Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Groupe socialiste (Assemblée nationale)

groupe parlementaire français à l'Assemblée nationale
(Redirigé depuis Groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Groupe socialiste et Nouvelle Gauche.

Le groupe socialiste, dont le nom officiel est groupe Nouvelle Gauche (NG) lors de la XVe législature, est le groupe parlementaire constitué autour du Parti socialiste (PS) à l'Assemblée nationale française. Il s'appelait « groupe socialiste, républicain et citoyen » (SRC) du début de la XIVe législature en 2012 et jusqu'à ce qu'il soit rejoint par des députés issus de la scission du groupe écologiste le [1] ; il est ensuite appelé « groupe socialiste, écologiste et républicain » (SER) pour le reste de la XIVe législature. Il a eu d'autres noms par le passé, le plus fréquent étant « groupe socialiste » (SOC).

Groupe socialiste
Image illustrative de l'article Groupe socialiste (Assemblée nationale)
Chambre Assemblée nationale
Législature(s) Depuis la VIe de la IIIe République
Ancien(s) nom(s) Socialiste
Fédération de la gauche démocrate et socialiste
Socialiste, radical et citoyen
Socialiste, radical, citoyen et divers gauche
Socialiste, écologiste et républicain
Partis membres Parti socialiste
Mouvement républicain et citoyen
Mouvement du 1er Juillet
Divers gauche
Président Olivier Faure
Député de Seine-et-Marne (11e)
Représentation
31 / 577
Idéologie Socialisme démocratique
Site Web deputes.lessocialistes.fr

Le groupe est présidé à partir du par le député de la 11e circonscription de Seine-et-Marne, Olivier Faure. Ce dernier est réélu le 22 juin 2017, par 28 voix contre 3 à Delphine Batho. Olivier Faure annonce le même jour que le groupe devient Nouvelle Gauche[2],[3], une dénomination qui, pour la première fois depuis 1958, ne fait pas référence au socialisme[4].

Sommaire

HistoriqueModifier

Effectifs et dénominations depuis 1958Modifier

Année Nom Nombre de députés Évolution Pourcentage
1958 Socialiste (SOC) 47 - 8 %
1962 66   19 14 %
1967 Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) 121   55 25 %
1968 57   64 12 %
1973 Parti socialiste et des radicaux de gauche (PSRG) 102   43 21 %
1978 Socialiste (SOC) 113   11 23 %
1981 285   172 58 %
1986 212   73 37 %
1988 275   63 47,7 %
1993 57   218 10 %
1997 250   193 43 %
2002 141   109 24 %
2007 Socialiste, radical, citoyen et divers gauche (SRC) 204   63 35 %
2012 Socialiste, républicain et citoyen (SRC)
puis socialiste, écologiste et républicain (SER) à partir de 2016
295   91 51 %
2017 Nouvelle Gauche (NG) 31   264 5 %

Liste des présidents du groupe sous la Ve RépubliqueModifier

CompositionModifier

XVe législature : Groupe Nouvelle Gauche (2017-2022)Modifier

Le groupe se compose de 28 membres et de 3 apparentés[6].

Malgré l’inscription du groupe dans l'opposition, plusieurs députés qui le composent ont été élus en se revendiquant de la "majorité présidentielle". C'est le cas d'Ericka Bareigts[7], de Delphine Batho[8], d'Olivier Dussopt[9], de Marietta Karamanli[10], d'Hervé Saulignac[11] et de Christophe Bouillon[10]. D'autres, sans employer cette expression, ont exprimé leur soutien au mouvement d'Emmanuel Macron, comme Hélène Vainqueur-Christophe[12], Joaquim Pueyo[13] ou Guillaume Garot[12].

D'autres enfin, sans apporter de soutien aussi explicite, ont été élus dans des circonscriptions où La République en marche ! (LREM) a choisi de ne pas présenter de candidats face à eux, comme François Pupponi[12], Stéphane Le Foll ou George Pau-Langevin, ou ont demandé à la commission d’investiture de LREM qu’elle renonce à investir un candidat face à eux, comme Jean-Louis Bricout[14].

Lors du vote de confiance au gouvernement Philippe II, 3 députés votent pour la confiance (Guillaume Garot, David Habib et Hélène Vainqueur-Christophe), 23 s'abstiennent, et seuls 5 votent contre (Joël Aviragnet, Luc Carvounas, Alain David, Régis Juanico et Boris Vallaud)[15].

MembresModifier

Pour la liste à jour des membres de ce groupe, voir le tableau triable de la Liste des députés de la XVe législature
Nom Parti Circonscription
Joël Aviragnet PS Huitième circonscription de la Haute-Garonne
Ericka Bareigts PS Première circonscription de La Réunion
Delphine Batho PS Deuxième circonscription des Deux-Sèvres
Marie-Noëlle Battistel PS Quatrième circonscription de l'Isère
Gisèle Biémouret PS Deuxième circonscription du Gers
Christophe Bouillon PS Cinquième circonscription de la Seine-Maritime
Jean-Louis Bricout PS Troisième circonscription de l'Aisne
Luc Carvounas PS Neuvième circonscription du Val-de-Marne
Alain David PS Quatrième circonscription de la Gironde
Laurence Dumont PS Deuxième circonscription du Calvados
Olivier Dussopt PS Deuxième circonscription de l'Ardèche
Olivier Faure PS Onzième circonscription de Seine-et-Marne
Guillaume Garot PS Première circonscription de la Mayenne
David Habib PS Troisième circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Régis Juanico PS, M1717 Première circonscription de la Loire
Marietta Karamanli PS Deuxième circonscription de la Sarthe
Jérôme Lambert PS Troisième circonscription de la Charente
Stéphane Le Foll PS Quatrième circonscription de la Sarthe
George Pau-Langevin PS Quinzième circonscription de Paris
Christine Pirès-Beaune PS Deuxième circonscription du Puy-de-Dôme
Dominique Potier PS Cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle
Joaquim Pueyo PS Première circonscription de l'Orne
François Pupponi PS Huitième circonscription du Val-d'Oise
Valérie Rabault PS Première circonscription de Tarn-et-Garonne
Hervé Saulignac PS Première circonscription de l'Ardèche
Cécile Untermaier PS Quatrième circonscription de Saône-et-Loire
Hélène Vainqueur-Christophe PS Quatrième circonscription de la Guadeloupe
Boris Vallaud PS Troisième circonscription des Landes

ApparentésModifier

Nom Nuance Circonscription
Christian Hutin MRC Treizième circonscription du Nord
Serge Letchimy PPM Troisième circonscription de la Martinique
Josette Manin DVG Première circonscription de la Martinique

ÉtiquettesModifier

Parti/étiquette politiques Nombre de députés
Parti socialiste 28
Mouvement du 1er Juillet 1
Mouvement républicain et citoyen 1
Parti progressiste martiniquais 1
Divers gauche 1

Membres du bureau de l'Assemblée nationaleModifier

XIVe législature (2012-2017)Modifier

 
Logo de 2016 à 2017.

Il est le groupe le plus important de la XIVe législature et compte à sa création 295 députés (279 membres et 16 apparentés), soit la majorité absolue. En mai 2013, il compte 291 députés (275 membres et 16 apparentés). En janvier 2015, le départ de Jean-Pierre Maggi fait passer son effectif total à 288, perdant ainsi la majorité absolue à l'Assemblée nationale[16].

MembresModifier

Voir le tableau triable de la Liste des députés de la XIVe législature

ApparentésModifier

Députés ayant quitté le groupe en cours de mandatModifier

  1. Thomas Thévenoud, exclu à la suite de ses impôts impayés[17] ;
  2. Philippe Noguès, qui conteste la ligne « sociale-libérale » du PS et rejoint en juin 2015 les non-inscrits[18].
  3. Pouria Amirshahi, frondeur, qui conteste la ligne politique du gouvernement, rejoint les non-inscrits[19].
  4. La frondeuse Dominique Chauvel quitte le groupe socialiste le 27 mai 2016 et rejoint les rangs des non-inscrits[20].
  5. Le frondeur Patrice Prat quitte le groupe socialiste le 12 juillet 2016 et rejoint les rangs des non-inscrits[21].

Dernière composition (décembre 2016 – juin 2017)Modifier

Président de l'Assemblée nationaleModifier

Claude Bartolone (9e de Seine-Saint-Denis) est désigné candidat du groupe socialiste à la présidence de l'Assemblée nationale par ses pairs, le , réunissant au premier tour 127 voix sur 261 votants contre 59 à Jean Glavany (1re des Hautes-Pyrénées), 50 à Élisabeth Guigou (6e de Seine-Saint-Denis) et 22 à Daniel Vaillant (17e de Paris). Jean Glavany s'étant ensuite retiré, il n'y a pas eu de deuxième tour[23].

Le , lors de la première session parlementaire de la XIVe législature au Palais Bourbon, il devient le 12e[24],[25] président de l'Assemblée nationale sous la Ve République à l'issue d'un seul tour de scrutin, face au président sortant Bernard Accoyer, candidat de l'UMP, l'emportant par 298 voix contre 185 (55 votes nuls et 2 autres voix se rapportant à un candidat non déclaré)[26],[27].

