Guérison par la foi

La guérison par la foi ou guérison divine, ou guérison miraculeuse, est une guérison qui, pour les croyants, survient par miracle.

Pour la science, ces guérisons proviennent de l'effet placebo. Des mises en garde existent concernant le risque vital de recourir exclusivement à ces pratiques de guérison pour soigner des maladies graves.

ReligionsModifier

ShintoïsmeModifier

Dans le shintoïsme, des actes de guérison sont réalisés par des chamans près des sanctuaires shinto de montagne[1].

JudaïsmeModifier

Dans le judaïsme, la bible hébraïque rapporte de nombreuses guérisons miraculeuses[2]. La guérison par la foi est ainsi possible par la prière[3].

HindouismeModifier

Dans l’hindouisme, la guérison par la foi peut être obtenue par la méditation, le yoga, la visite de temples, des pèlerinages, la pratique de rituels [4],[5].

ChristianismeModifier

Dans la bible, parmi les miracles de Jésus, il y a eu plusieurs guérisons[6]. Jésus aurait également dit que les croyants avaient le pouvoir de guérir les malades par imposition des mains[7]. Paul de Tarse et les apôtres ont aussi prié pour de nombreuses guérisons[8].

CatholicismeModifier

 
Pèlerins remplissant des bouteilles d'eau de Lourdes, en 2005

Dans le catholicisme, la guérison par la foi est souvent attribuée à la thaumaturgie, soit l’intercession des saints pour les miracles[9]. Des miracles, comme des guérisons liées à des prières aux saints décédés, sont un critère de canonisation [10]. Certaines guérisons sont parfois associées à des lieux de pèlerinage, comme l’eau de Lourdes au Sanctuaire de Lourdes, en France [10]. Les guérisons ont été associées aux apparitions mariales de 1858 à Lourdes [11].

ProtestantismeModifier

Dans le protestantisme, la guérison par la foi est un processus qui survient suite aux prières [12]. Au 16e et 17e siècle, à Spiegelberg, en Allemagne, une eau miraculeuse pour les guérisons a été un lieu de pèlerinage pour les luthériens [13].

Christianisme évangéliqueModifier

 
Imposition des mains pour la guérison à la Pentecostal Church of God de Lejunior, Comté de Harlan (Kentucky), États-Unis, en 1946

Dans le christianisme évangélique, la guérison par la foi est davantage appelée guérison divine et est considérée comme un héritage de Jésus acquis par sa mort et résurrection [14]. Le biblicisme fait en sorte que les miracles décrits dans la bible, comme les guérisons, sont encore d'actualité et peuvent être présents dans la vie du croyant, avec la foi et la prière, par le Saint-Esprit[15], [16]. Dans les églises pentecôtistes, des prières de guérison ont lieu avec imposition des mains[17]. Dans les années 1980, le mouvement néo-charismatique a remis une emphase sur les guérisons par la foi [18]. Une place particulière est ainsi réservée aux guérisons par la foi lors des cultes ou pour des campagnes d'évangélisation[19],[20]. Plusieurs dénominations chrétiennes évangéliques ont adopté certains enseignements du mouvement, comme celui sur la guérison divine, tout en restant dans leurs dénominations respectives [21].

IslamModifier

 
Pèlerins se servant de l'eau de Zamzam en 2008

Dans l’Islam, la guérison par la foi est parfois associée à des lieux de pèlerinage, comme l’eau de Zamzam à La Mecque, en Arabie saoudite [22]. Cette source aurait surgi dans le désert pour sauver Hajar, la deuxième épouse d'Ibrahim et son fils Ismaël de la mort [22].

Point de vue scientifiqueModifier

Les affirmations selon lesquelles des techniques telles que la prière, l'intervention divine ou le soin d'un guérisseur peuvent soigner une maladie ont toujours été populaires[23]. La foi pourrait selon ces croyances aller jusqu'à guérir la cécité, la surdité, le cancer, le sida, la paralysie totale du corps et divers troubles et blessures[24].

Selon le point de vue scientifique ces guérisons spirituelles sont dues à l'effet placebo[25],[24].

L'American Cancer Society affirme en 2013 que « les preuves scientifiques disponibles ne permettent pas d'affirmer que la guérison par la foi peut réellement guérir du cancer ou d'autres maladies », mais qu'elle peut apporter réduction du stress et de l'anxiété, et augmenter la combativité pour rester en vie[24]. Elle souligne que « La mort, l'invalidité et d'autres conséquences indésirables se sont produites lorsque la guérison par la foi a été choisie au lieu de soins médicaux pour des blessures ou des maladies graves[24] ». Lorsque les parents ont pratiqué la guérison par la foi plutôt que les soins médicaux, des enfants sont décédés et auraient autrement vécu[26] Des résultats similaires sont trouvés chez les adultes[27].

ControversesModifier

Dans certaines églises évangéliques, des tarifications de prière contre des promesses de guérison ont été relevées[28]. Des pasteurs et des évangélistes ont été accusés pour avoir revendiqué de fausses guérisons[29],[30]. Certaines églises, aux États-Unis ou au Nigeria, interdisent aux fidèles la vaccination ou les traitements médicaux[31],[32]. En 2019, à Mbandjock, au Cameroun, trois décès sont liés à cette position dans une église de réveil [33]. Cette position n’est pas représentative de toutes les églises évangéliques, comme l’indique le document La Guérison miraculeuse publié en 2015 par le Conseil national des évangéliques de France, qui mentionne que la médecine est l'un des dons de Dieu faits aux humains[34]. Des églises et certaines organisations humanitaires chrétiennes évangéliques sont également impliquées dans des programmes médicaux de santé [35],[36],[37].

Notes et référencesModifier

  1. Stuart D.B. Picken, Historical Dictionary of Shinto, Scarecrow Press, USA, 2010, p. 84.
  2. Patrick J. Hayes, Miracles: An Encyclopedia of People, Places, and Supernatural Events from Antiquity to the Present, ABC-CLIO, USA, 2016, p. 212
  3. Fraser Watts, Spiritual Healing: Scientific and Religious Perspectives, Cambridge University Press, UK, 2011, p. 76
  4. Roy Moodley, William West, Integrating Traditional Healing Practices Into Counseling and Psychotherapy, SAGE Publications, USA, 2005, p. 146
  5. Harold G. Koenig, Michael E. McCullough, David B. Larson, Handbook of Religion and Health, Oxford University Press, USA, 2001, p. 260
  6. Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christianity in the Global South, Volume 2, Rowman & Littlefield, USA, 2018, p. 340
  7. Évangile selon Marc chapitre 16 verset 18; Orlando O. Espín, James B. Nickoloff, An Introductory Dictionary of Theology and Religious Studies, Liturgical Press, USA, 2007, p. 756
  8. Geoffrey W. Bromiley, The International Standard Bible Encyclopedia, Wm. B. Eerdmans Publishing, USA, 1995, p. 377
  9. William J. Collinge, Historical Dictionary of Catholicism, Scarecrow Press, USA, 2012, p. 185, 391
  10. a et b (en) Frank K. Flinn, Encyclopedia of Catholicism, USA, Infobase Publishing, , p. 455.
  11. Mark Juergensmeyer, Wade Clark Roof, Encyclopedia of Global Religion, Volume 1, SAGE, USA, 2012, p. 719
  12. Hans J. Hillerbrand, Encyclopedia of Protestantism: 4-volume Set, Routledge, USA, 2016, p. 373
  13. Ulinka Rublack, The Oxford Handbook of the Protestant Reformations, Oxford University Press, USA, 2017, p. 696
  14. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 212
  15. Sébastien Fath, Du ghetto au réseau: Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005, Édition Labor et Fides, France, 2005, p. 28
  16. James Innell Packer, Thomas C. Oden, One Faith: The Evangelical Consensus, InterVarsity Press, USA, 2004, p. 104
  17. Christopher A. Stephenson, Types of Pentecostal Theology: Method, System, Spirit, OUP USA, USA, 2012, p. 64
  18. George Thomas Kurian, Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christianity in the United States, Volume 5, Rowman & Littlefield, USA, 2016, p. 1069
  19. Cecil M. Robeck, Jr, Amos Yong, The Cambridge Companion to Pentecostalism, Cambridge University Press, UK, 2014, p. 138
  20. Béatrice Mohr et Isabelle Nussbaum, Rock, miracles & Saint-Esprit, rts.ch, Suisse, 21 avril 2011
  21. Roger E. Olson, The Westminster Handbook to Evangelical Theology, Westminster John Knox Press, USA, 2004, p. 73
  22. a et b (en) Juan Eduardo Campo, Encyclopedia of Islam, USA, Infobase Publishing, , p. 718. , , , USA, 2009,
  23. (en) Barrett, « Some Thoughts about Faith Healing » [archive du ], Quackwatch (en), (consulté le 23 janvier 2014)
  24. a b c et d (en) « Faith Healing », American Cancer Society,
  25. Simon Singh, Edzard Ernst, Médecines douces : info ou intox ?, Cassini, 2014, 408 p. (OCLC 886619515) (ISBN 978-2-84225-208-3).
  26. (en) Asser et Swan, « Child fatalities from religion-motivated medical neglect », Pediatrics, vol. 101, no 4,‎ , p. 625–629 (PMID 9521945, DOI 10.1542/peds.101.4.625, lire en ligne, consulté le 19 novembre 2007)
  27. (en) Simpson, « Comparative longevity in a college cohort of Christian Scientists », JAMA, vol. 262, no 12,‎ , p. 1657–8 (PMID 2769921, DOI 10.1001/jama.1989.03430120111031)
  28. Laure Atmann, Au nom de Dieu et… du fric!, notreafrik.com, Belgique, 26 juillet 2015
  29. Bbc, Un pasteur qui 'prétend guérir' le Sida condamné au Zimbabwe, bbc.com, UK, 6 février 2019
  30. Tinyiko Maluleke, On fraudulent resurrections and fake healings: Why it's a lucrative business, news24.com, Afrique du Sud, 3 mars 2019
  31. Sandee LaMotte, 'Inoculate yourself with the word of God': How religion can limit medical treatment, cnn.com, USA, 07 février 2018
  32. Richard Burgess, Nigeria's Christian Revolution, Wipf and Stock Publishers, USA, 2008, p. 225
  33. Jean François Channon Denwo, Au Cameroun, trois morts dans une Église évangélique qui interdit à ses patients les soins médicaux, africa.la-croix.com, France, 6 mars 2019
  34. Serge Carrel, Un texte du CNEF pour dialoguer autour de la guérison, lafree.ch, Suisse, 13 mai 2016
  35. Stephen Offutt, New Centers of Global Evangelicalism in Latin America and Africa, Cambridge University Press, UK, 2015, p. 143
  36. Melani McAlister, The Kingdom of God Has No Borders: A Global History of American Evangelicals, Oxford University Press, USA, 2018, p. 223, 256
  37. Sharon Henderson Callahan, Religious Leadership: A Reference Handbook, SAGE Publications, USA, 2013, p. 494

Voir aussiModifier