Ouvrir le menu principal
Grifo di Tancredi
Naissance
Vers 1250
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers 1315
Activité
Peintre
Lieu de travail
Mouvement

Grifo di Tancredi est un peintre de l'école florentine mentionné en Toscane entre 1271 et 1312, anciennement appelé Maestro di San Gaggio.

Sommaire

BiographieModifier

Les repères documentaires, malgré sa longue carrière, ne sont pas très nombreux[1],[2]:

  • Il est mentionné pour la première fois en 1271 à Volterra comme louant une boutique avec un autre peintre – un certain Filippo di Jacopo
  • en 1281, il (Grifa tancredi) reçoit un paiement pour des travaux de peinture sur la Fontana Maggiore à Pérouse
  • 1295 : un acte notarial indique qu’il a pris un apprenti
  • 1297 : première occurrence de son nom dans le registre des peintres florentins
  • 30 septembre 1303 : il reçoit un paiement pour une fresque exécutée au Palazzo Vecchio à Florence, représentant l’assaut du château de Pulicciano par les Guelfes blancs en cette même année 1303
  • 1312 : dernière occurrence dans le registre florentin.

L’œuvreModifier

La reconstitution de l’œuvre de Grifo di Tancredi débute en 1946, lorsque Garrison[3] identifie, sous quatre peintres anonymes, des œuvres de la fin du Duecento, avant que Roberto Longhi[4] ne les regroupe comme étant d’un seul auteur qu’il nomme « Maestro di San Gaggio » (d’après l’œuvre principale : la Madone dite « de San Gaggio »). Ce n’est qu’en 1988, que Miklós Boskovits[5] déchiffrant l’inscription fragmentaire du panneau d’Édimbourg, déterminera l’identification du Maestro di San Gaggio à Grifo di Tancredi.

Le parcours stylistique de Grifo di Tancredi est un remarquable témoignage des révolutions picturales survenues à la fin du Duecento. En effet, si l’ensemble de son œuvre reste marquée par les stéréotypes byzantins (à l’image du Maître de la Madeleine, influence première si manifeste que certains voient en Grifo l’un de ses disciples), elle fit pourtant sienne, et de manière très précoce, de 1270 à 1290 environ, la leçon vigoureuse de Cimabue, avant d’intégrer – au tournant du siècle – les innovations du jeune Giotto. Aussi, surtout si elle est examinée en connaissance des évolutions futures, l’œuvre peut parfois apparaître déroutante, curieux mélange entre tradition et renouveau[6], même si fortement personnelle.

Diptyque d'AmsterdamModifier

La plus ancienne œuvre attribuée est le Diptyque d'Amsterdam (c. 1275-1280, Rijkmuseum) représentant la Déposition de Croix et la Mise au tombeau, fragments d’un vraisemblable tabernacle (dossale) représentant les Épisodes de la Passion (Tartuferi cite d’autres fragments autrefois dans la collection Harris à Londres[7]). Si l’ensemble de la composition est typiquement hérité du Maître de la Madeleine[8],[9], les personnages très expressifs – notamment par leurs gestes, leur visage – font inévitablement penser à Cimabue. L'attribution de ces panneaux reste très débattue entre les peintres florentins influencés par le Maître de la Madeleine, entre Grifo di Tancredi et Corso di Buono notamment...

Polyptyque Artaud de MontorModifier

Le polyptyque Artaud de Montor (c. 1280), aujourd’hui démembré mais qui, en 1843, comprenait encore 5 panneaux liés : Saint Pierre (Washington, National Gallery of Art), Saint Jean Baptiste (Musée des beaux-arts de Chambéry)[10], le Christ rédempteur bénissant (Washington, National Gallery of Art), Saint Jacques (Washington, National Gallery of Art) et Sainte Ursule (?) (localisation inconnue, connue uniquement par une gravure de 1843) montre aussi la forte influence cimabuesque : modelé rendu par des traits clairs, nez en fourche, contours des yeux, etc[11]. Bernard Berenson en 1920 l’avait d’ailleurs attribué à Cimabue lui-même[12]. À noter aussi la forte similitude entre le saint Jean Baptiste de Chambéry et celui représenté sur la Maestà di San Gaggio, confirmant entre autres l’attribution à Grifo.

Tabernacle de BerlinModifier

 
Tabernacle de Berlin
(inv. N1047)

Le tabernacle de Berlin (inv. N.1047)[13], que l’on situe vers 1280-1285, représentant une Vierge à l’Enfant sur le panneau central, entourée à droite d’une Crucifixion et de la Flagellation, et à gauche de quatre saints, fut lui aussi attribué à Cimabue[14] : il n’y a qu’à comparer la vivacité de l’Enfant à celle de la Maestà du Louvre, ou à rapprocher la scène de la Flagellation de celle du panneau de la collection Frick (New York)[15], œuvres de Cimabue contemporaines du panneau berlinois. Quant à la Madone, elle est à rapprocher de la Vierge à l’Enfant de Manfredino da Pistoia, actuellement dans la collection Acton (Florence)[16].

En 1994, Angelo Tartuferi[17] a ajouté au catalogue de Grifo un « petit coffret peint » (c. 1285), remarquablement conservé : on y trouve la représentation de dix saints sur les côtés ainsi que la Vierge, le Christ en Homme de douleurs, saint Jean et sainte Hélène (?) sur le couvercle[18].

Tabernacle d’ÉdimbourgModifier

 
Tabernacle d'Édimbourg
(c. 1290)

Toujours à la même période appartient le magnifique Tabernacle d’Édimbourg (dit aussi panneau Crawfold & Balcarres) (c. 1290). L’iconographie est originale et pourrait reposer sur un modèle byzantin : la partie centrale représente la Mort de saint Ephraïm de Syrie (mort en 373) avec des scènes de la vie des saints de la Thébaïde (premiers ermites vivant dans le désert égyptien, dont saint Jérôme, saint Antoine abbé, et saint Jean l’Égyptien). Au-dessus du pinacle, le Christ Rédempteur avec six anges. Dans les volets sont représentées six scènes de la Passion du Christ, à gauche : les anges en affliction, la Crucifixion, les trois Maries au Tombeau ; à droite : la Flagellation, le Christ aux outrages et la descente aux limbes. C’est a priori sa seule œuvre signée : « H(oc) op(us) q(uod) fec(it) m(agister) Gri(fus) Fl(orentinus) » selon la lecture de Boskovits[5].

Grifo di Tancredi ne s’est pas contenté d’assimiler le nouveau langage de Cimabue : il fut aussi le maître florentin le plus dynamique et le plus précoce à diffuser la nouvelle esthétique giottesque (l’espace du tableau, le clair obscur, le naturalisme…), et de ce fait il est souvent catalogué comme faisant partie d’un cercle de peintres dit protogiottesques au côté du Maestro della Cappella dei Velluti, de Pacino di Bonaguida, de Lippo di Benivieni, du Maestro della Santa Cecilia, de Jacopo del Casentino par exemple.

Tabernacle de San DiegoModifier

 
Maître de la Madeleine/Grifo di Tancredi
Tabernacle de San Diego (c.1295)

Une œuvre comme le tabernacle de San Diego (c. 1295), qui semble être le fruit d’une collaboration entre le Maître de la Madeleine (auteur de la Vierge à l’Enfant au centre) et Grifo auteur des 12 Scènes de la Passion réparties de part et d’autre, exacerbe tout à la fois le caractère statique, classique, byzantin, presque maniéré, en tout cas résolument tourné vers les solutions du siècle passé du Maître de la Madeleine, et les aspects novateurs, dynamiques des scènes fébriles peintes par Grifo.

Maestà de San GaggioModifier

 
Maestà di San Gaggio
(c. 1300)

Ce mélange d’ancien et de nouveau caractérise aussi la grande Maestà de San Gaggio (c.1300), qui jusqu’en 1988 avait valu à l’auteur la dénomination de Maestro di San Gaggio, une Vierge à l'Enfant sur un trône avec saint Paul, saint Pierre, saint Jean-Baptiste et saint Jean l’Évangéliste, jadis au monastère San Gaggio, maintenant à la Galleria dell'Accademia à Florence. L’influence de Giotto est ici manifeste : dans le manteau de la Vierge (inspiré de la Madonna della Costa ainsi que de la contemporaine Vierge d'Ognissanti), dans les jeux d’ombres et le complexe trône cosmatesque (qui paraît cependant bien maladroit, soulignant la nouveauté et la difficulté du procédé pour l’atelier de Grifo). L’héritage du Duecento est lui aussi perceptible, notamment dans les figures cimabuesque de la vierge et des quatre saints, figures à la fois vives et solennelles[19].

Les mêmes constats s’appliquent à deux œuvres de la même période :

  • le Tabernacle d’Oxford (c.1300) reconstitué par Garrison en 1946[3], bien qu'aujourd’hui dispersé entre la Christ Church Gallery à Oxford (Vierge et saint Paul entourés de neufs récits de la Passion du Christ) et l’ancienne collection Sessa à Milan (saint Pierre et neuf épisodes de la vie du Christ),
 
Grande Maestà de Berlin (inv. N.1042)
  • et la Grande Maestà de Berlin (c.1300-1305), une Vierge à l’Enfant avec quatre Histoires de la passion du Christ, attribué par Boskovits au peintre.

Dernières œuvresModifier

Les dernières œuvres identifiées montrent une assimilation de plus en plus fine et personnelle du langage giottesque, notamment dans les trois petits triptyques suivants :

  • le petit Triptyque Agnew (c. 1300-1305)[20],[21] comprend une Vierge à l’Enfant avec saint François et saint Dominique (panneau central), la Flagellation et la Montée au Calvaire (volet gauche), la Crucifixion et la Déposition de Croix sur le volet droit. Il a été attribuée à Grifo par Longhi et Boskovits du fait de nombreux points de ressemblances avec la Maestà di San Gaggio,
  • le Triptyque de Memphis (c.1305) ajouté par Luciano Bellosi au corpus de Grifo[22],[23],
  • enfin le Triptyque du musée Bandini à Fiesole (c. 1305)[24] représentant une Maestà entourée de sainte Madeleine, de saint Francois et d'anges (panneau central), et des scènes de la passion dans les panneaux latéraux : Flagellation et Couronnement d'épines (panneau de gauche) et Crucifixion (panneau de droite). Attribué à Grifo par Conti dès 1983[25] confirmée par Tartuferi en 2003[26], il pose néanmoins le sujet des relations entre Grifo di Tancredi et deux maîtres anonymes florentins du début du XIVe siècle : le Maestro della Santa Cecilia (Bietti en 1993[27]) - le cartel du muséee Bandini attribue l'œuvre à un suiveur de ce maître[28] - et le Maestro della Madonna delle Grazie[13].

De cette dernière phase datent les fresques de la chapelle (Oratorio di Sant'Jacopo) à Castelpuci (Firenze) avec les Scènes de la vie de sainte Catherine d’Alexandrie, récemment attribuées à Grifo[29].

On attribue aussi à Grifo di Tancredi une intervention sur les mosaïques illustrant les Histoires de la Passion au Baptistère de Florence, ainsi que le Couronnement de la Vierge au revers de la façade du Duomo de Florence à la fin du XIIIe siècle[10]. Mais ces attributions sont actuellement très fortement débattues[30].

Le nombre d’œuvres parvenues jusqu’à nous, ainsi que le prestige des commandes (il ne faut pas oublier les fresques du Palazzo Vieccho - cf. Biographie) suffiraient à démontrer à la fois la forte activité et la renommée de l’atelier de Grifo di Tancredi à la fin du Duecento et au tournant du Trecento[31]. Mais son rôle majeur restera avant tout d’avoir diffusé très tôt la toute nouvelle esthétique giottesque, notamment auprès de ses contemporains florentins.

