Ouvrir le menu principal
Grotte du Visage
Grotte du Visage mod.jpg
Représentation d'un visage dans le cro du Charnier.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Vallée
Localité voisine
Voie d'accès
D.109
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
125 m
Période de formation
Environ 27 000 ans
Occupation humaine
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Charente (déprtement)
voir sur la carte de Charente (déprtement)
Red pog.svg

La grotte du Visage, ou le cro du Charnier ou encore grotte de Vilhonneur, est une grotte ornée située sur l'ancienne commune du même nom, Moulins-sur-Tardoire, en Charente, Nouvelle-Aquitaine. Elle a été renommée « grotte du Visage » pour éviter toute confusion avec la grotte du Placard située également sur la même ancienne commune de Vilhonneur. Cette nouvelle appellation fait référence à la présence d'une peinture pariétale représentant un visage stylisé qui s'inscrit dans une concrétion naturelle évoquant une tête avec sa chevelure.

Circonstances particulières de la découverteModifier

Depuis environ deux ans[Quand ?], un groupe spéléologique de La Rochefoucauld travaille assidûment à la désobstruction du cro du Charnier. Ce groupe est composé de Dominique Augier, Bruno Delage, André Louis, Joël Louis, Jean-Michel Rainaud, Pierre Vauvillier, assistés ponctuellement par Alain Binet, Gérard Boudault, Pierre Groulade, Arnaud Louis, André Terrade et Gérard Jourdy dernièrement intégré à l'équipe[1].

Le jeudi 1er décembre 2005, le groupe de spéléologues pénètre enfin dans la grotte et découvre des ossements, tout en s'attendant à trouver d'autres vestiges préhistoriques. Le lendemain 2 décembre, Gérard Jourdy revient seul sur les lieux pour poursuivre l'exploration de la cavité ; il descend alors dans la première salle et découvre le visage sur les parois de la grotte. Ses camarades apprennent alors sa découverte archéologique dans la presse locale[2].

Authentification de la découverteModifier

Le cro du Charnier est connu depuis longtemps des habitants qui y jetaient autrefois des bêtes mortes. Au terme de deux années de travaux de désobstruction, dûment autorisés par le propriétaire du site, la grotte du Visage livre des œuvres pariétales paléolithiques ainsi que d'ossements humains et animaux (décembre 2005). À la suite d'une indiscrétion, cette découverte n'est rendue publique qu'en février 2006 par le Ministère de la culture et de la communication[3].

Dans un premier temps, les œuvres pariétales sont attribuées au Paléolithique supérieur et plus précisément au Gravettien (environ 28 à 22 000 ans avant le présent) sur la base de comparaisons stylistiques. Les œuvres sont donc plus anciennes que celles de Lascaux[4].

Les œuvres et les vestigesModifier

Outre un visage peint, la grotte renferme des signes (ponctuations et traits) et une très belle main négative gauche (?) dont le pouce présente la particularité d'un possible dédoublement. Les artistes ont utilisé avec brio le relief naturel de la paroi pour positionner leurs œuvres et ainsi faire ressortir certains éléments et suggérer probablement des représentations animales archaïques : équidé, félin, ours ou renne. Ces découvertes viennent enrichir les connaissances concernant cette période, même si elles ne sont pas aussi spectaculaires que d'autres grottes ornées.

Des ossements humains ont été découverts au milieu d'un éboulis dans la salle à proximité du visage. En outre, on a trouvé un crâne en parfait état mais sans sa mandibule dans une petite grotte à l'extrémité d'un boyau accessible depuis la salle du visage ; compte tenu de son emplacement et de son positionnement ce crâne a forcément été déposé là de manière intentionnelle mais on ne sait évidemment pas encore si ce crâne et les ossements de la grotte du visage appartiennent au même individu. Cinq squelettes de hyènes en connexion anatomique ont également été découverts dans une salle proche de la grotte du Visage mais sont vraisemblablement antérieurs aux peintures.

Des ossements humains et de hyène ont fait l'objet de datations par la méthode du Carbone 14. Ces datations ont permis d'évaluer l'âge des ossements humains à environ 27 000 ans et ceux de hyènes à 28000 ans environ. Ils sont donc vraisemblablement contemporains des peintures[5]. Compte tenu de la marge d'erreur inhérente à la méthode de datation utilisée, il est possible que la grotte du Visage ait donc été un lieu de sépulture pour un personnage particulier et que l'inhumation ait été accomplie selon un rituel spécifique. L'association entre des œuvres pariétales gravettiennes et des ossements humains est également connue dans la grotte de Cussac.

Mesures de préservationModifier

Le site est privé et fait l'objet d'une protection pour sa préservation ; son accès est limité à quelques visites par an en très petit nombre organisées par le propriétaire des lieux.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier