Ouvrir le menu principal

Griselda Blanco

trafiquante de drogue colombienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanco.

Griselda Blanco
Trafiquante de drogue
Image illustrative de l’article Griselda Blanco
Griselda Blanco en 1997
Information
Nom de naissance Griselda Blanco Restrepo
Naissance
Carthagène des Indes (Colombie)
Décès (à 69 ans)
Medellín (Colombie)
Cause du décès Assassinat
Surnom La Reine de la coca
Condamnation 1985
Sentence 60 ans de prison
Victimes 200 attribuées
Pays Drapeau de la Colombie Colombie / Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Miami, Medellín

Griselda Blanco, née le à Carthagène des Indes[1], est une trafiquante de drogue colombienne. Elle est assassinée le à Medellín.

Surnommée La Reine de la coca, La Madrina ou encore La Veuve Noire, elle est présentée comme le mentor du célèbre trafiquant Pablo Escobar. Griselda Blanco est considérée comme la pionnière du trafic de cocaïne vers les États-Unis et du crime organisé de Miami. Durant les années 1970, elle est à la tête d'un vaste réseau de narcotrafiquants qui achemine par bateau ou avion jusqu'à 1 500 kilos de drogue par mois, générant des revenus mensuels d'environ 80 millions de dollars. Sa fortune personnelle est alors estimée à 2 000 000 000 $[2],[3].

Membre important du Cartel de Medellín jusqu'en 1984[4], elle détériore ses relations avec ce dernier lorsqu'elle commandite l'assassinat de Marta Saldarriaga Ochoa, nièce de la famille Ochoa[5]. Une fois le corps de la jeune femme retrouvé sur une route du sud de la Floride, la chasse est ouverte et Griselda Blanco se voit contrainte de prendre la fuite.

Sommaire

BiographieModifier

Griselda Blanco est née en 1943 à Carthagène des Indes. Elle déménage avec sa mère, Ana Lucía Restrepo[6], trois ans plus tard à Medellín. Dans le film documentaire Cocaine Cowboys II: Hustlin' with the Godmother, l'ex-petit ami de Blanco, Charles Cosby, raconte comment à l'âge de 11 ans, elle aurait kidnappé, tenté de rançonner, puis finalement tué un enfant d'un voisinage plus aisé que le sien[1],[7].

Vivant dans la misère, elle devient pickpocket puis s'enfuit de chez elle à 14 ans pour échapper à sa mère abusive. Blanco a alors recours à la prostitution à Medellín[1],[7] jusqu'à l'âge de 20 ans. Elle se marie en premières noces avec Carlos Trujillo, avec lequel elle aura trois fils : Dixon, Uber et Osvaldo[8].

Blanco était ouvertement bisexuelle[9],[10],[11].

NarcotraficModifier

Griselda Blanco joue un rôle majeur dans l'histoire du trafic de drogue à Miami et dans d'autres villes à travers les États-Unis. Dans le milieu des années 1970, Blanco et son deuxième mari, Alberto Bravo, émigrent à New York et s'installent dans le Queens. Ils y établissent un trafic de cocaïne et en avril 1975, Blanco est inculpée avec trente de ses subordonnés dans ce qui constitue à l'époque la plus grosse affaire de trafic de cocaïne de l'Histoire[12]. Avant d'être arrêtée, elle part pour la Colombie mais retourne aux États-Unis à la fin des années 1970, en s'installant à Miami.

Guerre de la drogueModifier

Son retour marque le début des meurtres de masse[1],[7].

Griselda Blanco est impliquée dans beaucoup des violences liées à la drogue dans la Guerre de la Drogue de Miami, les célèbres Cocaine Cowboy Wars qui frappent Miami dans les années 1970 et 1980, lorsque la cocaïne supplante la marijuana[13].

Sa principale destination de trafic est la Floride (cet axe sera ensuite repris par Pablo Escobar). La corruption et le caractère radical des opérations de Blanco sont à l'origine du nom de «Cocaine Cowboys». Son réseau de distribution s'étend sur l'ensemble des États-Unis. Ses mules sont notamment équipées de gaine et de soutien-gorge dotés de poches à cocaïne, spécialement conçus par une lingerie de Medellín. Elle serait à l'origine de plus de deux cents meurtres[réf. nécessaire].

En 1984, la volonté de Blanco d'user de violences contre ses concurrents de Miami amènent ses rivaux à tenter de la tuer. Elle déménage en Californie pour échapper aux tentatives d'assassinats[réf. nécessaire].

ArrestationModifier

Le , elle est arrêtée chez elle à Los Angeles par des agents de la DEA. Blanco est condamnée à soixante années de prison pour trafic de drogue[14].

En 1994, elle est arrêtée pour avoir ordonné l’exécution de trois personnes dont un enfant de deux ans, en 1982[12]. Plus de 200 assassinats lui sont attribués, dont celui de son premier mari, avec qui elle a eu trois de ses quatre enfants.

Elle continue de mener son trafic de cocaïne depuis la prison. En faisant pression sur l'un de ses lieutenants, Jorge Ayala alias Riverito, le procureur de Miami obtient suffisamment de preuves pour l'inculper de trois meurtres. Toutefois, l'affaire s'effondre largement en raison de vices de procédures. En effet, le témoin numéro 1, Jorge Ayala, a eu des relations sexuelles avec une secrétaire du palais de justice ; Blanco échappe à la peine de mort.

