Grottes de Saint-Béat

grotte en Suisse
Grottes de Saint-Béat
Image dans Infobox.
Localisation
Coordonnées
Pays
Canton
District
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
680 m
Longueur connue
14 000 m
Patrimonialité
Bien culturel suisse d'importance régionale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Géolocalisation sur la carte : Berne
(Voir situation sur carte : Berne)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Point carte.svg


Les grottes de Saint-Béat sont un ensemble de grottes dans la montagne du Beatenberg près d'Interlaken dans le canton de Berne.

L'entrée des grottes
Grottes de Saint-Béat, 1785

L'ensemble de grottes est situé sur le bord nord du lac de Thoune[1]. Le public peut y accéder via un parcours aménagé d'une longueur de 1 km, sur les 14 km explorés à ce jour, où se mêlent grottes ornées de stalagmites et de stalactites, lacs souterrains et cascades. Selon la légende, Saint Béat de Lungern y aurait passé la dernière partie de sa vie. Un tronçon du pèlerinage de Compostelle passe sous les grottes.

Histoire et légendeModifier

Selon la légende, un dragon cracheur de feu aurait vécu dans les grottes au Moyen Âge. Saint Beatus l'a rencontré avec la croix et a invoqué la Sainte Trinité. Là-dessus, le dragon s'enfuit, se précipita avec un rugissement dans le lac de Thoune et s'y noya. Saint Béat aurait construit son ermitage dans la grotte et y aurait vécu jusqu'à sa mort. A l'entrée de la grotte, la tombe de Saint Béat et une réplique de sa cellule sont aujourd'hui visibles. Jusqu'à la Réforme, une chapelle, subordonnée au monastère d'Interlaken était située dans la grotte en l'honneur du saint. Le gouvernement de Berne fit démolir la chapelle en 1528 et mura l'entrée de la grotte pour empêcher les pèlerinages. Les Unterwalder, catholiques ne se laissèrent pas décourager et brisèrent le mur. En réplique au culte autour des grottes de Saint-Béat, le gouvernement bernois fit édifier une église évangélique réformée sur le Beatenberg de 1534 à 1535. [2],[3]

GalerieModifier


Liens webModifier

RéférencesModifier

  1. (de + fr) Philipp Häuselmann, « Le karst Siebenhengste-Hohgant-Schrattenfluh : essai d’une synthèse », Stalactite, no 66,‎ , p. 28-41 (lire en ligne, consulté le ).
  2. Roger Probst: Sigriswiler wehrten sich nicht gegen die Reformation, Berner Zeitung, Bern 11. Mai 2017
  3. « Beatenberg » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Articles connexesModifier