Ouvrir le menu principal

Gué-d'Hossus

commune française du département des Ardennes

Gué-d'Hossus
Gué-d'Hossus
Mairie.
Blason de Gué-d'Hossus
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Rocroi
Intercommunalité Communauté de communes Portes de France
Maire
Mandat
André Liebeaux
2014-2020
Code postal 08230
Code commune 08202
Démographie
Population
municipale
533 hab. (2016 en augmentation de 0,76 % par rapport à 2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 26″ nord, 4° 32′ 04″ est
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Gué-d'Hossus

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Gué-d'Hossus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gué-d'Hossus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gué-d'Hossus

Gué-d'Hossus est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

GéographieModifier

LocalisationModifier

  Couvin (  Belgique)  
Taillette N Rocroi
O    Gué-d'Hossus    E
S
Rocroi Rocroi

Village se situant près de la frontière belge (environ 1 km).

HistoireModifier

Toponymie : étymologieModifier

  • Gué (Vadum) : passage assez facile d'une rivière, d'un marais, d'un endroit bourbeux…
  • Hossus,
    d'après Lépine : houssa = fondrière
    d'après Manège : houssus = bourbeux

Donc Gué d'Hossus signifie passage dans des terrains marécageux. On trouve Houssus en 1220 et Gué d'Houssus en 1621.

Dates et faits marquantsModifier

  • XIe siècle : il existe un moulin appelé « les deux deniers ».
  • 1220 : charte de Gilles de Montcornet citant une coupe de bois appelée Houssus.
  • XVIe siècle : avant le village actuel il existe : l'Archebruyère ou Roche-bryère ou encore Four à Verre. Une verrerie se serait située au Grand Gué d'Hossus.
  • 1566 : création du village par Antoine de Croÿ, baron de Montcornet, par la charte du 16 juillet 1566. II existe déjà la maison du sieur Demoulin, construite sur l'emplacement du vieux moulin du XIe siècle.
  • 1571 : c'est à cette date que l'Archebruyère, les Grand et Petit Gué d'Hossus se nomment Gué d'Hossus.
  • 1613 : Gué d'Hossus passe avec la baronnie de Montcornet de Charles de Croÿ au duc de Gonzague.
  • 1621 : aveu de Charles de Gonzague au roi disant que l'Archebruyère appelé " Gué d'Houssu " fut créé par Philippe de Croÿ, duc d'Arschot le même jour que Croyville (118 arpents 30 verges) et dépendant de la baronnie de Montcornet.
  • 1643 : avant le siège de Rocroy, le village fut incendié par les Espagnols. Les maisons proches du Grand Gué d'Hossus subsistent et c'est autour d'elles que se reconstruit le village.
  • 1665 : la maison forte est tenue par le président Renart de Fuschsamberg (de Rethel) (Gobert de Fuschsamberg avait acheté la Roche Bruyère en partie avec son frère Thomas).
  • 1668 : annexe de Rocroy Gué d'Hossus obtient de l'archevêque et du duc de Mazarin d'avoir un vicaire à demeure à condition de le loger à leur frais et de le payer 150 livres par an.
  • XVIIe siècle : le seigneur est Renart de Fuschsamberg.
  • 1683 : aveu et dénombrement de César de Brouilly, marquis de Wartigny au duc de Mazarin pour 1/3 de la seigneurie.
  • 1693-95 : M de Rimbert est seigneur, se désignant comme " Marquis de Montcornet ".
  • 1695 : après cette date, le duc d'Aiguillon est marquis de Montcornet donc seigneur de Gué d'Hossus.
  • 1738 : Le gruyère de Montcornet demande aux habitants de Gué d'Hossus de ne pas participer à la restauration du mur du cimetière de Rocroy.
  • 1748 : les bourgeois de Gué d'Hossus défendent leurs franchises obtenues en 1571 et ont gain de cause.
  • 1770 : Jean-Joseph Démarets, écuyer, acquiert de la duchesse de Lorges, la terre d'Auvillers-les-Forges dont il devient seigneur. Quelques années après, il fonde une dotation pour : une jeune fille pauvre mais vertueuse devant se marier le jour de la fête, un garçon sachant assister et secourir les vieillards.
  • 1772 : établissement de la frontière entre les États de Liège et la France.
  • 1824 : construction de l'église Saint-Luc remplaçant une chapelle.
  • 1831 : la population est importante : 885 habitants.
  • 1846 : Gué d'Hossus a une population qui culmine à 967 habitants.
  • 1852 : il y a une école qui accueille 120 enfants.
  • 1856 : création d'une école de filles. L'instituteur est payé 600 francs, l'institutrice 300 francs.
  • XIXe siècle : métiers exercés : charrons, charpentiers, maréchaux, sabotiers et tisserands.
  • 1860 : la fondation Démarets existe toujours mais n'est accordée qu'aux filles désignées qu'après neuf mois de mariage.
  • 1881 : la population diminue, on ne compte plus que 721 habitants.
  • 1889 : légère remontée : 808 habitants.
  • 26 août 1914 : destruction du village (l'église, la mairie, les écoles et 68 maisons entièrement incendiées) par l'armée allemande[1].
  • 1926 : après la guerre : baisse démographique : 721 habitants.
  • 1946 : iI ne reste plus que 573 habitants après la 2e guerre mondiale.
  • 1954 : 637 habitants.
  • 1968 : 616 habitants.
  • 1975 : 543 habitants.
  • 1982 : chiffre le plus bas : 500 habitants.
  • 1990 : le recensement fait apparaître 525 habitants.
  • 1999 : il y a 504 habitants décidés à faire connaître Gué d'Hossus en organisant des festivités (ne fût-ce que celles de la Saint-Luc) et en adoptant des armoiries communales qui seront le reflet de son identité. La croix de guerre dont la commune est fière, trouvera ainsi sa place légitime.
  • 2018 : l'autoroute A304 passe aux abords de la commune

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1876 après 1877 Civet[2]    
mars 2001 En cours
(au 10 avril 2014)
André Liebeaux   Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Gué-d'Hossus a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[4].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 533 habitants[Note 1], en augmentation de 0,76 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625680682779885950964967987
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
819821838871872831808811781
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
787667721654651573637631543
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
452500525504511526529533-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason D'argent au chêne arraché de sinople englanté d'or, surmonté d'une tierce de gueules chargée d'une quintefeuille brochant du champ.
Détails
Adopté le 24 octobre 2000.

Explication du blason de Gué d'HossusModifier

Gué d'Hossus eut deux seigneurs principaux :

  1. La maison de Croÿ dont :
    • Antoine I acheta la baronnie de Montcornet en 1446 et devint donc seigneur des terres dépendantes, dont le territoire de Gué d'Hossus. Il portait dans ses armoiries une quintefeuille d'argent.
    • Antoine II, son descendant et héritier de Montcornet, fonda Bourg-Fidèle et Gué d'Hossus par les chartes des 19 mai 1565 et 19 juillet 1566. Il portait dans ses armoiries trois bandes de gueules comme tous les membres de la famille de Croÿ.
  2. La maison de Fuschsamberg dont tous les membres portèrent le même blason où figure le chêne arraché de sinople englanté d'or. Thomas-Adolphe fut seigneur de l'Archebruyère avec son frère (en partie) Gobert-Albert. Ils avaient acheté la seigneurie ensemble vers 1665.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Le souvenir de la souffrance d’un village frontalier : Il y a 100 ans, le 26 août 1914, le village de Gué d'Hossus était complètement détruit par l'armée allemande. », Le Courrier La Gazette, no 2357,‎ , p. 35 (ISSN 0183-8415)
  2. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p238.
  3. « André Liebeaux réélu maire », Le Courrier La Gazette, no 2340,‎ , p. 40 (ISSN 0183-8415)
  4. Création du PNR des Ardennes
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier