Ouvrir le menu principal

Grenier de Chèvremont

grenier à Metz (Moselle)
Grenier de Chèvremont
Grangechevremont.jpg
La grange Chèvremont
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Construction
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Rue du ChèvremontVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Metz
voir sur la carte de Metz
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Moselle
voir sur la carte de Moselle
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le grenier de Chèvremont est un imposant grenier municipal construit à Metz en 1457 et surmonté de créneaux.

Sommaire

Contexte historiqueModifier

La bourgeoisie de Metz s’enrichissant, elle fait de la cité une république oligarchique brillante. Les XIIIe et XIVe siècles constituent l’une des périodes les plus prospères dans l’histoire de Metz, qui compte alors près de 30 000 habitants, soit la plus grande concentration urbaine de Lorraine. Ses foires sont très fréquentées et sa monnaie, la première de la région jusqu’en 1300, est acceptée dans toute l’Europe[1]. Pour assurer la prospérité des citains, de nombreux greniers et entrepôts sont nécessaires.

Construction et aménagementsModifier

Le grenier de Chèvremont est construit par la cité messine vers 1457. Comme les autres greniers de la cité médiévale et les hôtels particuliers de l’époque[2], le grenier de Chèvremont est doté de « murs-écrans », surmontés de merlons. Son aspect géométrique est renforcé par le percement strict des fenêtres, alignées en série sur ses façades. Ses façades et son agencement intérieur sont très bien conservés. Le rez-de-chaussée, divisé en quatre travées, repose sur des arcades en plein cintre. Ce niveau était ouvert à l’origine sur une cour intérieure, formée avec les bâtiments voisins. Les quatre étages, soutenus par de forts piliers à l’aplomb des arcades, sont conçus pour le stockage. Un maillage de poutres de chêne, au niveau des planchers, assure la stabilité de l’ensemble. Un large contrefort, ajouté en 1536, soutient le grenier du côté de la rue basse à l’ouest.

Affectations successivesModifier

Conçu d’abord pour servir d’arsenal, le bâtiment est transformé en grenier à céréales dès la fin du XVe siècle. Il sert ensuite d’entrepôt pour la ville. Comme son nom l’indique, l’usage du bâtiment fut pendant longtemps utilitaire. Le grenier de Chèvremont est aujourd’hui partie intégrante des musées de Metz, dont il abrite, au niveau de la cour, une galerie dédiée à la statuaire religieuse lorraine.

Le grenier fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. François-Yves Le Moigne, op. cit..
  2. Gérald Collot et Michel Parisse, Le patrimoine médiéval messin, in François-Yves Le Moigne (dir), Histoire de Metz, Privat, 1986, pp. 189-194.
  3. Notice no PA00106843, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Amédée Boinet, « L’ancien grenier de la ville de Metz » dans Les Cahiers lorrains, no 7, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1922, pp. 103-105 (lire en ligne).
  • Gérald Collot, Musée central. Grenier de Chèvremont. Esquisse d'un musée du Moyen âge et de la Renaissance, Éditions des musées de Metz, 1967.
  • Nicolas Baroth, « À propos de Chèvremont » dans Les Cahiers lorrains, n° 2, avril 1969, pp. 51-53.

Articles connexesModifier