-C. Amouretti, P. Jockey, Le monde grec antique, Vanves, Hachette, 2017

- F. Vannier, Le IVe siècle grec, Paris, Armand Colin, 1967

- E. Will, Le monde grec et l'Orient Tome IVème siècle (510-403), Presses universitaires de France, Paris, 1958.

SourcesModifier

-Le livre XVI de Diodore de Sicile

-Le récit de Pausanias

- Vies Parallèles de Plutarque

- Thucydide

Articles connexesModifier