Liste des œuvres attribuéesModifier

  • Diptyque d'Amsterdam (vers 1280), Rijksmuseum, Amsterdam:
    • Déposition de croix, tempera sur bois, 18,5 × 18 cm, (inv. SK-A-3392);
    • Mise au tombeau, tempera sur bois, 18,5 × 18 cm, (inv. SK-A-3393)
  • Polyptyque Montor (vers 1285), dispersé entre Washington et Chambéry :
  • Tabernacle de Berlin (vers 1285), tempera sur bois, 39 × 59 cm, Gemäldegalerie, Berlin (inv. N.1047)
  • Coffret peint (Cofanetto) (vers 1285), 28 × 23,5 × 35cm, anciennement collection Odescalchi, aujourd'hui collection privée
  • Tabernacle d’Édimbourg (vers 1290), triptyque, tempera sur panneau de bois, 119 × 125 cm, National Gallery of Scotland, Édimbourg, prêt du comte Crawfold & Balcarres (inv. NGL 022.79 A)
  • Scènes de la vie du Christ du Tabernacle de San Diego (vers 1295), tempera sur bois, 67,3 × 179,4 cm, Galerie Timken, San Diego
  • Maestà de San Gaggio (vers 1300), 205 × 115 cm, Galleria Dell’Accademia, Firenze (inv. 1890 N.6115)
  • Tabernacle d’Oxford (vers 1300) dispersé:
    • Madone et saint Paul entourés de neufs récits de la Passion du Christ, 57 × 45 cm, Christ Church Gallery, Oxford
    • saint Pierre et neuf épisodes de la vie du Christ, collection privée
  • Grande Maestà de Berlin (vers 1300-1305): 78 × 67,5 cm, Gemäldegalerie, Berlin (inv. N.1042)
  • Triptyque Agnew (vers 1300-1305), 46,3 × 68,5 cm, collection privée
  • Triptyque de Memphis (vers 1305), Brooks Memorial Art Gallery, Memphis
  • Triptyque du musée Bandini (vers 1305), tempera sur panneau de bois, 43 × 34 cm, Museo Bandini, Fiesole
  • Fresques de la chapelle à Castelpuci (vers 1305), Firenze

BibliographieModifier

(par ordre chronologique de parution)

  • [ARTAUD DE MONTOR 1843] Alexis-François Artaud de Montor, Peintres primitifs. Collection de tableaux rapportés d'Italie, Paris, , p. 30
  • [BERENSON 1920] (en) Bernard Berenson, « A newly discovered Cimabue », Art in America, vol. VIII,‎ , p. 251-271
  • [GARRISON 1946] (en) E. B. Garrison, « The Oxford Christ Church Library panel and the Milan Sessa Collection shutters. A tentative reconstruction of a tabernacle and a group of Romanizing Florentine panels », Gazette des beaux-arts, vol. LXXXVIII,‎ , p. 321-346
  • [LONGHI 1948] (it) Roberto Longhi, « Giudizio sul Duecento », Proporzioni, vol. II,‎ , p. 19,47
  • [GARRISON 1949] (en) E. B. Garrison, Italian Romanesque panel painting. An illustrated index, Florence, , p. 27,136
  • [MARCUCCI 1958] (it) L. Marcucci, Gallerie nazionali di Firenze. I dipinti toscani del secolo XIII, Roma, , p. 56
  • [PREVITALI 1967] (it) Giovanni Previtali, Giotto e la sua bottega, Milano, , p. 26,30,55
  • [HUECK 1972] (it) I. Hueck, « Le matricole dei pittori fiorentini prima e dopo il 1320 », Bollettino d'arte, vol. LVII,‎ , p. 119
  • [BELLOSI 1974] (it) Luciano Bellosi, Buffalmacco e il Trionfo della Morte, Torino, , p. 20, note 15
  • [GARZELLI 1974] (it) A. Garzelli, « Protogiotteschi ad Assisi e Firenze », Critica d'arte, vol. XXXIX,‎ , p. 9-30
  • [BOSKOVITS 1976] (it) Miklós Boskovits, Cimabue e i precursori di Giotto, Firenze, , p. 7, nn. 33, 70
  • [CONTI 1983] (it) Alessandro Conti, I dintorni di Firenze, Firenze, La Casa Usher, , 264 p., p. 63
  • [BELLOSI 1985] (it) Luciano Bellosi, La Pecora di Giotto, Torino, , p. 106
  • [TARTUFERI 1985] (it) Angelo Tartuferi, « Per il pittore fiorentino Corso di Buono », Arte Cristiana, vol. LXXIII, no 710,‎ , p. 322-324
  • [TARTUFERI 1986] (it) Angelo Tartuferi, « Pittura fiorentina del Duecento », dans La pittura in Italia. Il Duecento e il Trecento, t. I, Milano, , p. 277
  • [GUERRINI 1986] (it) A. Guerrini, « Maestro di San Gaggio », dans La Pintura, t. 2, Milano, , p. 625
  • [MARQUES 1987] Luiz C. Marques, La peinture du Duecento en Italie centrale, Picard, , 287 p., p. 201-212
  • [BOSKOVITS 1988] (de) Miklós Boskovits, Gemäldegalerie Berlin. Frühe italienische Malerei, Parisi, , p. 122-124
  • [TARTUFERI 1988] (it) Angelo Tartuferi, « Un libro e alcune considerazioni sulla pittura del Duecento in Italia centrale », Arte Cristiana, vol. LXXVI, no 729,‎ , p. 437,442
  • [TARTUFERI 1990] (it) Angelo Tartuferi, La pittura a Firenze nel Duecento, Firenze, , p. 61-63, 107-109
  • [PARENTI 1992] (it) D. Parenti, « Note in margine a uno studio sul Duecento fiorentino », Paragone, vol. XLIII, nos 505-507,‎ , pp. 55 s., 58 n. 17
  • [BIETTI 1993] (it) Magnolia Scudieri (a cura di), « Scheda », dans Il Museo Bandini a Fiesole, Firenze, Cassa di Risparmio di Firenze, , 231 p., p. 69-71
  • [TARTUFERI 1994] (it) Angelo Tartuferi, « Per Grifo di Tancredi: un'aggiunta e alcune conferme », Paragone, vol. XLV, nos 529-533,‎ , p. 5-9
  • [BELLOSI 1998] (it) Luciano Bellosi, Cimabue, Milano, , p. 129, 238, 266
  • [BAGEMIHL 1999] (en) R. Bagemihl, « Some thoughts about Grifo di Tancredi of Florence and a little-known panel at Volterra », Arte Cristiana, vol. LXXXVII, no 795,‎ , p. 413-426
  • [BELLOSI 2001] (it) a cura di M. Scalini - A. Tartuferi, « Ricordi di Carlo De Carlo e della sua collezione », dans Un tesoro rivelato. Capolavori dalla Collezione Carlo De Carlo (catal.), Firenze, Firenze, , 80 p. (ISBN 9788809021532), p. 20
  • [TARTUFERI 2003.1] (it) Angelo Tartuferi, « Grifo di Tancredi », dans Enciclopedia Italiana G. Treccani - Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 59,
  • [TARTUFERI 2003.2] (it) Miklós Boskovits e Angelo Tartuferi (a cura di), « Scheda Maestà san Gaggio », dans Cataloghi della Galleria Dell’Accademia di Firenze Dipinti : Volume Primo (dal Duecento a Giovanni di Milano), Giunti Editore, , p. 94-98, illus. n°36-40, planche V p.22 (saint Pierre)
  • [SCALINI 2004] (it) Mario Scalini (a cura di), L’arte a Firenze nell’età di Dante 1250-1300, Giunti Editore, (ISBN 8809036956)
  • [TARTUFERI 2004] (it) Angelo Tartuferi, « Riflessioni, conferme e proposte ulteriori sulla pittura fiorentina del Duecento », dans L'arte a Firenze nell'età di Dante 1250-1300 (2004), p. 61-62
  • [CHIODO 2004.1] (it) Sonia Chiodo, « Scheda cat.15 - tabernacle de Berlin (inv. 1047) », dans L'arte a Firenze nell'età di Dante 1250-1300 (2004), p. 110-111
  • [CHIODO 2004.2] (it) Sonia Chiodo, « Scheda cat.16 - cofanetto », dans L'arte a Firenze nell'età di Dante 1250-1300 (2004), p. 112-113
  • [CHIODO 2004.3] (it) Sonia Chiodo, « Scheda cat.17 - Triptyque Agnew », dans L'arte a Firenze nell'età di Dante 1250-1300 (2004), p. 114-115
  • [CRESTI - PAOLUCCI - SCALINI - TARTUFERI 2005 FR] S. Bietoletti, E. Capretti, M. Chiarini, Carlo Cresti, A. Giusti, C. Morandi, Antonio Paolucci, Mario Scalini et Angelo Tartuferi (trad. Denis-Armand Canal), Florence - art et civilisation, , 525 p. (ISBN 978-2856204597)
  • [TARTUFERI 2005] « Cimabue et les prédécesseurs de Giotto », dans Florence - Art et civilisation, , p. 106-119
  • [CHIODO 2009] (de) Sonia Chiodo, « Grifo di Tancredi », dans Allgemeines Künstlerlexikon, vol. 62, Munich et Leipzig, , p. 129-131
  • [GNONI MAVARELLI 2011] (it) Cristina Gnoni Mavarelli (a cura di), Museo Bandini di Fiesole : Guida alla visita del museo e alla scoperta del territorio, Florence, Polistampa, (ISBN 978-88-596-0972-8, lire en ligne)
  • [CHIODO 2013] Sonia Chiodo, « notice Cat. 1 - Grifo di Tancredi - saint Jean-Baptiste (Chambery) », dans Dominique Thiébaut (direction), Giotto e Compagni, catalogue de l’exposition du Louvre, Paris, Louvre Éditions, (ISBN 978-8-89773-711-7), p. 68-69

Notes et référencesModifier

  1. [TARTUFERI 2003.2], p. 94
  2. [CHIODO 2009]
  3. a et b [GARRISON 1946]
  4. [LONGHI 1948]
  5. a et b [BOSKOVITS 1988], p. 122
  6. [CHIODO 2004.3], p. 115
  7. [TARTUFERI 1990], fig.216
  8. [MARQUES 1987], p. 212
  9. [PARENTI 1992]
  10. a et b [CHIODO 2013]
  11. [BELLOSI 1998]
  12. [BERENSON 1920]
  13. a et b [CHIODO 2004.1]
  14. restitué au peintre à la fois (et indépendamment) par Luciano Bellosi ([BELLOSI 1985]) et Angelo Tartuferi ([TARTUFERI 1986], p. 277)
  15. [BELLOSI 1998], p. 118-121
  16. [TARTUFERI 1990], fig.191
  17. [TARTUFERI 1994]
  18. [CHIODO 2004.2]
  19. [TARTUFERI 2003.2], p. 94,98
  20. [TARTUFERI 1990], fig.222
  21. [CHIODO 2004.3]
  22. [BELLOSI 1974]
  23. [TARTUFERI 1990], p. 108
  24. [TARTUFERI 2004], p. 61, fig. 21
  25. [CONTI 1983], p. 63
  26. [TARTUFERI 2003.1], p. 399
  27. [BIETTI 1993]
  28. [GNONI MAVARELLI 2011], p. 43
  29. [GARZELLI 1974]
  30. Angelo Tartuferi, pour ne citer que lui, ne les cautionne pas en 2003 [TARTUFERI 2003.1]
  31. occupant « un rôle de premier plan dans la peinture florentine de l'époque » [TARTUFERI 2004], p. 61

SourcesModifier

Les sources principales de cet article sont les travaux des studiosi (historiens d'art) Miklós Boskovits, Sonia Chiodo, et Angelo Tartuferi : les points d’entrée étant les articles dans L'arte a Firenze nell'età di Dante 1250-1300 (2004), dans l'encyclopédie Treccani, et dans Cataloghi della Galleria Dell’Accademi di Firenze, articles s’appuyant eux-mêmes systématiquement sur la biographie ci-dessus. Les sources sont ainsi majoritairement en langue italienne : la documentation française sur ce peintre reste très limitée, excepté l'important chapitre de Luiz C. Marques dans La peinture du Duecento en Italie centrale.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :