Ouvrir le menu principal
Charles Quint à la bataille de Mühlberg

La guerre de Smalkalde[1],[2] (Schmalkaldischer Krieg en allemand) a déchiré le Saint-Empire romain germanique de 1546 à 1547, avec des prolongements jusqu'en[3] 1555. Elle a opposé l'empereur Charles Quint à la Ligue de Smalkalde regroupant les princes territoriaux protestants sous la conduite de l'électeur de Saxe, Jean-Frédéric, et du landgrave de Hesse, Philippe Ier. L'empereur essaie d'empêcher la reconnaissance juridique du protestantisme et de réduire le pouvoir des états impériaux au sein du Saint-Empire romain germanique.

Au terme d'une guerre sanglante qui, partie du sud de l'Allemagne, s'est cantonnée ensuite à la Saxe et la Thuringe, l'empereur remporte la victoire lors de la bataille de Mühlberg, livrée le 25 avril 1547. Malgré cette victoire, les idées de Martin Luther continuent à se répandre et les princes protestants sont désormais trop nombreux pour être ignorés. Malgré l'intérim d'Augsbourg de 1548, les troubles continuent et, en 1555, le protestantisme est officiellement reconnu par la paix d'Augsbourg.

Notes et référencesModifier

  1. Claude Merle, « Guerre de Smalkalde », sur histoire-de-guerre.net
  2. « ligue de Smalkalde », sur larousse.fr
  3. J. Bérenger considère en effet que la guerre de Smalkalde prend véritablement fin avec la confession d'Augsbourg.