Ouvrir le menu principal

Saint-Piat

commune française du département d'Eure-et-Loir
(Redirigé depuis Grogneul)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piat (homonymie).

Saint-Piat
Saint-Piat
La mairie.
Blason de Saint-Piat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Épernon
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d’Île-de-France
Maire
Mandat
Michèle Martin
2014-2020
Code postal 28130
Code commune 28357
Démographie
Gentilé Saint-Piatais
Population
municipale
1 047 hab. (2016 en diminution de 8,24 % par rapport à 2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 55″ nord, 1° 35′ 07″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 162 m
Superficie 11,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Piat

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Piat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Piat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Piat
Liens
Site web http://www.saint-piat.fr

Saint-Piat est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

SituationModifier

Saint-Piat est situé en vallée de l'Eure entre Maintenon (5,5 km) et Chartres (16 km).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

Lieux-dits et écartsModifier

Changé, Grogneul, Dionval.

HydrographieModifier

La rivière l'Eure, affluent en rive gauche du fleuve la Seine, traverse la commune.

Voies de communication et transportsModifier

Desserte ferroviaireModifier

 
La gare.
Article détaillé : gare de Saint-Piat.

La gare SNCF de Saint-Piat se situe sur la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre la gare de Maintenon et celle de Jouy.

ToponymieModifier

 
Saint Piat à la cathédrale de Chartres.

Selon la légende, saint Piat, né au IIIe siècle à Bénévent en Italie, tente d'évangéliser en pays chartrain mais ne rencontre que des « cœurs endurcis ». Ses reliques seront cependant recueillies, peut-être à l'abbaye de Coulombs, lors des invasions normandes[1],[2].

Pendant la Révolution française le village, débaptisé, s'appela Martel-les-Vaux[3].

Le hameau de Grogneul doit probablement son nom au gaulois grunna, d'où l'ancien français gronne désignant une dépression herbeuse et humide, voire marécageuse.

HistoireModifier

Ancien RégimeModifier

Le 27 avril 1783, en sonnant les vêpres, le battant de la grosse cloche s'est détaché, tuant Marie Anne Girard âgée de 50 ans, femme d'Emmanuel Mouton, vigneron à Grogneul[4].

Politique et administrationModifier

 
École Pierre-Binet, maire de Saint-Piat de 1945 à 1977.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1977 Pierre Binet    
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Binet UMP  
mars 2008 En cours Michèle Martin DVG Employée

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 1 047 habitants[Note 1], en diminution de 8,24 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
804859892830852871843854856
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
815784777733735723692666654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
636630618577664675616670582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6316798328361 0091 0911 1091 1471 061
2016 - - - - - - - -
1 047--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Équipements publicsModifier

  • Un bureau de Poste
  • Une école maternelle (avec cantine)
  • Une école primaire (avec cantine)
  • Un centre aéré indépendant des écoles géré par la communauté de communes.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

On trouve à Saint-Piat les commerces suivants :

  • Pharmacie
  • Boulangerie pâtisserie
  • Coiffeur
  • Épicerie générale
  • Boucherie
  • Restaurant proposant une cuisine française
  • Bar-tabac

Culture locale et patrimoineModifier

 
Les dolmens du Berceau et Léon Petit.
 
Le monument aux morts devant l'église.
 
Maison, 11 rue de la République.
 
La briqueterie Lambert.

Lieux et monumentsModifier

Le site archéologique de ChangéModifier

Article détaillé : site archéologique de Changé.

  Classé MH (1974)[8].

Ce site du Néolithique s'étend à la fois sur les communes de Saint-Piat et Maintenon, réunit trois dolmens et un menhir. Il a été notamment fouillé de 1983 à 2000 par Dominique Jagu[9] et son équipe.

Le camp de CésarModifier

Sur le plateau dominant le site archéologique de Changé, le site dit du Camp de César est un éperon naturel du type éperon barré qui a été fortifié par le creusement d'un fossé long de 250 m sur 6 m de profondeur renforcé d'un rempart de plus de 7 m de hauteur. L'ensemble couvre une superficie de 6 ha. Le site n'a pas été fouillé mais il date probablement du début de l'époque gallo-romaine[10].

L'église Saint-PiatModifier

Article détaillé : église Saint-Piat.

Cette église du XVIe siècle abrite plusieurs objets classés au titre de monuments historiques, dont un sarcophage du IVe siècle ou Ve siècle, peut-être d'origine provençale, dans lequel aurait été déposés les restes de saint Piat avant d'être transférés à la cathédrale de Chartres dans la chapelle du même nom. D'autres œuvres classées sont cependant portées disparues, détruites ou non localisées[11].

La maison du XVIe siècleModifier

  Inscrit MH (1928)[12].

Cette maison est située 11 rue de la République, anciennement rue Bourgeois. Sa particularité est de présenter, au premier étage, deux fenêtres du XVIe siècle.

La briqueterie LambertModifier

Article détaillé : briqueterie Lambert.

  Inscrit MH (1999)[13].

Ce patrimoine industriel figure parmi les quatre sites retenus en Eure-et-Loir dans le plan de sauvegarde du patrimoine par la mission Bern[14].

Le moulinModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Constant Duval (1877-1956), artiste peintre, dessinateur et affichiste, y a vécu et y est décédé ;
  • Bernard Friot, auteur pour la jeunesse, y est né en 1951.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Saint-Piat se blasonnent ainsi :

De gueules au chevron d'or.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Esprit-Aimé Libour (1784-1846), peintre et portraitiste. Ses parents, tous deux originaires de Chartres, se sont mariés à Saint-Piat le 30 octobre 1781.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Saint Piat ou Piaton, prêtre, évangélisateur », sur https://nominis.cef.fr (consulté le 30 novembre 2018).
  2. « Sarcophage, fonts baptismaux : les apôtres », notice no PM28000543, base Palissy, ministère français de la Culture.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Archives départementales d'Eure-et-Loir, registre des Baptêmes Mariages Sépultures, année 1783, vue 69
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Menhir dit Le But de Gargantua et dolmen dit Le Berceau », notice no PA00097147, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Dominique Jagu Archéo
  10. Dominique Jagu, Bernard Blum et Jean-Marc Mourain, Dolmens et menhirs de Changé à Saint-Piat (Eure-et-Loir), Lèves, , 24 p. (ISBN 2-912610-00-1), p. 17
  11. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Maison 11 rue de la République », notice no PA00097204, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Briqueterie Lambert », notice no PA28000005, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Patrimoine : quatre sites d'Eure-et-Loir parmi les 250 monuments qui vont bénéficier du loto du patrimoine de Stéphane Bern », sur https://www.lechorepublicain.fr,