Ouvrir le menu principal
Guerre hungaro-roumaine
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche de la Hongrie communiste par Mihály Bíró (1919) : « Canailles !, est-ce là ce que vous vouliez ? » – Franchet d'Espèrey, Lloyd George et Wilson figurent à gauche, Clemenceau et le roi Ferdinand de Roumanie à droite de la table.
Informations générales
Date
Lieu Hongrie, Transylvanie, Slovaquie.
Issue Victoire de la coalition anticommuniste ;
Effondrement de la République des conseils de Hongrie.
Terreur blanche en Hongrie.
Belligérants
Drapeau de la République soviétique hongroise République des conseils de Hongrie
Red flag.svg République slovaque des conseils
Drapeau de la Roumanie Royaume de Roumanie
Drapeau de la France France
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau du royaume des Serbes, Croates et Slovènes Royaume des Serbes, Croates et Slovènes
Flag of Hungary (1915-1918, 1919-1946).svg Hongrois anticommunistes
Commandants
Flag of Hungary (1919).svg Béla Kun
Flag of Hungary (1919).svg Sándor Garbai
Flag of Hungary (1919).svg Aurél Stromfeld (en)
Flag of Hungary (1919).svg Ferenc Julier (en)
Flag of Hungary (1919).svg Vilmos Böhm (en)
Drapeau de la Roumanie Ferdinand Ier
Flag of Romania.svg Gheorghe Mărdărescu (en)
Drapeau de la Roumanie Traian Moşoiu (en)
Drapeau de la Roumanie Constantin Prezan
Drapeau de la France Henri Berthelot
Drapeau de la France Louis Franchet d'Espèrey
Flag of Bohemia.svg Tomáš Masaryk
Flag of Bohemia.svg Milan Rastislav Štefánik
Flag of Yugoslavia (1918–1941).svg Pierre Ier
Flag of Hungary (1915-1918, 1919-1946).svg Gyula Peidl
Flag of Hungary (1915-1918, 1919-1946).svg Miklós Horthy
Forces en présence
10 000 à 80 000 hommes.10 000 à 96 000 hommes.
Pertes
~ 41 000 capturés.3 670 tués.
7 996 morts par typhus et dysenterie.
11 666 pertes au total.

La guerre hungaro-roumaine désigne la guerre anticommuniste contre la République des conseils de Hongrie menée principalement par le royaume de Roumanie, épaulé par l'Entente et la Serbie, et qui s'est déroulée du au .

Sommaire

Contexte régionalModifier

 
Groupes ethno-linguistiques du royaume de Hongrie en 1910.
 
La situation au 20 mars 1919.
 
Géopolitique régionale dans une perspective diachronique.
 
Théâtre des opérations lors du conflit.
 
Timbre hongrois surchargé Occupation française en 1919.
 
Opérations de la coalition anticommuniste durant la première phase de la guerre, à partir de la mi-avril. En gris la zone démilitarisée qu'avait proposée par le conseil inter-allié du 28 février.
 
Front le 3 mai 1919.
 
Patrouille roumaine à Budapest, juillet 1919.
 
Entrée de l'amiral Horthy à Budapest, .
 
Un monument aux morts de la coalition antibolchévique (1919) à Lippa. Parmi les morts, un Georges Pelle. La mort d'un lieutenant et d'un soldat français en ce lieu est mentionnée au-dessus.

À la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, la dislocation de l'Autriche-Hongrie permet la proclamation d'union de la Transylvanie à la Roumanie. Côté hongrois, les décisions de la conférence de Paris au sujet de la nouvelle frontière hongro-roumaine étaient inacceptables pour la République démocratique hongroise, dont le gouvernement dirigé par Mihály Károlyi démissionne. Les bolcheviks magyars prennent alors le pouvoir et promettent de rétablir les frontières de la Hongrie d'avant les cessions territoriales imposées par l'Entente, tandis que dans une dernière tentative de sauver sa situation, une partie de la noblesse hongroise offre la couronne hongroise à Ferdinand Ier de Roumanie, préférant une union personnelle entre la Grande Hongrie et la Roumanie dans leurs frontières de 1918, plutôt qu'un rattachement pur et simple à la Roumanie des territoires austro-hongrois à majorité roumanophone (tel qu'il fut consacré en 1920 par le traité de Trianon)[1].

Durant les guerres antibolchéviques soviéto-polonaise de 1919-1921 et hungaro-roumaine de l'été 1919, les autorités polonaises et roumaines, soutenues respectivement par les missions françaises Faury et Berthelot, participent à l'intervention alliée pendant la guerre civile russe, craignent que le Russie soviétique et la Hongrie bolchévique ne fassent leur jonction à travers la Pocutie et la Ruthénie[2] : la 8e division roumaine des généraux Jacob Zadik et Nicolae Petala et la 4e division polonaise du général Franciszek Kraliczek-Krajowski prennent donc position en Pocutie, tout en déclarant qu'elles n'intervenaient pas contre la République populaire d'Ukraine occidentale (qui n'en sera pas moins annexée par la Pologne en 1921)[3].

Déroulement du conflitModifier

Pour récupérer les territoires perdus par la République démocratique hongroise, la Hongrie communiste entre en conflit avec tous ses voisins. En avril 1919, ses troupes se heurtent aux troupes tchécoslovaques dans l'ex-Haute-Hongrie devenue la Slovaquie. Les Hongrois décrètent alors la mobilisation générale et forment l'Armée rouge hongroise. Son offensive victorieuse débouche sur la prise de la majeure partie de la Slovaquie (où une République slovaque des conseils est proclamée, le gouvernement bolchévik étant fédéraliste) et de la République houtsoule ukrainienne où, comme dans le Banat, les bolcheviks magyars locaux proclament une république des Conseils[4]. Dans le même ordre d'idées et au même moment, l'architecte et écrivain hongrois Károly Kós, avec d'autres intellectuels du Kalotaszeg et le soutien de 40 000 partisans du multiculturalisme transylvain, tant magyars que roumains, proclament à Huedin la république de Kalotaszeg[5],[6],[7],[8]. Dans le Banat, les bolcheviks ne parviennent pas à s'imposer car ils n'ont de partisans ni parmi les Serbes qui proclament leur union avec la Serbie (dont les troupes occupaient le pays depuis octobre 1918) ni au Conseil national des Roumains qui, avec leur député Sever Bocou de Lipova, proclament leur union avec la Roumanie.

Le 30 mai, sous la présidence de Gyula Peidl, un gouvernement hongrois opposé à la République des conseils est formé à Szeged, dont l'amiral Miklós Horthy est l'homme fort et le ministre de la Guerre. En juin, la conférence de la paix de Paris met un terme au conflit hungaro-tchèque, en rendant la Slovaquie à la Première République tchécoslovaque. Les Alliés sont partagés quant à l'attitude à adopter face au régime de Béla Kun : si David Lloyd George et Woodrow Wilson adoptent des positions modérées, Georges Clemenceau est intransigeant face aux « complices de Lénine ».

Le Sud-Africain Jan Smuts est envoyé pour parlementer avec Béla Kun, mais les discussions achoppent sur le statut de la Transylvanie et sur le recul de l'armée roumaine : pour Kun, le retrait des Roumains à l'est du massif du Bihor et au sud de la rivière Mureş est un préalable à toute négociation : cela lui aurait permis des jonctions avec la Russie. Pour empêcher cette jonction et « contenir la menace rouge » en Transylvanie et en Bessarabie, la France maintient la mission Berthelot en Roumanie, « tête de pont de l'Entente » destinée à empêcher la jonction entre ses deux voisins communistes : la Hongrie à l'ouest et la Russie à l'est. Le plan du maréchal Foch de faire donner directement la troupe alliée contre la Hongrie est écarté car de nombreux soldats français sympathisent avec l'idéal communiste. Comme le précise la « note Fernand Vix », ce seront les armées franco-serbe dirigées par Franchet d'Espèrey et roumaine soutenue par Henri Berthelot qui sont réorganisées pour intervenir en Hongrie et chasser les communistes du pouvoir[9].

Les 15 et 16 avril, les Hongrois lancent une offensive préventive contre l'armée roumaine bien qu'ils n'ont d'armement que des restes hérités de l'armée austro-hongroise et trop peu de munitions ; les bolchéviks russes, engagés dans la guerre civile russe, ne peuvent guère les aider. L'Armée rouge hongroise avance néanmoins en Crișana car les Roumains aussi sont exsangues. Le front se stabilise dans les Carpates occidentales roumaines. L'armée roumaine reçoit armes et munitions de France par la mer Noire et fin avril, elle brise les lignes hongroises, raye de la carte la petite république de Károly Kós et atteint la rivière Tisza. Le 2 mai, le gouvernement hongrois demande la trêve.

Béla Kun vise cependant à reprendre le terrain perdu et prépare une contre-attaque contre les Serbes, les Tchécoslovaques et les Roumains. Le , l'Armée rouge hongroise attaque et repousse les troupes franco-serbes, tchécoslovaques et roumaines. Mais cette seconde attaque de Kun contre les coalisés, menée entre le 17 et le 20 juillet, tourne au désastre : le 26, l'armée roumaine atteint de nouveau la rive est (gauche) de la Tisza et, dans la nuit du 29 au 30 juillet, traverse cette rivière et avance sur Budapest mettant l'Armée rouge hongroise en déroute. En août 1919, les Roumains occupent pour quelques mois Budapest, évinçant le régime communiste au profit du gouvernement hongrois de Gyula Peidl, dont le ministre conservateur Miklós Horthy met en place une « terreur blanche » qui durera environ un an.

Résumé chronologiqueModifier

  • Préalable (décembre 1918) : à la suite de l'union de la Transylvanie à la Roumanie, l'armée roumaine prend position en Transylvanie et dans le Nord-Est du Banat.
  • Première phase (avril 1919) : l'Armée rouge hongroise tente de récupérer ces régions mais les Roumains contre-attaquent et atteignent la rivière Tisza.
  • Seconde phase (août 1919) : les Roumains parviennent à défaire l'Armée rouge hongroise et occupent Budapest.

Historiographies hongroise et roumaineModifier

Le laps de temps allant de l'union de facto des Roumains transylvains à la Roumanie () au traité de Trianon de jure (1920) est présenté de manière différente selon les auteurs :

  • Pour l'historiographie nationaliste hongroise et, à sa suite, internationale, toute cette période est une guerre nationale et territoriale d'une durée de deux ans et demi (1918-1920) entre la Hongrie et la Roumanie ayant pour enjeu l'appartenance de la Transylvanie à la « Grande Hongrie » ou à la « Grande Roumanie » et, entre le et le traité de Trianon, la Transylvanie est un « territoire hongrois sous occupation militaire roumaine » : c'est le point de vue adopté dans les articles en magyar, et dans nombre de textes anglais et allemands entre autres[10].
  • Pour l'historiographie roumaine, il n'y a eu ni déclaration de guerre, ni opérations militaires avant avril 1919 et après août 1919, donc la guerre ne s'inscrit qu'entre ces deux dates. Pour ces auteurs, le laps de temps entre le et le traité de Trianon est, en Transylvanie, une « période de collaboration hungaro-roumaine » puisque ce territoire a été conjointement administré par le « Conseil national des Roumains de Transylvanie, Banat, Crișana et Maramureș » (Consiliul Dirigint), le gouvernement hongrois d'Oszkár Jászi (en) et l'état-major du général roumain Alexandru Averescu[11],[12]. Quant à la prise de Budapest, elle marque la fin d'une « oppression séculaire » (des Roumains d'Autriche-Hongrie)[13] et le « début d'une nouvelle ère »[14].

Dans une perspective géopolitique élargie, la guerre d'avril-août 1919 apparaît comme une intervention militaire opposant au gouvernement bolchévik de Béla Kun une coalition anti-communiste comprenant l'armée roumaine principalement, mais aussi des troupes tchécoslovaques, serbes et françaises, ainsi que le gouvernement contre-révolutionnaire de Gyula Peidl dont le véritable maître était Miklós Horthy[15],[16],[17].

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Yves de Daruvar, Le Destin Dramatique de la Hongrie — Trianon ou la Hongrie écartelée, Éditions Albatros 1971 et Michel Sturdza, ancien ministre des Affaires étrangères de Roumanie, The Suicide of Europe, Western Islands Publishers, 1968, p. 22, Belmont, Massachusetts, États-Unis, Library of Congress Catalog Card Number 68-58284.
  2. Jonction ordonnée par Lénine dans son câble à Joachim Vatzetis, commandant de l'Armée rouge : “Une avance à travers la Galicie et la Bucovine est essentielle pour l'objectif d'établir un contact avec la Hongrie soviétique“, télégramme du 22 avril 1919 cité dans J. M. Meyer (dir.): The Trotsky Papers, 1917-1922, vol. 1, La Haye 1964, p. 375, et trois jours plus tard, via Rakovsky et Vatzetis, le Bureau politique du Comité central du Parti communiste russe ordonne au commandant du front ukrainien Antonov-Ovseïenko l'“établissement d'une jonction avec la Hongrie soviétique“, télégramme du 25 avril cité dans M. Gorky et al.: Histoire de la guerre civile, vol. 4, Moscou 1959, p. 71.
  3. Philippe Henri Blasen, « Pocuce, injuste prius detractum, recepit… Rumänische Ansprüche auf die südostgalizische Gegend Pokutien ? » dans Analele Bucovinei, 1/2014.
  4. À l'issue de la guerre, c'est dans toute l'Europe que des Conseils de soldats et d'ouvriers se forment et proclament, de façon éphémère, la révolution socialiste: voir par exemple Novembre 1918 en Alsace. Comme en Hongrie, la plupart échouent, les positions des socialistes les plus radicaux effrayant la bourgeoisie et les classes moyennes.
  5. http://www.adatbank.ro/inchtm.php?akod=3086 (hu).
  6. http://home.hu.inter.net/kortars/0106/kantor.htm (hu).
  7. http://www.hhrf.org/nepujsag/09maj/9nu0521t.htm (hu).
  8. http://lexikon.katolikus.hu/K/Kalotaszegi%20K%C3%B6zt%C3%A1rsas%C3%A1g.html (hu).
  9. Miklós Molnar, Histoire de la Hongrie, Hatier, 1996, p. 337.
  10. La guerre contre Béla Kun de la coalition antibolchévique a été ultérieurement qualifiée par les sources hongroises révisionnistes grand-public de « guerre entre la Hongrie et la Roumanie pour la Transylvanie » mais « sans opérations militaires » avant et après la période allant de mars à août 1919, et en occultant les autres intervenants et le contexte géopolitique décrits par József Breit, Hungarian Revolutionary Movements of 1918-19 and the History of the Red War, Vol. I : Main Events of the Károlyi Era, Budapest 1929, p. 115-16.
  11. Jean-Noel Grandhomme, La Roumanie de la Triplice à l’Entente, éd. Soteca, Paris 2009
  12. Michel Sturdza, ancien ministre des Affaires étrangères de Roumanie, The Suicide of Europe, Western Islands Publishers 1968, p. 22, Belmont, Massachusetts, États-Unis, Library of Congress Catalog Card Number 68-58284.
  13. En Transylvanie, en 1366, l’édit de Torda émis par le roi Louis Ier de Hongrie, redéfinit l’accessibilité à la congregatio generalis (société transylvaine) et à la Diète (assemblée transylvaine), désormais conditionnée par l’appartenance à l’Église catholique. Bien que l’édit de Torda ne le mentionne pas ouvertement, cela en exclut les orthodoxes, obligeant les joupans et boyards roumains à se convertir et se magyariser, ou à s’exiler en Moldavie ou Valachie. La fin des franchises roumaines et de la plupart des duchés autonomes valaques (țări ou vlachfölds) abandonnés par cette noblesse, place les Roumains orthodoxes de Transylvanie en situation de servage : en 1437 ils se joignent à la jacquerie de Bobâlna. La répression exercée par la noblesse hongroise l’année suivante scelle l’« Union des trois nations » qui exclut la noblesse roumaine de la vie politique transylvaine et crée un ordre social foncièrement inégalitaire où la religion orthodoxe n'est plus que tolerata et non recepta, de sorte que seuls les catholiques (magyars, sicules et saxons) sont reconnus comme « nations », tandis que les orthodoxes roumaons sont asservis : cf. Alexandru Cihac, Dictionnaire d'étymologie daco-romane, Volume 1, éd. Rudolf St-Giar, Frankfurt am Main 1870-1879.
  14. Constantin Kiriţescu, Istoria războiului pentru întregirea României 1916-1919 (« Histoire de la guerre pour l'unification de la Roumanie 1916-1919 »), vol. III, chap. 3, éd. “Cartea Românească”, Bucarest 1929 et Editura Științifică și Enciclopedică, 1989. « Eram, între toţi aliaţii noştri, singurii, pe cari Dumnezeu îi învrednicise să cucerească prin luptă capitala duşmanului lor de căpetenie. Ceeace nu fusese îngăduit marilor noştri prieteni, ne fusese nouă, celor mici şi crud încercaţi. Ne-a fost dat nouă, urmaşii iloţilor valahi, să avem satisfacţia supremă de a răsbuna umilinţele şi suferinţele atâtor generaţii de strămoşi, să putem intra ca stăpâni în capitala trufaşului opresor, şi, ţinându-l îndoit subt genunchiul nostru, să-l silim să recunoască venirea vremurilor nouă. Când visurile sunt întrupate, nedreptăţile de veacuri sunt răsbunate. » (« Nous étions, parmi les Alliés, les seuls auxquels Dieu permit d'entrer par le combat dans la capitale de notre principal ennemi. Ce qui ne fut pas donné à nos grand amis, nous fut permis à nous, les petits durement éprouvés. Il nous fut donné à nous, les descendants des hilotes valaques, d'avoir la satisfaction suprême de venger l'humiliation et les souffrances de tant de générations d'ancêtres, de pouvoir entrer en maîtres dans la capitale de l'orgueilleux oppresseur et, le tenant courbé sous notre genou, de l'obliger à reconnaître l'avènement d'une nouvelle ère. Quand les rêves se réalisent, les injustices séculaires sont vengées »).
  15. József Breit, Hungarian Revolutionary Movements of 1918-19 and the History of the Red War, Vol. I : Main Events of the Károlyi Era, Budapest 1929, p. 115-16
  16. Jean-Claude Dubois, Souvenirs de la Grande Guerre du général Henri-Mathias Berthelot, éd. Paraiges Histoire, Paris 2018
  17. Jean-Noel Grandhomme, Op.cit.

Liens externesModifier