Ouvrir le menu principal

Groupement aéroporté

Les groupements aéroportés ou GAP sont des unités militaires françaises à dominante parachutiste qui ont été créées au début de l'année 1947 au sein de la 25e DAP (25e division aéroportée).

Constitution en 1947-1948 [1]Modifier

En 1948, les 3 GAP stationnés respectivement à Philippeville (Algérie), Marrakech (Maroc) et Bayonne (France) comprennent chacun :

  • un régiment ou une demi brigade parachutiste formés de 2 ou 3 bataillons[2] ;
  • un régiment d'artillerie aéroporté ;
  • un centre d'entraînement au saut (CES) ;
  • une compagnie de transmission (CT) ;
  • une compagnie de quartier général (CQG) ;
  • une compagnie de combat ;
  • un groupe de transport (GT) ;
  • une compagnie de réparation du matériel (CLRM) ;
  • une section d'entretien des parachutes (SEP) ;
  • un groupe d'instruction (GEI) ;
  • une antenne médicale parachutiste (AP).

Initialement, l'infanterie parachutiste des GAP est constituée des bataillons suivants :

Il y eut également le projet de constituer un GAP colonial à partir de la demi brigade coloniale de commandos parachutistes stationnée en Bretagne[3] et dont la mission était de constituer les relèves pour l'outre mer (Indochine, Madagascar et Afrique-équatoriale française). Cette unité ne verra jamais le jour.

Les GAP, diminués suite aux prélèvements de la guerre d'Indochine, disparaissent avec la 25e DAP à partir de juin 1948 (GAP 2 le 8 juin 1948, GAP 1 le 1er février 1949 et GAP 3 le 24 septembre 1949).

Les GAP d'IndochineModifier

Durant la guerre d'Indochine la notion de division aéroportée disparait et les unités parachutistes opèrent principalement en tant que bataillon, voire en tant que compagnie.
À partir de 1951, certaines opérations d'envergure nécessitent cependant le regroupement des bataillons en groupements aéroportés temporaires.
Malheureusement, la dotation en avion de transport du corps expéditionnaire ne permettra jamais le parachutage en une seule vague de l'ensemble d'un GAP.

Les GAP d'Indochine comprennent généralement :

  • un PC opérationnel,
  • une antenne chirurgicale,
  • des éléments du génie,
  • des éléments d'artillerie,
  • deux à trois bataillons parachutistes.

Les plus importants GAP, constitués pour des opérations aéroportées, sont :

Les GAP d'AlgérieModifier

Depuis 1962Modifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • E. Micheletti et J. Baltzer, Insignes et brevets parachutistes de l'armée française, éditions Histoires et Collections, 2001, (ISBN 2-913-903-118).
  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.

Notes et référencesModifier

  1. In Histoire des parachutistes français pages 110 à 116.
  2. Le nombre de bataillons présents dans les demi brigades fut fonction des affectations pour l'Indochine.
  3. In Histoire des parachutistes français pages 168.