Guerre soviéto-japonaise (1945)

ensemble des opérations militaires soviétiques contre le Japon impérial (9 août 1945 jusqu'au 3 septembre 1945)

La guerre soviéto-japonaise (en russe Советско-японская война, Sovietsko-iaponskaïa voïna ; en japonais ソ連対日参戦, So-ren tainichisansen) pendant la Seconde Guerre mondiale a commencé le avec l'invasion soviétique de l'État fantoche du Mandchoukouo. Les Soviétiques et les Mongols mettent fin au contrôle et à la colonisation par l'empire du Japon du Mandchoukouo, du Mengjiang (Mongolie-Intérieure), du Nord de la Corée, du Sud de l'île de Sakhaline (bataille de Sakhaline) et des îles Kouriles avec l'invasion de celles-ci.

Marins soviétiques et américains trinquant à la fin de la guerre, le , jour de la victoire sur le Japon.

La défaite rapide de l'armée japonaise du Guandong aurait constitué un facteur décisif dans la capitulation du Japon et la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki par les États-Unis.

Au début du XXIe siècle, il n'y a toujours pas eu de traité de paix entre le Japon et la Russie, en raison du contentieux relatif aux îles Kouriles.

DéroulementModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) A L. Hallman, Battlefield Operational Functions and the Soviet Campaign against Japan in 1945, Quantico, Virginia, United States Marine Corps Command and Staff College, (lire en ligne)
  • (ru) К. Асмолов, Победа на Дальнем Востоке (lire en ligne) — общий анализ советско-японских отношений с момента заключения пакта о нейтралитете до капитуляции Японии, вклада СССР в войну на Тихом океане и других вопросов.
  • (en) Record of operations against Soviet Russia, Eastern front (August 1945), Military history section headquarters, army forces far east (usa) (lire en ligne) (monographie préparée par l'armée américaine décrit comme donnant le point de vue de l'armée japonaise du Guandong).
  • Boris Laurent, La guerre totale à l'Est, nouveau monde éditions, Paris, 2014, p. 523 à 530