Guerre polono-russe (1605-1618)

Guerre polono-russe (1605-1618)
Description de cette image, également commentée ci-après
La Pologne en 1618 (territoires gagnés en rose pâle)
Informations générales
Date 1605-1618
Lieu Russie
Issue Traité de Deulino
Changements territoriaux la Pologne acquiert les voïvodies de Smolensk et de Tchernihiv
Belligérants
Drapeau de la République des Deux Nations République des Deux NationsDrapeau de la Russie Russie
Commandants
Sigismond III
Ladislas IV
Stanisław Żółkiewski
Dmitri Pojarski
Vassili IV Chouiski
Michel Ier

La guerre polono-russe de 1605 à 1618 est une série d'incursions des armées de la République des Deux Nations (Pologne-Lituanie) et des troupes privées de magnats polonais à l'époque des Troubles, quand la Russie était déchirée par des guerres civiles et le chaos interne généralisé à la suite d'une crise dynastique.

Avant 1609, la République des Deux Nations n'entra pas officiellement en guerre contre la Russie et diverses factions russes se battirent entre elles, alliés des Polonais contre leurs adversaires. La Suède prit également part au conflit dans ce qui est appelé la guerre d'Ingrie (1610-1617), au début comme alliés des russes puis en tant que leurs adversaires. Les buts des diverses factions changèrent fréquemment, allant des ajustements mineurs de frontières réclamés par le roi de Pologne jusqu'à la création d'un nouvel état formé de l'union personnelle entre la Pologne et la Russie.

La guerre peut-être divisée en quatre périodes distinctes. Durant la première, des aristocrates polonais soutenus par des boyards russes, mais sans le consentement du roi Zygmunt III Waza, essaient d'exploiter la faiblesse de la Russie en intervenant dans la guerre civile et en soutenant les tsars imposteurs, le premier faux Dimitri puis le second faux Dimitri, contre les tsars légitimes Boris Godounov et Vassili IV Chouiski.

La première intervention polonaise débute en 1605 et se termine l'année suivante avec la mort du premier faux Dimitri. La seconde commence en 1607 et dure jusqu'en 1609, quand le tsar Vassili IV conclut une alliance militaire avec la Suède. En réponse à cette alliance, le roi Zygmunt III décide d'intervenir officiellement et déclare la guerre à la Russie dans le but d'obtenir des concessions territoriales.

Après quelques victoires successives, notamment à la bataille de Klouchino, les Polonais font leur entrée dans Moscou en 1610 et le fils de Zygmunt III, le prince Władysław, est élu tsar. Mais, peu après, Zygmunt décide de ceindre lui-même la couronne de Russie, ce qui lui aliène ses soutiens parmi les boyards, qui pouvaient accepter le modéré Władysław mais non le pro-catholique et anti-orthodoxe Zygmunt. En conséquence, la faction pro-polonaise disparaît et la guerre reprend en 1611 quand les Polonais sont chassés de Moscou mais s'emparent en revanche de l'importante cité de Smolensk. Toutefois, à cause de troubles internes aussi bien en Russie qu'en Pologne, peu d'opérations militaires ont lieu entre 1612 et 1617, date à laquelle Zygmunt III fait une dernière tentative pour conquérir la Russie et échoue. La guerre prend fin en 1618 avec le traité de Dywilino qui permet à la Pologne d'agrandir son territoire mais non de contrôler la Russie, qui conserve son indépendance.