Par le passé sous la Cinquième République, quatre autres membres du groupe socialiste ont exercé la présidence de l'Assemblée nationale, durant trois législatures :

Membres du bureau de l'Assemblée nationaleModifier

Parmi les 21 autres membres du bureau de l'Assemblée nationale, élus le pour la mandature, 7 sont membres ou apparentés du groupe SRC, dont :

Présidents de commissionsModifier

Lors de la XIVe législature, sept des huit commissions de l'Assemblée nationale sont présidées par des membres du groupe SRC, soit la totalité des présidences détenues par la majorité :

Comme le veut la tradition initiée par la majorité de droite durant la XIIIe législature, la présidence de la Commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire revient à un membre du principal groupe d'opposition, à savoir Gilles Carrez de l'UMP. Mais le poste de rapporteur général de cette commission revient pour sa part à un membre du groupe SRC, Christian Eckert (3e de Meurthe-et-Moselle)[35].

Notes et référencesModifier

  1. Louis Hausalter, « Les députés écolos se font hara-kiri à l'Assemblée », marianne.net, 19 mai 2016.
  2. « À l'Assemblée, le groupe PS se nommera “Gauche Nouvelle” », sur Libération (consulté le 27 juin 2017)
  3. « Laurence Dumont sera la candidate du groupe Nouvelle gauche (PS) au «perchoir» », sur Libération (consulté le 27 juin 2017)
  4. RFI
  5. France-politique.fr www.france-politique.fr
  6. « Groupe Nouvelle Gauche », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 2 juillet 2017).
  7. « Elections législatives : Ericka Bareigts et Jean-Jacques Morel dans la 1ere circonscription - réunion 1ère », réunion 1ère,‎ (lire en ligne)
  8. « Législatives en Deux-Sèvres : Delphine Batho restera-t-elle députée de la 2e circonscription ? - France 3 Nouvelle-Aquitaine », France 3 Nouvelle-Aquitaine,‎ (lire en ligne)
  9. « Vers une recomposition en marche ? », sur Le Réveil du Vivarais,
  10. a et b « Présidentielle. Des socialistes soulagés et prêts à s'engager... », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  11. « Polémique autour du candidat d’En Marche dans la première circonscription », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne)
  12. a, b et c « Qui sont les candidats PS arrivés en tête et sont-ils Macron-compatibles ? », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  13. « Orne. Joaquim Pueyo, candidat ni-ni aux législatives », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « En Marche! et des croche-pattes », sur Le Courrier Picard (consulté le 4 juillet 2017)
  15. (en) « scrutin2017_07_04 », sur Scribd (consulté le 5 juillet 2017)
  16. Marc Simon, « C'est fait, le PS n'a plus la majorité absolue à l'Assemblée nationale », lexpress.fr, (consulté le 7 janvier 2015)
  17. Thomas Thévenoud quitte le Parti socialiste mais reste député, Le Monde, 8 septembre 2014.
  18. « PS. Le député frondeur Philippe Noguès quitte le parti », entretien avec Ouest-France, 24 juin 2015.
  19. « Le député frondeur Pouria Amirshahi quitte le Parti socialiste », sur Le Figaro,
  20. « Modifications », sur Assemblée nationale (consulté le 28 mai 2016).
  21. Étienne Girard, « Le député Patrice Prat, bras droit d'Arnaud Montebourg, quitte le PS », lelab.europe1.fr, 12 juillet 2016.
  22. « Bureau groupe décembre 2016 », sur http://www.deputes.lessocialistes.fr (consulté le 29 janvier 2016).
  23. I. VALERIO, « Claude Bartolone candidat du PS pour le Perchoir », Lelab.europe1.fr, 21/06/2012
  24. Le Parisien.fr "Claude Bartolone a été élu 12e président de l'Assemblée nationale sous la Ve République, consulté le 29/06/2012
  25. Blog de Claude Bartolone "Du fond du cœur, merci. Merci pour l’honneur, merci pour la charge que vous me confiez aujourd’hui en m’élisant 12e président de l’Assemblée nationale sous la Ve République", consulté le 29/06/2012
  26. Bartolone (PS) élu président de l'Assemblée avec 298 voix, Le Figaro, 26 juin 2012.
  27. L'élection de Bartolone ouvre la XIVe législature, Le Figaro, 26 juin 2012.
  28. « Jean Launay (PS), nouveau questeur de l'Assemblée nationale », leparisien.fr, (consulté le 27 septembre 2016)
  29. « Commission des affaires culturelles et de l'éducation », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  30. « Commission des affaires étrangères », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  31. « Commission des affaires sociales », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  32. « Commission de la défense nationale et des forces armées », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  33. « Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  34. « Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)
  35. « Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 6 juillet 2012)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier