Ouvrir le menu principal

Guangxu 光绪帝
Illustration.
Titre
Empereur de Chine
Prédécesseur Tongzhi
Successeur Puyi
Biographie
Dynastie Qing
Date de naissance
Lieu de naissance Pékin
Date de décès (à 37 ans)
Lieu de décès Pékin
Père Yixuan

Guangxu
Guangxu Emperor.jpg

Guangxu (sinogramme simplifié 光绪帝, sinogramme traditionnel 光緒帝, pinyin Guāngxùdì, Wade-Giles Kwang Hsu), né Zaitian (載湉) le et mort le , est empereur de Chine de la dynastie Qing de 1875 à 1908.

Sommaire

AscendanceModifier

Zaitian est le fils de Yixuan, prince Chun, lui-même septième fils de l'empereur Daoguang, et de Yehenara Wanzhen, sœur de l'impératrice Cixi.

Avènement sur le trôneModifier

À la mort de l'empereur Tongzhi en 1875, l'impératrice douairière Cixi pousse son neveu Guangxu, âgé de trois ans, sur le trône.

RègneModifier

MariagesModifier

Le 26 février 1889, il épouse Xiaodingjing (en), qui porte le titre d'impératrice, dont il nʼeut aucune descendance.

 
l'impératrice Xiaodingjing

Il eut deux concubines :

Réforme des Cent Jours et coup d'ÉtatModifier

En 1898, Guangxu tente de faire évoluer l'Empire en lançant le mouvement dit de la réforme des Cent Jours. Sa tante organise alors un coup d'État. L'empereur étant « reconnu incapable de gouverner », selon un communiqué du palais, Cixi prend en charge la régence de l'empire. Guangxu avait en fait tenté de modifier profondément le système politique de son pays, réformant plus ou moins adroitement les institutions chinoises, suivant le modèle occidental. Par la suite, l'empereur, détenu sur une île au sein du palais, ne devait plus retrouver le pouvoir, et vécut dans l'humiliation et le secret jusqu'à sa mort en 1908.

C'est le dalaï-lama Thubten Gyatso qui conduit les rituels funéraires et rédige l’éloge funèbre de l'empereur[1].

AssassinatModifier

Selon le journal Le Monde[2], l'empereur serait mort empoisonné à l'arsenic, à l'instigation de Cixi. En effet, des analyses scientifiques, dont certaines par activation neutronique, auraient révélé dans deux cheveux, deux clavicules, une côte et un os, un taux de contamination par ce poison de 2 400 fois supérieur à la normale.

SuccessionModifier

Cixi met sur le trône son petit-neveu Xuantong, de son nom personnel Aixinjueluo Puyi, appelé aussi simplement Pu Yi, le dernier empereur de Chine. La mort de Cixi survient le lendemain de celle de Guangxu.

NotesModifier

  1. Virginie Larousse Les 13 premiers dalaï-lamas ; 5 siècles sur le toit du monde Le Monde des religions, 16 octobre 2014
  2. L'empereur Guangxu empoisonné !, Ci Xi principale suspecte. Articles de Bruno Philip, Le Monde daté des 23 & 24 novembre 2008, p. 3.

Liens externesModifier