Grigori Iavlinski

personnalité politique russe
Grigori Iavlinski
Grigory Yavlinsky (cropped, 2018-03-19).jpg
Grigori Iavlinski en mars 2018.
Fonctions
Député à la Douma
3e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
-
Vice-Premier ministre de l'Union soviétique (en)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
LvivVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Григорий Алексеевич ЯвлинскийVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Membre de
3e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
1re Douma d'État de la fédération de Russie (en)
2e Douma d'État de la fédération de Russie (en)
Assemblée législativeVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Enregistrement vocal
signature de Grigori Iavlinski
Signature

Grigori Alekseïevitch Iavlinski (en russe : Григорий Алексеевич Явлинский), né le à Lviv, en Union soviétique (RSS d'Ukraine), est un homme politique russe.

BiographieModifier

Origine familialeModifier

Dans sa jeunesse, Grigori était surtout reconnu pour ses capacités sportives : en 1967 et en 1968, il devint champion de boxe junior. De 1967 à 1976, il étudia l'économie à l'Université russe d'économie Plekhanov de Moscou. Il est marié et a deux fils, Mikhaïl (1971) qui travaille pour la BBC de Londres au service russe et Alexeï (1981), informaticien à Moscou. Sa famille est d'origine aristocratique et ses grands-parents disparurent pendant la guerre civile. Son père, Alexeï (1919-1981), fut élevé dans les années 1930 dans un orphelinat à Kharkov. Officier médaillé de la Seconde Guerre mondiale, il devint professeur d'histoire à Lviv. Sa mère, Véra Naoumovna, d'origine juive, était professeur de chimie. Il a un frère Mikhaïl qui vit à Lviv.

Engagement politiqueModifier

Le rôle de Iavlinski se révéla un peu avant la direction de l'URSS par Mikhaïl Gorbatchev. Dès ce moment, il participa avec Mikhaïl Zadornov et Alexeï Mikhaïlov à l'élaboration du programme de réformes économiques « 500 jours » qui fut présenté à Mikhaïl Gorbatchev pour réformer l'économie russe. Ce programme devait permettre de passer à une économie de type capitaliste en 500 jours et préfigurait la « thérapie de choc » appliquée par Iegor Gaïdar et Boris Eltsine au début des années 1990[1].

En 1993, il fonda le Parti libre russe, Iabloko (la pomme), avec Iouri Boldyrev et Vladimir Loukine. Associé à l’effondrement de l’économie russe dans les années 1990, ce parti a rapidement décliné[1]. En 2003, le parti comptait 66 000 membres, et 16 parlementaires parmi les 450 sièges de la Douma d'État. Aux élections législatives, son parti avait récolté en 2003 4,3 % des voix et 1,6 % en 2007.

Il était candidat à l'élection présidentielle en 1996, et remporta 7 % des voix. En 2000, il remporta 5,80 % des voix, et arrive troisième de l'élection derrière Vladimir Poutine (élu au premier tour) et le candidat communiste Guennadi Ziouganov.

En 2008, il se proposa pour être candidat à l'élection présidentielle, mais la majorité des membres du parti Iabloko se rangea derrière Vladimir Boukovski. Le , il démissionna de la tête du parti, après avoir été critiqué par des membres plus jeunes et fut remplacé par le député de la douma moscovite Sergueï Mitrokhine.

Candidat à l'élection présidentielle en 2018, il termine en cinquième position, avec 1,05 % des voix.

En 2021, il appelle les partisans d'Alexeï Navalny à ne pas voter pour son parti, dénonçant les positions nationalistes de celui-ci, et obtient 1,23 % des voix exprimées. Parallèlement, il acquiert un bien immobilier d'une valeur de 55 millions de roubles dans la banlieue chic de Moscou[2].


Notes et référencesModifier

  1. a et b Nina Bachkatov, « L'opposition russe en miettes », sur Le Monde diplomatique,
  2. (ru) « Кандидат с Рублевки. За что власть щедро платит Явлинскому », sur the insider,‎ (consulté le ).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :