Guerguerat

Guerguerat
گرگرات (ar)
Guerguerat
Administration
Pays Sahara occidental
sous contrôle du Maroc
province Aousserd
Région Oued ed Dahab-Lagouira
Démographie
Population 28 hab.
Géographie
Coordonnées 21° 25′ 34″ nord, 16° 57′ 31″ ouest
Altitude 20 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental
Voir sur la carte administrative du Sahara occidental
City locator 14.svg
Guerguerat
Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental
Voir sur la carte topographique du Sahara occidental
City locator 14.svg
Guerguerat

Guerguerat, Guergarat, ou Gargarate (berbère : Gargaren; arabe : گرگرات) est une localité frontalière située à l'extrême sud-ouest du Sahara occidental, sous contrôle marocain[1]. Pour le Maroc, Guerguerat fait partie de la province d'Aousserd, dans la région Dakhla-Oued Ed-Dahab. C'est le village le plus au sud sur la route nationale 1, avant le mur Marocain, la ligne de cessez-le-feu entre la République arabe sahraouie démocratique (RASD, proclamée par le front Polisario) et le Maroc. Le poste frontière qui s'y trouve se nomme Bir Guendouz, comme la localité qui se trouve à 60 km à l'est, ce qui entraîne très souvent une confusion entre les deux[2]. Guerguerat compte moins de 50 habitants. Depuis 2005, on y trouve quelques commerces, un restaurant et un hôtel. Le poste frontiére dispose d'un scanner afin de contrôler les véhicules et leur marchandises, le poste frontiére étant implanté dans une route commerciale entre le Maroc et l'Afrique subsaharienne beaucoup de camions y transitent quotidiennement[3].

Tampon de sortie du territoire

Au sud du mur Marocain se trouve une zone tampon surnommé « Kandahar[1] » (d'après la ville de Kandahar en Afghanistan), une zone démilitarisée de quelques kilomètres avant la frontière avec la Mauritanie[1], que le front Polisario inclut dans sa « zone libre ». La localité abandonnée de Lagouira se trouve au sud-ouest, à l'extrémité du Ras Nouadhibou (ancien cap Blanc).

En , le Maroc entreprend de goudronner la route dans la zone démilitarisée entre le mur et la frontière mauritanienne[4] dans le cadre de ce que le Maroc qualifie d'opération anti-contrebande[5]. Pendant quelques mois, des forces de sécurité marocaines (gendarmerie royale) et des troupes du front Polisario (gendarmerie nationale) s'observent à une centaine de mètres d'écart, et la MINURSO déploie des observateurs sur la zone. Les Marocains se retirent unilatéralement en [6].

Articles connexes

Notes et références

  1. a b et c « Vidéo. Exclusif. Le360 au cœur de Guerguerat », sur fr.le360.ma, (consulté le 30 septembre 2020).
  2. Le poste frontière semble avoir été renommé en « El Guerguarat » d'après une photo présente sur https://lnt.ma/mourir-pour-guerguerat/
  3. Reportage. Guergarate, porte du sud, Medias24 [1]
  4. « Gargarate : Le porte-parole de l'ONU redoute «une reprise des hostilités» », sur Telquel (consulté le 30 septembre 2020).
  5. « Gargarate : le Maroc asphalte une route pour « mettre fin » à la « contrebande » », sur Telquel (consulté le 30 septembre 2020).
  6. Charlotte Bozonnet, « Le Maroc se retire d’une zone contestée au Sahara occidental », sur Le Monde, (consulté le 27 février 2017)