Dans une tentative désespérée de ne pas purger sa peine, elle monte de sa prison une opération visant à kidnapper John Fitzgerald Kennedy, Jr., fils du président John Fitzgerald Kennedy et de Jackie Kennedy[15]. Sa tentative restera infructueuse.

Libérée de prison après avoir purgé sa peine de 10 ans, elle se fait expulser du territoire Américain en 2004. Griselda retourne alors en Colombie [1]. Entre-temps, ses trois premiers fils, eux aussi expulsés des États-Unis (dans les années 1990), sont assassinés dès leur arrivée en Colombie[réf. nécessaire].

Avant sa mort en 2012, elle est aperçue pour la dernière fois à l'aéroport de Bogota en mai 2007[7],[8].

DécèsModifier

Le , alors âgée de 69 ans, Griselda Blanco est assassinée à Medellín de deux balles dans la tête par deux personnes postées sur une moto[12].

FamilleModifier

Griselda Blanco a été mariée trois fois et a été la mère de quatre enfants. Le père de son dernier-né, Darío Sepúlveda, la quitte en 1983 et retourne en Colombie, kidnappant leur fils Michael Corleone Blanco (prénommé en hommage au film Le Parrain) après un désaccord sur la garde de l'enfant. Son fils retourne auprès d'elle à Miami après qu'elle a commandité le meurtre de Sepúlveda[7],[16].

Selon le Miami New Times, «le père de Michael, ainsi que ses oncles, furent tous tués avant qu'il n'atteigne l'âge adulte. Sa mère était en prison durant la plupart de son enfance et de son adolescence, et il fut élevé par sa grand-mère maternelle et ses gardiens légaux.»[16]

En mai 2012, Michael Corleone Blanco est à son tour arrêté pour trafic de cocaïne[17].

Culture populaireModifier

En , il est annoncé sur HBO un téléfilm sur la vie de Griselda Blanco dont le rôle principal sera confié à Jennifer Lopez[18].

Dans le jeu Ghost Recon WildLand la "Madre Coca" que l'équipe de Ghost doit éliminer partage des resemblances physique et d'activité avec Griselda Blanco[réf. nécessaire].

En 2018, un téléfilm intitulé Cocaine Godmother et réalisé par Guillermo Navarro, met en vedette l'actrice Catherine Zeta-Jones dans le rôle-titre[19].

En 2018, Maes et Booba sortent un titre nommé Madrina dont le thème tourne autur de Griselda Blanco.

La Reine des cartel, un film de 2018 avec Catherine Zeta-Jones, évoque la vie de Giselda Blanco.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e (en) Brown, Ethan, « Searching for the Grandmother of Crime », Maxim (Alpha Media Group),‎ , p. 94-98 (ISSN 1092-9789).
  2. Joshua Berlinger, « Drug Dealing Can Make You A Billionaire », sur businessinsider.fr, (consulté le 17 août 2017).
  3. « Griselda Blanco Net Worth », sur celebritynetworth.com (consulté le 17 août 2017).
  4. « Godmother Griselda Blanco shot to death in Colombia », sur http://gangstersinc.ning.com (consulté le 17 août 2017).
  5. (en) « Sun Sentinel - The Godmother - Page 3 ».
  6. (es) « Nom de la mère ».
  7. a b c d et e Corben, Billy (réalisateur); Cosby, Charles; Blanco, Griselda (29 juillet 2008). Cocaine Cowboys 2: Hustlin' with the Godmother (DVD). Magnolia Home Entertainment. ASIN B00180R03Q. UPC 876964001366.
  8. a et b (en) « True Crime: Searching for the Godmother of Crime ».
  9. (en) Francine Hornberger, Mistresses of mayhem: the book of women criminals, p.32 p..
  10. James Morton, The Mammoth Book of Gangs.
  11. (en) James A. Schwarz, Substance Abuse in America: A Documentary and Reference, p.193 p..
  12. a b et c By Rafael Romo, Senior Latin American Affairs Editor, « 'Queen of Cocaine' killed in Colombia », sur CNN (consulté le 30 mars 2019)
  13. Corben, Billy (director); Roberts, Jon (actor); Sunshine, Al (actor); Burstyn, Sam (actor); Munday, Mickey (actor); Palumbo, Bob (actor) (23 January 2007). Cocaine Cowboys (DVD). Magnolia Home Entertainment. ASIN B000KLQUUS. UPC 876964000635.
  14. United States v. Griselda Blanco, 861 F.2d 773 (2d Cir. 1988).
  15. « Drug thugs kill the queen », sur https://nypost.com (consulté le 17 août 2017).
  16. a et b (en) « Michael Corleone Blanco lives in the shadow of his cocaine queen mother », sur Miami New Times, .
  17. (en) « Griselda Blanco's Son Michael Corleone Still Faces Cocaine Trafficking Charge in Miami », sur Miami New Times, .
  18. Loïc Gugenheim, « Jennifer Lopez héroïne d'un nouveau téléfilm HBO » sur PureMédias, 11 août 2016.
  19. « Catherine Zeta-Jones va incarner une baronne de la drogue », sur 20minutes.fr (consulté le 19 mai 2017).

a

Liens externesModifier